Opinion
URL courte
Par
0 154
S'abonner

Quans une civilisation décline, son seul dernier refuge est la Folie. Quand une civilisation est fondée sur l’idée de son exclusivité messianique, c’est d’autant plus vrai !

On se souviendra du général Curtiss le May qui deux fois de suite, en 48-49 et en 62 — crise des missiles de Cuba — opta pour l'usage de l'arme nucléaire le considérant à terme inéluctable. Depuis, de nouveaux Folamour semblent réémerger et il n'est pas certain qu'ils mourront dans leur lit comme le May.

La volonté d'hyperpuissance des USA, unipolariste et mégalomaniaque, les empêche d'accepter l'évidence. La reformation d'un bloc antagoniste connu sous le nom de BRICS avec la Russie au centre — la Chine détient une grosse part de la dette américaine, évitons de la narguer! — sous-entend, soit, que les jours des USA en tant que bloc dominant sont comptés — un conglomérat d'Etats voyous ne peut sempiternellement vivre à crédit — soit qu'il faudra composer avec le bloc antagoniste ce qui sous-entendra un changement total des politiques parasitaires menées au Moyen-Orient et en Afrique (sans compter l'Ukraine en Europe). La suspension desdites politiques conduira à la chute immédiate de l'économie US qui n'aura plus de quoi secouer son complexe militaro-industriel et qui se ruinera à extraire ce schiste coûteux et polluant dont elle faisait il y a peu miroiter l'existence devant l'UE.

Aucune des deux solutions ne conviennent en conséquence de quoi, une certaine partie des va-t-en-guerre néo-conservateurs serait prête à lancer une première frappe nucléaire contre la Russie. Cette tendance étant dans l'air du temps, Moscou prend ses précautions. Cinq nouveaux sous-marins nucléaires devraient être mis à l'eau d'ici 2020. Les 8 bâtiments sont susceptibles d'envoyer un missile nucléaire préventif. L'ennui, c'est que si l'on en croit le rapport de Leonid Rechetnikov, ancien Lieutenant-Génaral du service de renseignement extérieur russe, les USA se sont donnés cinq ans pour neutraliser la puissance nucléaire de la Russie… autrement dit, pour l'abattre militairement. Il est difficile, voire impossible de vérifier cette information. En revanche, si on se réfère à la mise en garde de Matthew Ghault, écrivain et fondateur du site « Nedium.com-The War Is Boring » — il y a de quoi rester songeur. Selon Mr Ghault, la nomination du général Robin Rand à la tête du GSC de l'US Air Force n'augure rien qui vaille ce dernier obéissant au chef d'Etat-major de l'USAF, le général Welsh, adepte des théories nucléaires radicales du feu le May.

Si c'est véritablement le cas, il semble étrange que ni Rand, ni Welsh ne connaisse l'existence du système « Perimetr » ou « Dead Hand » dont l'éventuel usage a été réactualisé en juillet 2014. L'activation de ce système de dissuasion dont certains experts français s'accordaient à dire qu'ils n'existaient pas a été officiellement autorisé suite à une menace avérée provenant, selon le rapport, du Royaume-Uni. Son principe d'action est le suivant: en cas de frappe, le système activerait par lui-même tous les missiles balistiques intercontinaux de la Fédération. Cettre rispote est entièrement automatique et radicale. C'est sans oublier les SNLE russes qui patrouillent pour certains les côtes américaines. Le destruction mutuelle assurée est donc assurée… sauf qu'avec la superficie de la Russie, il n'est pas exclu que les profondeurs sibériennes susbsistent et la vie reparte de ces confins plus sécurisées.

Aussi étrange que cela puisse paraître, la seule chose qui reste à comprendre ou plutôt à évaluer, c'est la folie de ceux qui se disent: l'Amérique sera seule sur l'échiquier ou ne sera pas du tout. Des idéologues de ce genre existent et rappellent un peu ces hauts dignitaires nazis qui voyant la défaite du III Reich mirent à mort leurs proches avant de se donner la mort. C'est terrible mais nous sommes dans le même ordre d'idées. Espérons néanmoins que la raison triomphe et que l'instinct de vie l'emportera sur la folie incommensurable des grandeurs.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Donnez une bombe atomique au prix Nobel!
Généraux russe et US: un "conflit nucléaire accidentel" menace le monde
Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Une mannequin se voit refuser l’entrée d'un salon d'aéroport à cause de sa tenue jugée inappropriée – images
Tags:
armes nucléaires, nucléaire, BRICS, Matthew Ghault, Curtiss le May, Ukraine, Afrique, Chine, Cuba, Russie, États-Unis, Proche-Orient, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik