Ecoutez Radio Sputnik
    Arctique: si vis pacem, para bellum

    Arctique: si vis pacem, para bellum

    © Sputnik . Anna Yudina
    Opinion
    URL courte
    La Russie explore l'Arctique (124)
    0 52
    S'abonner

    Les ressources naturelles de l’Arctique, ses hydrocarbures dont une grosse part se trouve sur le plateau continental russe, ne laissent pas nos partenaires européens et américains tranquilles.

    Les ressources naturelles de l’Arctique, ses hydrocarbures dont une grosse part se trouve sur le plateau continental russe, ne laissent pas nos partenaires européens et américains tranquilles.

    Très souvent, on peut entendre des discours enthousiastes des politiques étrangers, prétendant que l’Arctique et ses richesses naturelles devraient appartenir à la communauté internationale. Mais par la suite, ces discours risquent d’être suivis de menaces réelles, croit le directeur du Centre de la conjoncture stratégique Ivan Konovalov:

    "Il y aura une bataille militaire et diplomatique sérieuse, non seulement les pays arctiques – le Canada, la Russie, les Etats-Unis, la Norvège, le Danemark – y prendront part, mais aussi les pays d'autres régions. Je suis certain que la Chine et d’autres pays qui ont intérêt à profiter des ressources arctiques s’en mêleront. Dans la sphère diplomatique, la rhétorique sera extrêmement dure. Mais ceux qui n’ont pas de forte composante militaire ne gagneront jamais une bataille diplomatique"..

    Voilà pourquoi les dirigeants russes ont pris la décision de faire revenir les forces armées russes en Arctique, considérant cela comme l'une des principales priorités nationales. Mais il faudra faire de gros efforts pour remettre en état l’infrastructure militaire, détruite complètement dans les années 90.

    Ce travail a déjà commencé. Les experts soulignent qu’il ne s’agit pas de copier le système soviétique des objectifs militaires. On reconstruira les éléments qui répondent aux exigences actuelles et futures de la sécurité militaire, a noté Ivan Konovalov.

    " La gamme des forces nécessaires est déjà définie. Il s’agit de la marine de guerre, de la défense antiaérienne, surtout dans le contexte de couverture de la surface de l’Arctique par les radars. Actuellement, c’est un des grands axes du développement des forces armées. Il faudra, bien sûr, y mettre au point l’activité de nos brigades arctiques. Il est prévu que deux brigades stationneront là. En principe, c’est suffisant. Il faut développer les effectifs des garde-frontières et le réseau d’aérodromes. Cela renforcera notre axe arctique".

    Dans un proche avenir, il n’y aura pas de guerre pour les ressources arctiques, disent les experts. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas y être prêt. "Tu veux la paix, alors, prépare-toi à la guerre", disaient les anciens Romains. Si quelqu’un essaie de pénétrer dans nos domaines arctiques, les forces armées russes montreront, tout poliment, la sortie aux intrus.

     

    La Voix de la Russie

    Dossier:
    La Russie explore l'Arctique (124)
    Tags:
    hydrocarbures, Arctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik