Ecoutez Radio Sputnik
Opinion

Obama autorise à bombarder n'importe qui, n'importe quand

Opinion
URL courte
Situation en Syrie (1138)
07100

On pourrait résumer ainsi le récent discours du président américain Barack Obama: "Les USA bombarderont le territoire syrien sans consulter Damas, parce qu'on ne peut pas faire autrement". La situation frise l'absurde car les frappes aériennes américaines viseront des ennemis qui sont en premier lieu ceux du président syrien Bachar al-Assad, et seulement après ceux de Barack Obama et d'autres pays.

On pourrait résumer ainsi le discours du président américain Barack Obama diffusé récemment sur internet: "Les USA vont bombarder le territoire syrien sans consulter Damas, parce qu'on ne peut pas faire autrement". La situation frise en fait l'absurde car les frappes aériennes américaines viseront justement des ennemis qui sont en premier lieu ceux du président syrien Bachar al-Assad, et seulement après ceux de Barack Obama et d'autres pays.

Mais en effet, Obama peut difficilement reconnaître devant le monde entier que les USA se retrouvent de fait alliés avec la Syrie et, par extenstion, indirectement avec l'Iran. Ce discours du président américain jette ainsi la lumière sur la plus grande faiblesse idéologique de l'Amérique, qui estime avoir le droit de faire tout ce que bon lui semble mais ne dit pas à voix haute des choses évidentes.

L'ennemi de mon ennemi n'est pas mon ami

Dans le texte intégral du discours présidentiel on peut trouver tout ce qu'on veut, sauf la réponse à cette question: quelles sont les causes de cette guerre qui a déjà entraîné la prise de vastes territoires irakiens par l'armée extrémiste de l'Etat islamique (EI)?

Ce sont bien les amis et alliés des Américains – l'Arabie saoudite, le Qatar et d'autres monarchies du Moyen-Orient - qui ont déclenché ce processus. D'abord par l'incitation aux révolutions à travers toute la région, qui ont été suivies de coups d'Etat et de guerres. Dans cette affaire les USA participaient d'abord mollement, sans désir, puis les monarchies ont commencé à les impliquer dans une véritable guerre, notamment contre la Syrie qu'elles haïssaient tant. Aujourd'hui, la situation dans la région est devenue très compliquée car ceux qui encourageaient les coups d'Etat se sont brouillés entre eux… mais rien de tout cela n'est dit à voix haute par Obama. Il a un autre problème.

Le fait est que la création sur le territoire de deux Etats – l'Irak et la Syrie – d'un Etat terroriste, où des musulmans d'Europe et même des USA se rendent comme pour un safari, est intolérable. Les Etats-Unis étaient tout simplement obligés de soutenir le gouvernement irakien avec des frappes aériennes, éloignant un peu le front de la capitale. Mais l'EI est basé en Syrie, sur le territoire d'un autre Etat souverain d'où les terroristes ont précisément débarqué en Irak après avoir échoué à vaincre le gouvernement d'Assad. Et si on ne pouvait pas atteindre ces terroristes là, en Syrie, il serait impossible vaincre ce mouvement.

Les experts écrivent depuis des mois que l'Amérique est dans une situation absurde. L'ennemi de son ennemi s'est avéré être, lui aussi, son ennemi. Une véritable alliance militaire se dessine entre les USA, d'une part, et la Syrie et l'Iran de l'autre. Ces deux derniers étant des cibles de toute l'opération des  anciens amis des USA, les monarchies du Moyen-Orient, appelée "Printemps arabe". Alors pourquoi ne pas reconnaître que telle est notre nouvelle réalité – nous, l'Amérique, sommes désormais amis avec Téhéran et Damas parce que nous devons faire face à une menace commune vraiment terrible?

Non - il semble plus simple pour Obama de bombarder le territoire d'un Etat souverain plutôt que de briser des modèles idéologiques qu'il n'a même pas créés lui-même.

Y a-t-il quelqu'un au-delà des Etats-Unis?

Le plus intéressant dans le discours de M.Obama est ce qu'il a évité habilement de dire, notamment sur la Syrie: "Dans cette guerre nous ne pouvons pas compter sur le régime d'Assad, qui fait régner la terreur sur son peuple. Ce régime ne retrouvera jamais sa légitimité perdue". Et c'est tout, en fait.

Mais au fait, qui subit la terreur d'Assad? Précisément l'EI, qui s'est d'abord emparé des deux tiers du pays en y commettant les mêmes atrocités qu'aujourd'hui en Irak, puis a été repoussé au nord-est d'où, étant dans l'incapacité de prendre Damas, il a mis le cap sur l'Irak.

Dans son discours, Obama a déclaré qu'il aiderait "une force tierce" en Syrie qui pourrait s'imposer face à tout le monde, aussi bien Assad que l'EI. Comme si les USA ne les aidaient pas déjà. En réalité, l'Amérique n'a pas aujourd'hui la tête à la Syrie. Ils veulent bombarder l'EI sur le territoire syrien, aidant ainsi Assad à reprendre les territoires que l'organisation occupe? De toute façon, ce sera seulement pour demain - et d'ici-là on trouvera bien quelque chose. Si l'occasion de renverser le gouvernement de Damas se présentait, il serait renversé.

En fait, il aurait simplement suffit de faire preuve de respect pour le droit international et de téléphoner à Assad pour lui demander: "Pouvons-nous éliminer votre ennemi sur votre territoire?" Il n'aurait certainement pas été contre.

En fait,  le droit international et le concept de souveraineté sont pratiquement absents de l'allocution d'Obama. Sans parler de la légitimité du gouvernement syrien. Après tout, ce n'est pas Washington qui décide qui est légitime ou non. Plus tard bien évidemment, quelque part à l'Onu, l'Amérique dira quelque chose pour la forme. Voire ne dira rien du tout.

Mais dans ce cas, qu'avons-nous au final? Admettons que la Russie n'apprécie pas l'Uruguay -elle n'a en réalité absolument rien contre ce pays, au contraire, mais c'est juste à titre d'exemple. Imaginons qu'une bande s'empare d'une partie du territoire uruguayen et pénètre au Brésil. La Russie veut aider le Brésil et commence à bombarder l'Uruguay tout en disant que son gouvernement n'est pas légitime et qu'elle fait ce qu'elle veut. D'ailleurs, pourquoi seulement la Russie? N'importe qui peut bombarder n'importe qui: Obama l'a autorisé. Après tout, le droit international est le même pour tout le monde.

Le président américain n'est pas le seul à omettre l'aspect juridique de l'affaire: la plupart des Américains le font. Dans les premières réactions à son discours, on ne trouve pratiquement aucune réflexion à ce sujet.

Voici la "consultation juridique" du Washington Post, dont l'expert n'analyse qu'un seul thème – Obama a-t-il ou non le droit d'effectuer des raids sur le territoire syrien, tout en annonçant qu'il n'a pas à demander l'autorisation du Congrès dans ces circonstances. Il n'est donc bien question que d'une chose: l'autorisation de le faire! L'expert trouve même des arguments en faveur d'Obama: un acte du Congrès de 2002 signé avant la guerre en Irak à l'époque de Bush, qu'il analyse minutieusement - on n'y trouve pas un mot sur le monde en dehors des USA.

Du côté de l'opinion publique américaine, s'il y a un an la majorité était très opposée à une agression contre la Syrie, le soutien des bombardements a doublé aujourd'hui: 71% sont favorables aux attaques contre l'EI sur le territoire irakien et 65% approuvent ces attaques sur le sol syrien…

Mais on n'entend absolument rien sur la souveraineté et le droit international. Enfin, il y a bien une publication amusante dans le New York Times. C'est un genre à part – l'art du dialogue, le summum de la médisance de deux intellectuels. Ils commencent par une discussion sur Charles Dickens avant de passer à Obama en soupirant, et l'un des interlocuteurs lance: "Le plus difficile consiste à expliquer au peuple américain ce qu'est le système international. Vous le voyez ou le ressentez à peine. Bien qu'il crée un "fond subconscient de conduite pour tous, pour les bons et pour les mauvais gars".

Qu'on se le dise: il n'y a plus de "droit international" ni de droit tout court. Ni de règles de conduite. La prochaine fois que quelqu'un en parle, il ne restera qu'à en rire ensemble et discuter de Dickens.

Dossier:
Situation en Syrie (1138)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres