Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    La conquête de Mars passe-t-elle par la Lune ?

    Opinion
    URL courte
    0 01

    Un rapport du Conseil national américain de la recherche, rendu public mercredi dernier, avait pour mission principale le projet de mission habitée vers Mars.

    Un rapport du Conseil national américain de la recherche, rendu public mercredi dernier, avait pour mission principale le projet de mission habitée vers Mars.

    Cette formulation coïncide avec les objectifs déclarés par la NASA. Il y a deux approches pour résoudre ce problème, mais leur différence consiste en ce qu’il faut adopter, par rapport à l’exploration de la Lune, une collaboration internationale. Les experts supposent que les débats sur le choix des moyens vont commencer très prochainement.

    Le rapport du Conseil national de la recherche des États-Unis a été préparé pendant 3 ans. Il contient 285 pages et son projet peut être téléchargé. C’est l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace des États-Unis (NASA) qui l’a commandé, motivant cette commande par la nécessité de coordonner un plan précis de vols habités, sur lequel « les cycles politiques et d’autres facteurs n’auraient aucune influence », précise le document.

    Ce plan a bien été conçu, mais on ignore si ceux qui l’ont commandé sont satisfaits du résultat. Le but ultime de ce plan - une mission habitée vers Mars – coïncide avec les plans déclarés précédemment, ou avec la volonté de la NASA. Cependant, la voie vers la planète Rouge a été tracée différemment.

    Les plus grandes divergences concernent en effet la Lune. L’actuel chef de la NASA Charles Bolden estime que le retour vers une mission pilotée sur la Lune ferait perdre du temps, des forces, et des moyens, faisant reporter ainsi la mission martienne à beaucoup plus tard. Les experts parlent des années 2030, voire même plus tard. Les auteurs du rapport estiment au contraire que l'atterrissage sur la Lune va permettre de mieux utiliser les technologies qui pourraient servir lors de la mission sur la planète Rouge. En outre, selon l’avis des membres de la commission, sans expédition lunaire, il n’y aura pas d’expédition martienne, ou du moins elle ne pourra pas être réalisée si vite qu’on le souhaiterait à la NASA.

    La deuxième divergence – c’est l’attitude envers la coopération internationale. La NASA a tendance à se rapprocher des partenaires européens, alors que les auteurs du rapport suggèrent de prêter une attention plus importante à la Chine. C'est un détail plutôt intéressant, car du point de vue technique et politique, la Chine est perçue comme un rival aux ambitions commerciales des Etats-Unis dans l’espace, et non pas comme un partenaire.

    Les auteurs du rapport ont également analysé les défis technologiques et financiers qu’il va falloir résoudre avant le vol vers Mars. Ils ont notamment identifié dix technologies clés qu’il va falloir développer particulièrement activement, en mettant un accent particulier sur la mise en œuvre technique de l'atterrissage sur Mars, la protection contre l’irradiation et la conception de nouveaux moteurs révolutionnaires.

    Les auteurs redoutent également que le financement des programmes spatiaux habités aux Etats-Unis soit largement insuffisant. Pour essayer de réaliser tout le travail technologique et limiter les risques, il faudrait augmenter le budget de 5 % par an. Cela devrait être suffisant pour atteindre l'objectif final.

    Les analystes soulignent que le nouveau document pourrait susciter des débats houleux. Car ce rapport enfreint l’unité des projets qu’il propose. Le fameux programme Constellation, qui a commencé en fanfare, mais s’est arrêté lors du changement de président à la tête du pays, prévoyait également un retour sur le programme lunaire, pour l’utiliser comme une étape intermédiaire de la préparation du vol sur Mars. Après l’échec de ce programme, une certaine indétermination s’est installée à la NASA. Alors que tout le monde parlait de l’expédition martienne et des délais de sa réalisation, il n’a pas été clairement dit quand est-ce que cette expédition pourrait être réalisée. Le nouveau rapport suggère une relance du programme Constellation, mais on ne peut pas garantir que les plans du vol habité vers Mars ne se heurteront pas à nouveau aux discussions sur un vol vers la Lune.

    La Voix de la Russie

    Lire aussi:

    Le Japon compte envoyer un homme sur la Lune d’ici 2030
    Roscosmos voit les missions vers la Lune comme sa priorité dans les prochaines années
    Des Japonais sur la Lune? Tout est possible
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik