Opinion
URL courte
0 50
S'abonner

La Russie peut être considérée à juste titre comme une superpuissance énergétique. Le pays possède des réserves d’hydrocarbures phénoménales.

La Russie peut être considérée à juste titre comme une superpuissance énergétique. Le pays possède des réserves d’hydrocarbures phénoménales. Les marchés d'Amérique latine, d'Afrique du Nord, du Proche- et du Moyen-Orient connaissent actuellement une croissance impétueuse. La Russie doit absolument saisir l’occasion pour se positionner solidement dans ces régions.

Pratiquement dans tous les pays d’Afrique du Nord la situation sur les marchés est compliquée.

L’Amérique latine a réussi à trouver un langage commun avec les partenaires potentiels de Rosneft. Le holding a conclu de gros contrats de prospection des gisements boliviens recelant jusqu’à 300 milliards de m3 d’hydrocarbures ainsi que des accords de fourniture de gaz naturel liquéfié à l'Argentine. Rosneft étudie la possibilité de participer aux nouveaux projets au Venezuela et au Pérou.

Les régions comme l’Amérique latine, l’Afrique du Nord, le Proche- et le Moyen-Orient sont de vastes espaces ouverts à la mise en œuvre des projets des compagnies russes, estime Alexandre Passetchnik, chef du département analytique du Fonds de sécurité énergétique nationale.

" L'axe oriental vient compléter le vecteur général de développement. Cela concerne les fournitures de gaz et de pétrole à la Chine. Quant au gaz…, le récent contrat à long terme avec la China National Petroleum Corporation (CNPC) permettra à la Russie d’assurer, dans le cadre de la stratégie à long terme, la diversification et la parité dans les ventes de gaz en Orient et en Europe à hauteur de 50/50. Selon Gazprom, il est possible d’accéder à ce niveau dans les 7-8 ans à venir."

Les experts s’abstiennent de formuler des pronostics sur les perspectives de coopération dans le secteur énergétique avec les pays du Proche- et du Moyen-Orient. La situation pour le business est imprévisible dans ces régions. Ainsi, il est possible que Loukoil se heurte à des difficultés liées à l’évolution de la situation en Irak. Néanmoins, le géant pétrolier a lancé en mars l’extraction dans le cadre du grand projet international Kourna ouest-2 en Irak.

Loukoil est en train de prospecter en tant qu’opérateur le gisement classé quatrième dans le monde. Il est possible que le groupe engage prochainement la construction d’une usine de transformation du gaz. Bref, les compagnies russes se montrent, malgré les pronostics prudents des experts, optimistes quant à la mise en œuvre des projets potentiels en Amérique latine, en Afrique du Nord, au Proche- et au Moyen-Orient.

La Voix de la Russie

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Joachim Son-Forget dément avoir voulu secourir les otages français en Irak avec Alexandre Benalla
Zemmour à Jack Lang: «Vous êtes l’idiot utile des Frères musulmans» - vidéo
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook