Ecoutez Radio Sputnik
    Le bataillon Azov, Kiev

    Pravy Sektor vs ministère ukrainien de l’Intérieur: l’ultimatum a échoué

    © Sputnik. Evgeny Kotenko
    Opinion
    URL courte
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 17 0 0

    Les autorités kiéviennes ne contrôlent plus Pravy Sektor (Secteur droit). La dernière démarche des ultranationalistes à l’égard du ministère ukrainien de l’Intérieur le prouve, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Les autorités kiéviennes ne contrôlent plus Pravy Sektor (Secteur droit). La dernière démarche des ultranationalistes à l’égard du ministère ukrainien de l’Intérieur le prouve, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    Précédemment, le leader de Pravy Sektor a lancé un ultimatum, exigeant une purge au sein du ministère de l'Intérieur. Dans le cas contraire, il a menacé d’organiser une marche armée sur Kiev.

    Les membres du mouvement Pravy Sektor n’iront pas à Kiev, étant donné que les autorités ukrainiennes ont partiellement réalisé les exigences de l’organisation, a décidé le leader du mouvement Dmitri Iaroch. Ainsi, on a libéré tous les membres du mouvement qui étaient interpellés auparavant. Ces "confrères" (appelés ainsi par Dmitri Iaroch) "continuent de se battre dans l’Est ukrainien". Les autorités examinent déjà un autre dispositif de l’ultimatum lancé la veille, qui est de destituer Vladimir Evdokimov, vice-ministre ukrainien de l’Intérieur. Bien qu’elle soit théorique, c’est une victoire pour Pravy Sektor, qui garde ses positions.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a commenté cette situation:

    "Bien entendu, les autorités kiéviennes ne contrôlent pas de nombreux groupes armées, notamment Pravy Sektor, qui compose en grande partie la garde nationale. Les autorités ukrainiennes ne contrôlent pas non plus les bataillons créés par les oligarques, tous ces " Azov ", " Dniepr ", etc. Voilà pourquoi nous insistons pour que les autorités kiéviennes entament d’abord un dialogue national avec la participation de toutes les régions, pour qu’elles montrent aux régions dans le Sud-est qu’elles sont intéressées à une conciliation nationale."

    Malheureusement, les autorités kiéviennes ne réagissent pas aux appels à la raison. Car elles ont tout simplement la tête à autre chose, parce qu’une véritable guerre du pouvoir commence.

    Plus les élections à la Rada sont proches, plus cette lutte est féroce. Voilà l’avis de Vitali Jouravlev, expert de l’Institut russe à l’étranger:

    "La situation va s’aggraver. Il s’agira de provocations médiatiques, de pièges. Dans ce sens, bien entendu, la situation politique en Ukraine ne sera pas stable à la veille des élections. Si l’on tient compte de l’aggravation de la situation économique et sociale – crise gazière, hiver froid, ruptures de versement de salaires, de pensions de retraite – tout cela ne fera qu’aggraver la situation. L’automne et l’hiver seront une période extrêmement difficile pour l’Ukraine."

    La lutte sera menée également sur le champ informatique. Porochenko, Iatseniouk et Avakov, avec les gouverneurs-roitelets des régions ukrainiennes, ont déjà montré plusieurs fois qu’ils employaient tous les moyens possibles pour atteindre leurs buts.

    La Voix de la Russie

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik