Ecoutez Radio Sputnik
    Газокомпрессорная станция

    Gaz : Bruxelles se solidarise avec Kiev ?

    © Sputnik. Ivan Rudnev
    Opinion
    URL courte
    0 101

    L’Europe fait des efforts surhumains pour montrer sa solidarité avec l’Ukraine. Bruxelles soutient l’introduction d’un prix unique du gaz russe pour les Etats membres de l’Union européenne, a déclaré le commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger.

    L’Europe fait des efforts surhumains pour montrer sa solidarité avec l’Ukraine. Bruxelles soutient l’introduction d’un prix unique du gaz russe pour les Etats membres de l’Union européenne, a déclaré le commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger.

    Et pour que les autorités en place à Kiev ne doutent pas du soutien de l’UE, les Européens sont prêts à payer pour le gaz livré par Moscou à l’Ukraine.

    Le Fonds monétaire international vient de publier les chiffres concernant le prix du gaz russe pour l’Ukraine. La publication ne surprend pas le FMI s’apprêtant à octroyer des prêts à Kiev, mais les conclusions auxquelles arrivent les analystes du Fond sont plus que surprenantes : ceux-ci sont certains que le prix de gaz pour l’Ukraine sera le même que le prix moyen pour l’Europe – 380 dollars les mille m3 – et ce, dès l’année en cours. Et c’est sur ce tarif que s’appuie le programme de prêt d’un montant de 17 milliards.

    Pourquoi ces conclusions surprennent-elles ? Parce que Moscou vend le gaz à Kiev à un prix contractuel, soit 480 dollars les mille m3. Il est vrai qu’au premier trimestre 2014 le gaz a été livré à un prix réduit : 268,5 dollars les mille m3 – car la remise accordée à l’Ukraine en échange de l’hébergement de la flotte russe de la mer Noire en Crimée, s’appliquait alors. Aujourd’hui la Crimée fait partie de la Russie et les « accords de Kharkov » de 2010 qui réglementent toutes les questions concernant les remises sur le prix de gaz et le bail de la base de flotte russe, ont été dénoncés par la Moscou. Toute cette rhétorique n’a rien à voir avec les principes du « libre échange » que l’Occident adore prêcher, fait remarquer l’analyste du Fonds russe de la sécurité énergétique nationale, Alexandre Passetchnik.

    « La déclaration du commissaire européen affirmant qu’il fallait adopter un seul prix du gaz russe pour tous, est contraire aux règles de la libre concurrence, viole le libre choix commercial. Cette déclaration est clairement politique. En pratique il sera extrêmement difficile d’arriver à ce genre de décisions. Gazprom a des contrats de longue durée avec certains pays qui seront en vigueur pendant les 10, voire les 15 prochaines années. Personne n’a l’intention de les résilier, ni de les réviser ».

    Il est à noter que la déclaration du commissaire européen Oettinger ne coïncide pas avec l’avis de l’opinion publique européenne. Le prix unique du gaz russe pour l’Europe ne convient pas à tous les Etats membres de l’UE, estime le directeur du Fonds russe du développement énergétique Sergueï Pikine.

    « Une homogénéisation pourrait profiter à des certains Etats et nuire à d’autres. Par exemple, en ce qui concerne l’Allemagne qui est l’un des plus gros consommateurs de gaz russe, le prix payé par les compagnies allemandes est inférieur à 400 dollars pour mille m3. Quant à la Pologne et les pays baltes, le prix excède 400 dollars. C’est pourquoi cette homogénéisation du prix qui a d’ailleurs été dictée par la position de la Pologne, ne profitera qu’à certains Etats alors qu’à d’autres elle n’apportera rien de positif. Les propos du commissaire à l’Energie constitue donc plutôt une prise de position politique assez éloignée de la réalité ».

    Lire la suite: Gaz : Bruxelles se solidarise avec Kiev ?

    La Voix de la Russie

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik