Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    L’Auschwitz d’Odessa

    Opinion
    URL courte
    Tragédie d'Odessa (2014) (77)
    0 11
    S'abonner

    Dans la ville d’Odessa, grand port maritime de la Mer Noire se trouvant dans la partie méridionale de l’Ukraine, a été déclaré un deuil officiel de trois jours pour commémorer la mémoire de victimes des combats de rue sans précédent entre nationalistes et partisans de la fédéralisation de l’Ukraine.

    Dans la ville d’Odessa, grand port maritime de la Mer Noire se trouvant dans la partie méridionale de l’Ukraine, a été déclaré un deuil officiel de trois jours pour commémorer la mémoire de victimes des combats de rue sans précédent entre nationalistes et partisans de la fédéralisation de l’Ukraine.

    A la suite du désordre et de l’incendie survenu dans l’un des immeubles du centre de la ville, plus de 40 personnes ont péri et 200 autres environ ont fait appel aux urgences médicales. Selon les estimations russes, la responsabilité de ses crimes commis à Odessa incombe au gouvernement par intérim se trouvant à Kiev. Le porte-parole du président de Russie Dmitri Peskov a déclaré: « Les gens qui croient les autorités de Kiev légitimes deviennent des criminels ».

    L’incendie survenu tard dans la soirée de vendredi dans la Maison des Syndicats se trouvant sur la place de Koulikovo a marqué la fin tragique des désordres qui ne sont pas sans rappeler par leur intensité les événements de Kiev d’il y a deux mois. Un défilé non autorisé des guérilleros des bandes nationalistes et des extrémistes des clubs de foot locaux à travers les rues de la ville sous les slogans « L’Ukraine unie! » a dégénéré en un combat rangé avec les partisans de la fédéralisation qui ont récemment dressé leurs tentes sur la place dite « Le champ de Koulikovo ». Suivant la nouvelle « tradition révolutionnaire » ukrainienne, les gens se sont lapidés mutuellement et ont ensuite procédé à du matraquage et à des lancements de « cocktail Molotov ». La police a essayé de séparer les belligérants, mais ses démarches ont été passives et peu convaincantes. Ensuite, les nationalistes radicaux ont mis le feu aux tentes et à la Maison des Syndicats, où les activistes-protestataires s’étaient réfugiés.

    Plusieurs personnes ont trouvé la mort dans le feu, d’autres ont été intoxiquées par la fumée. Les rescapés se sont défénestrés. Selon les dépositions des témoins, les pompiers sont arrivés une demi-heure après le début de l’incendie.

    Selon la déclaration du ministère des Affaires étrangères de la Russie, Moscou rend les autorités coupables de l’irresponsabilité criminelle qui a provoqué la tragédie à Odessa. Les autorités de Kiev « collaborent avec les nationalistes radicaux effrénés qui organisent la campagne de terreur physique à l’encontre des partisans de la fédéralisation et des changements constitutionnels réels, tant nécessaires à la société ukrainienne ».

    Le chef de la Commission de la Douma chargée des affaires de la CEI Léonid Sloutski a comparé les événements d’Odessa aux crimes commis par les nazis. « C’est le nouvel Auschwitz! », croit le député. Le premier vice-premier ministre de la République de Crimée Roustam Temirgaliev a aussi rappelé que « les nazis ont été les derniers à brûler les gens vivants à l’époque de la Grande Guerre Patriotique (Seconde Guerre Mondiale pour les Russes – NDLR) ».

    Les accrochages suivis de la mort massive de personnes à Odessa signifie que l’Ukraine est au sens propre du terme au seuil de la guerre civile, croit l’adjoint au directeur de l’Institut des pays de la CEI Vladimir Jarikhine. Selon ses estimations, les radicaux de la Droite ukrainienne croient être mis en marge du processus politique et exigent plus d’influence. Cela leur profiterait si le pays dégringolait vers la guerre civile. En même temps, croit Jarikhine, les Etats-Unis se retrouveront également bien aises s’ils voient « une nouvelle Somalie » éclore en plein centre de l’Europe, aux confins immédiats du territoire de la Russie.

    De son côté, le porte-parole du président de la Fédération de Russie Dmitri Peskov a déclaré qu’après les événements tragiques survenus à Odessa, la Russie – comme n’importe quel autre pays – n’arrivera pratiquement plus à convaincre les habitants du Sud-Est de l’Ukraine de se désarmer, car leur vie est menacée.

    En même temps, Peskov a qualifié d’absurde la perspective du déroulement des élections présidentielles en Ukraine prévues pour le 25 mai prochain. « Après les événements à Odessa et compte tenu du jeu de ressort de la confrontation dans le Sud-Est du pays, nous ne comprenons pas de quel choix on parle à Kiev, dans les capitales européennes et à Washington », a souligné le porte-parole du leader russe.

    Dossier:
    Tragédie d'Odessa (2014) (77)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik