Ecoutez Radio Sputnik
    Fête de l'Assomption de la Vierge Marie

    La loi républicaine des fêtes permutables

    © AFP 2018 Franck Pennant
    Opinion
    URL courte
    Oxana Bobrovitch
    0 64

    Le 14 février dernier l'Assemblée nationale a adopté un amendement N°2992 qui se lit ainsi: «Dans les territoires régis par l'article 73 de la Constitution [il s'agit de Départements et Régions d'outre-mer] et afin de tenir compte des spécificités culturelles, religieuses et historiques de ces territoires, un arrêté préfectoral peut remplacer des jours fériés par un même nombre de jours fériés locaux. Les jours fériés qui peuvent être remplacés dans le cadre de l'alinéa précédent sont: lundi de Pâques, Ascension, lundi de Pentecôte, Assomption et Toussaint. »

    Ne pas marcher sur les plates-bandes de religions

    L'ordre donné est clair: on peut remplacer les fêtes catholiques, traditionnellement respectés en France, par les fêtes musulmanes, respectés par la majorité dans les territoires outre-mer. Mais dans le texte de l'Assemblée Nationale, le principe est pris avec les pincettes, on ne parle à aucun moment de « fêtes », mais de «jours fériés — l'héritage de fêtes religieuses catholiques »

    Cinq députés ont inventé cinq jours substituables. Et ces cinq députés — des circonscriptions de Réunion, Mayotte et Guadeloupe — ont tout fait pour arrondir les angles et ne pas trop insister sur les origines de ces fêtes. On peut reprendre l'argumentaire de l'exposé joint à l'amendement en question et qui parle d'un « paradoxe de fait » qui consiste à ce que dans une République laïque on privilégie seuls les fêtes d'une religion et on oublie les autres. Si on suit ce raisonnement, il faudrait annuler toutes les fêtes religieuses. Cela m'étonnerait que la population voie de bon œil la diminution de jours fériés.

    Le porte-parole des évêques de France, Monseigneur Olivier Ribadeau-Dumas, a vu dans la nouvelle proposition à la loi Macron, « une attaque forte contre la religion catholique ». « Nous n'avons pas intérêt à ouvrir cette ligne de front qui pourrait être une boîte de Pandore. Il est illusoire en effet de penser que cela resterait cantonné à l'Outre-mer,» a-t-il indiqué.

    Ce n'est pas de l'avis de tout le monde, les évêques d'Outre-mer ont appris la nouvelle plutôt d'une manière constructive, en fustigeant même le « dogmatisme » en France métropolitaine. Notamment, Monseigneur Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne s'est prononcé dans la presse et s'est dit favorable au partage des jours fériés chrétiens avec d'autres religions. « Le dialogue interreligieux est plus que nécessaire. Que l'on fasse de la place à nos frères et sœurs, cela va dans le sens de l'Evangile. On se bat pour rien, alors qu'il est possible de vivre ensemble, dans l'acceptation de chacun avec ses différences. »

    Mais qui est à l'origine du projet, mis à part les cinq élus? On n'a pas entendu ni le Consistoire, ni le conseil français du culte musulman demander quoi que ce soit. L'Assemblée, d'ailleurs a mis en avant que « cette substitution serait un instrument supplémentaire à la main des préfets pour favoriser l'intégration culturelle et économique des départements d'Outre-mer […] en aidant le commerce lors des célébrations concernées »

    Combien cela coûte « L'Elévation au Ciel »

    Il est vrai qu'existent déjà des jours fériés propres aux DOM, comme le 10 juin en Guyane, où l'on commémore l'abolition de l'esclavage. Il est vrai que le nombre de jours fériés par an ne doit pas varier d'un département à un autre. On ne peut pas non plus se permettre (surtout dans la situation actuelle) de rajouter un jour chômé. Si on évalue le PIB de France a 2187.96 milliards d'euros, un des 218 jours travailles annuels « coûte » une pacotille de 10 milliards d'euros.

    Donc, pour survivre économiquement et pour satisfaire tout le monde, il faudrait trancher de toute façon dans le corps des fêtes chrétiennes. Et pourquoi, en cas de suppression, l'Ascension ou l'Elévation au Ciel serait moins considérée que la fête hébreu Pourim avec son sens de partage quand on envoie de dons alimentaires aux plus démunis et plus pauvres, ou la fête hindouiste Holi pleine de couleurs et de joie, une déclinaison de carnavals européens?

    Mais finalement, la valeur d'une fête est non seulement monnayée, mais également sentimentale, esthétique, émotionnelle… Et « vivre ensemble » ne consiste-t-il pas également à respecter toutes les religions et les traditions qui en font partie, sans essayer d'officialiser toutes les fêtes, de créer une sorte d'ordre de priorité ou de compétition entre les confessions?

    Saint-Yves ou le 14 juillet?

    Non sans émotion que les deux élus, Bruno Retailleau, Sénateur et Président du Conseil général de Vendée et Eric Ciotti, Député et Président du Conseil général des Alpes-Maritimes, ont mis en ligne une pétition qui a recueilli à la date d'aujourd'hui presque 50 000 signatures. « Nous dénonçons le double discours de la gauche qui le lundi annonce en grand pompe un plan de bataille pour le civisme, et le mardi cède au communautarisme, » — lit-on dans ce document. Dommage que ni l'un, ni l'autre n'ont pas trouvé de temps pour commenter leur pétition sur les ondes de notre Radio « Sputnik ».

    Effectivement, si on va dans le sens des musulmans ou des indous, pourquoi ne pas instaurer le Saint-Yves si vénéré par les Bretons (et qui est fêté de toute façon largement à travers les manifestations culturelles)? Pourquoi ne pas transformer Fête du Travail en une journée travaillée, afin de la célébrer précisément par le travail? Pourquoi à tout prix « fixer » officiellement une fête communautaire? On a bien laissé « à la discrétion des patrons » la décision de travailler ou non le lundi de Pentecôte…

    Pour être bref: est-ce le moment de remettre en question une fois de plus, même si ne sont pas des fondations de la nation, mais les us et les coutumes en vigueur depuis plus d'un siècle. Cela a déjà créé la controverse, et cela risque d'ouvrir une voie vers un désaccord plus profond…

    Lire aussi:

    L'Aïd el-Fitr s'invite dans les mosquées de Russie
    La fête de l’Aïd el-Kébir en Russie et dans le monde
    Les préparatifs des fêtes du Nouvel An et de Noël dans les différents pays
    Tags:
    fêtes musulmanes, fêtes catholiques, Toussaint, Assomption, Lundi de Pentecôte, Ascension, Lundi de Pâques, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik