Ecoutez Radio Sputnik
    Traitement de la Russie par les médias français : La population n’est pas dupe

    Traitement de la Russie par les médias français : "La population n’est pas dupe"

    © Photo. L'UE
    Opinion
    URL courte
    0 57321

    Dans un entretien, Michel Grimard, président du R.O.U.E, nous parle de son association politique qui informe les Français sur la réalité russe contre la machine de guerre médiatique qui n'arrête pas de porter en elle la haine envers la Russie.

    Dans un entretien, Michel Grimard, président du R.O.U.E, nous parle de son association politique qui informe les Français sur la réalité russe contre la machine de guerre médiatique qui n'arrête pas de porter en elle la haine envers la Russie.

    La Voix de la Russie: Quels sont vos objectifs?

    Michel Grimard: On a deux objectifs. Nous voulons développer une Europe indépendante et œuvrer pour une plus grande alliance avec la Russie dans une perspective unitaire. Nous sommes le Rassemblement pour l'Organisation de l'Unité Européenne.

    LVdlR: Quelles sensibilités politiques réunissez-vous?

    MG: Les gens qui se regroupent autour de nous ont une orientation gaulliste.

    LVdlR: La Russie, un pays semblable à la France?

    MG: La Russie possède avec les pays de l’Union européenne de nombreux éléments de similitude et des points de convergences, qui font, sans conteste, de cette grande puissance le premier partenaire de l’Union européenne aujourd’hui et son futur membre demain. L’ « européanisation » de la Russie, au sens moderne du terme, remonte, rappelons-le au XVIIIe siècle. Nombreuses sont alors les affinités qui structurent la société russe.

    LVdlR: Vos origines politiques?

    MG: Je suis le plus ancien car j'ai commencé dans le gaullisme en 1965 comme le premier vice-président national de l'Union des jeunes pour le progrès. C'était le mouvement national de la jeunesse gaulliste sous la présidence du général de Gaulle.

    LVdlR: Les raisons de la constitution du R.O.U.E?

    MG: Depuis quelque temps les liens avec la Russie commencent à se distendre. Les médias ont toujours un regard négatif vis à vis de la Russie. J'ai voulu mettre en place une organisation qui puisse avoir une action concrète et qui puisse équilibrer ce qui est dit sur la Russie par les médias. J'ai crée un comité de soutien avec des élus et des personnalités comme Patrick Ollier, UMP, député maire de Rueil-Malmaison, ancien ministre, ancien président de l'Assemblée nationale, Bernard Fournier, UMP, sénateur de la Loire, Jean-Luc Reitzer, UMP, député maire de Altkirch, le prince Charles Napoléon qui se nomme Bonaparte et héritier de l'Empire si celui devait se reconstituer. Nous avons aussi d'anciens parlementaires et d'autres personnalités.

    LVdlR: Pourquoi ces personnalités sont-elles au R.O.U.E?

    MG: Ils considèrent que l'action que nous faisons est nécessaire. Ils veulent montrer qu'il existe une autre vision des Européens, celle qui consiste à défendre une autre position avec la Russie. Ce qui est montré par les médias depuis trois ans sur la Russie est négatif. Il ne faut pas s'éloigner de la Russie. Ils considèrent que la Russie fait partie de l'Europe. La Russie est un pilier essentiel de l'Europe de de Gaulle. Les ponts n'ont jamais été rompus du temps de la guerre froide. On ne peut pas aujourd'hui rétablir une barrière qui existait du temps du rideau de fer.

    LVdlR: Les médias sont-ils nocifs?

    MG: Tous les grands médias en France manipulent l'image de la Russie. Tout ce qui est écrit sur tous les événements est en général extrêmement négatif. Poutine est toujours présenté comme un autocrate, quand ce n'est pas comme un dictateur qui interdit toute possibilité d'expression dans son pays et qui tente de mettre en place des opérations pour reprendre pied sur des anciens satellites de l'URSS. On n'a jamais eu une présentation objective de la Russie.

    LVdlR: Le rôle des journalistes?

    Michel Grimard: Les journalistes français peuvent avoir une très bonne formation de journaliste mais avoir une vision limitée. On assiste à une soumission inconsciente. Les journalistes ont une vision unique des choses. Ils ont une vue déformée des relations que l'Europe doit entretenir avec la Russie et une volonté d'avoir plus d’échanges avec les États-Unis. Les journalistes occultent des éléments comme sur l'Ukraine. C'est l'Europe qui est allée en Ukraine. Mais les médias disent que c'est la Russie. Ils conditionnent l'opinion publique pour justifier les décisions. Le Figaro est d'après moi plus modéré, contrairement au journal Le Monde où c'est toujours négatif sur la Russie.

    LVdlR: Etes-vous un refuge pour de nombreux Français?

    MG: Les gens voient que la France tombe en morceaux. Ils considèrent que notre action est bonne. Il existe une autre vision des Européens que celle véhiculée par les médias.

    LVdlR: Comment ressentez-vous la population française?

    MG: La population n'est pas dupe. Avec notre invitation faite au président Poutine pour l'anniversaire du débarquement en Normandie, les gens montrent leur soutien. L'opinion française est loin d'être dans le même état d'esprit que les médias.

    LVdlR: Comment sont les soutiens du côté des élus?

    MG: Du côté de l'UMP on pourrait trouver des soutiens. Ce n'est cependant pas homogène. Alain Juppé est dur envers la Russie. On peut faire le constat suivant. Les responsables politiques obéissent tous à leur parti. Ils nous parlent de la verticale du pouvoir chez Vladimir Poutine et je pense qu'il y a aussi la verticale du pouvoir dans leur parti.

    LVdlR: Alors, l'objectif principal du R.O.U.E?

    MG: Le but est de réveiller la population française. Nous voulons montrer la réalité en Russie sans cette haine. L'Europe, si elle veut être une force politique, elle doit être associée avec la Russie.

    Lire aussi:

    L’Union européenne doit relancer le dialogue avec la Russie
    Moscou doit rétablir le tandem franco-allemand
    Les éloges d’Alain Juppé envers Macron font craquer les Républicains
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik