Ecoutez Radio Sputnik
    Rada Suprême (parlement) de l'Ukraine

    La légion étrangère pour l’Ukraine

    © Sputnik . Sergei Starostenko
    Opinion
    URL courte
    Alexandre Vassiliev
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)
    0 58

    Les autorités ukrainiennes envisagent d’ouvrir officiellement aux étrangers l'accès aux postes militaires.

    La Rada suprême (le parlement ukrainien) a approuvé en première lecture ce projet de loi par 257 voix. Les auteurs du projet de loi affirment que c'est le seul moyen de légaliser les étrangers qui font partie des bataillons punitifs qui opèrent dans le Donbass.

    Toujours d'après eux, c'est un des moyens de réduire le manque de recrutement et d'économiser sur les indemnités pour invalidité et pour les familles des soldats tués. C'est une des causes officielles. Mais la raison réelle de l'apparition de cette initiative est le fait que les Ukrainiens ne veulent pas lutter contre leurs concitoyens. Comme on le sait la mobilisation récente a échoué.

    De plus, ce document ne correspond pas à la constitution ukrainienne. Mais ce n'est pas un véritable obstacle pour les autorités kiéviennes qui se permettent de corriger voire réécrire la loi fondamentale du pays. Mais il y a une chose qu'il est impossible de corriger — les accords de Minsk. Cependant, on peut considérer ce document comme une tentative de les éluder.

    L'existence de forces étrangères est une chose habituelle pour certaines régions du monde. Par exemple, au Vatican il y a des troupes suisses depuis cinq siècles. Est-ce que telle pratique est applicable en Ukraine? On a demandé Arnaud Dotézac, spécialiste de géopolitique, directeur de la rédaction du magazine Market, édité à Genève de commenter cette initiative:

    Arnaud Dotézac. Cette décision n'est pas une surprise. Déjà l'année dernière, en avril 2014, il y avait des articles dans la presse ukrainienne expliquant que des généraux voulaient ouvrir les rangs de l'armée à des citoyens étrangers.

    Dans ce domaine il y a deux aspects: celui de l'organisation militaire et puis il y a un volet géopolitique. Dans le premier volet il n'y a rien d'original, par exemple, la France, a créé sa légion étrangère en 1831 sous Louis Philippe 1er, l'Angleterre a une légion étrangère, en Russie en janvier de cette année est apparu un décret qui a confirmé la possibilité d'avoir des citoyens étrangers dans l'armée russe etc.

    Donc, ça, c'est quelque chose qui se conçoit dans les relations militaires. Mais il y a un aspect effectivement géopolitique. Si on lit la loi, il y a l'article 446 qui en gros blanchit les mercenaires. C'est intéressant puisque jusqu'à maintenant le fait d'avoir des armes de guerre entre les mains, c'est toujours un délit en Ukraine et avoir des troupes étrangères sur le sol nécessite à chaque fois une loi. La loi en question nous raconte qu'on va vraisemblablement intégrer des corps qui sont déjà présents illégalement sur le sol ukrainien.

    De plus, les États qui soutiennent l'Ukraine aujourd'hui ne pourraient pas à cause de leur propre loi livrer de matériel militaire à des armées non-régulières. On envoie ici le signal qu'il est possible d'avoir une préparation à des livraisons de matériel militaire plus lourd. On voit donc bien que c'est une loi de régularisation.

    Il y a une question de gestion des troupes parce qu'il y a beaucoup de témoignages qui expliquent que les Ukrainiens ne veulent pas tirer sur les Ukrainiens; on voit qu'il y a des difficultés dans l'opération de mobilisation. Mais la résolution de cette question de gestion ne va pas résoudre tous les problèmes en termes de quantité. En revanche, on peut résoudre des problèmes militaires en termes de qualité, c'est-à-dire que l'armée ukrainienne pourra instantanément absorber, par exemple, des forces spéciales d'un pays étranger, prêtes à l'emploi. Ce n'est pas un signal positif pour la paix.

    Dossier:
    Règlement de la situation en Ukraine (2014) (2149)

    Lire aussi:

    Situation dans le Donbass (2015)
    Vers la paix en Ukraine
    «Réintégration du Donbass»: signe de la préparation d’une nouvelle guerre, selon Moscou
    Tags:
    accords de Minsk, Rada suprême, Arnaud Dotézac, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik