Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Les Arabes et les Russes auraient-ils les mêmes origines… pyramidales ?

    Opinion
    URL courte
    0 8900

    Il y a quelques 5.000 ans l’Eurasie a connu la civilisation des pyramides qui s’étendit progressivement sur d’autres continents comme en Amérique où l’on trouve les pyramides mexicaines.

    Il y a quelques 5.000 ans l’Eurasie a connu la civilisation des pyramides qui s’étendit progressivement sur d’autres continents comme en Amérique où l’on trouve les pyramides mexicaines.

    Cependant les bâtisses égyptiennes font bien référence et ce grâce à leur hauteur et leurs formes géométriques inégalées.

    Alors qu’elle ne fut la surprise des Serbes et autres Bosniaques lorsque, dans un bled perdu, aux confins des deux Etats nés du creuset yougoslave, dans un village portant le nom Visoko (ce qui veut dire « haut » en langues slaves, russe ou serbe, par exemple) on a découvert une forme triangulaire formant ce qu’on appelle en stéréométrie un tétraèdre régulier c’est-à-dire un solide constitué de 4 triangles équilatéraux identiques haut de plus de 220 mètres, le tout enfoui sous une couche de humus de plus de 5 mètres de profondeur !

    Une telle couche témoigne de l’âge d’abandon de l’édifice qui correspond à plus de 10.000 ans. Certains archéologues crient au sacrilège, car pour eux le sol européen est sacré et ce n’est pas aux chercheurs « sauvages » de faire des trous dedans et détruisant les strates de la carotte d’échantillons médiévaux. Quoi qu’il en soit la découverte fait jaser dans les chaumières adjacentes et contribue à l’essor du tourisme (plus de 250.000 personnes à titre annuel) dans une région ravagée par la guerre et avec un taux de chômage parmi les plus élevés en Europe méridionale.

    Grâce au soutien accordé par le gouvernement bosniaque, le nouvel Indiana des fouilles serbes, un enfant du pays, Semir Osmanagic, qui a gâché plus de 15 ans de sa vie à étudier les pyramides, a su transformer le site en un parc archéologique protégé par l’Etat. Et bien que les moyens manquent cruellement, les bénévoles ont dégagé de la terre des blocs en béton (oui-oui !) recouverts des lignes ondoyantes ou zébrés des traits réguliers, témoins d’un passé où, selon l’histoire officielle, il n’y avait que des hommes des cavernes qui couraient sus aux mammouths locaux et autres mammifères.

    N’empêche que les photos prises de l’espace confirme non seulement la forme idéale à faire pâlir d’envie le pharaon Toutânkhamon, mais qui plus est révélèrent un espace creux se trouvant sous la colline à la structure pyramidale ; Dernière découverte et cette fois-ci encore plus spectaculaire : les galeries souterraines creusées à même la roche calcaire menant au cœur même de ces constructions énigmatiques. A propos, lorsque pendant la guerre yougoslave les obus heurtaient les flancs de la colline, les habitants locaux ressentaient très souvent de fortes vibrations et entendaient un écho comme s’il y avait un grand vide sous les formes verdoyantes.

    Les archéologues peuvent bien dépenser leur salive en essayant de confirmer ou d’infirmer l’existence d’une civilisation technologiquement très avancé à l’âge préhistorique… Il n’en demeure pas moins que la pyramide du Soleil, comme l’a déjà baptisé le grand baroudeur serbe Osmanagic qui mit littéralement le feu aux poudres en 2006, eh bien ! cette pyramide fut bâtie en compagnie d’autres tétraèdres avec la même forme idéale et toutes parfaitement orientées par rapport à la boussole !

    Les 4 structures en question forment un vecteur désignant l’Etoile Polaire en sa position stellaire vieille de 10.000 ans approximativement. Comme ce sont des faits incontestables, on se permet de compléter les hypothèses archéologiques par une idée de l’ordre sociologique ou historique. Il apparaît que le Proche-Orient et la partie slave du continent européen furent habités par la même civilisation de base qui se choisit comme élément de marque les constructions pyramidales. Quelques 10.000 plus tard les Slaves continuent d’être les alliés naturels. Auraient-ils gardé la mémoire des origines en commun ?

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik