Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président de la République, François Hollande, risque de laisser après lui une France endettée jusqu’au cou. En moins de trois mois, la France aurait perdu 54 milliards d’euros.

    L’affaire des Mistral : Hollande va ruiner la France

    © AFP 2017 Thierry Zoccolan
    Opinion
    URL courte
    Valérie Smakhtina
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    208278465

    Le Président de la République, François Hollande, risque de laisser après lui une France endettée jusqu’au cou. En moins de trois mois, la France aurait perdu 54 milliards d’euros.

    C'est ce qu'affirme Emmanuel Roussel, chef d'entreprise, auteur de l'article consacré à ce sujet paru dans Boulevard Voltaire: « Même si le temps passe vite, on peut constater qu'en trois ans, le chef de l'exécutif n'a pas mesuré ses efforts pour laisser une ardoise assez abyssale. Sans même se focaliser sur les grands indicateurs économiques calamiteux du pays, deux feuilletons estivaux illustrent assez bien l'ampleur de la catastrophe. En à peine trois mois, Hollande nous aura plombé de 54 milliards ».

    Première erreur géopolitique en date: la vente des avions Rafale. Dans une interview à la radio Sputnik, Emmanuel Roussel rappelle les coulisses du contrat juteux de 24 chasseurs pour un montant de 5,2 milliards d'euros. L'Egypte va financer sur ses fonds propres un peu moins de 50%, soit plus de 2 milliards. Pour le reste, le pays va emprunter de l'argent à des banques françaises, à des taux inférieurs à ceux du marché. Ces prêts seront intégralement garantis par la Coface (compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur). « On peut se poser la question qui va payer les Rafale, précise Emmanuel Roussel. Il s'agit finalement de l'annulation de l'achat de 126 Rafale par l'Inde. Manque à gagner: 48 milliards d'euros. »

    Le Vladivostok, porte-hélicoptères de classe Mistral
    © AFP 2017 Jean-Sebastien Evrard
    Vient ensuite la résiliation du contrat des Mistral avec la Russie dont la note serait de plus de deux milliards d'euros, selon Le Canard enchaîné. La dérussisation et la décustomisation (par exemple, la proue des navires ou les télécommunications sont des équipements russes) coûterait près de 200 millions d'euros. Ajoutez à cela le gardiennage et la maintenance à Saint-Nazaire (5 millions d'euros par mois) et le remboursement à la DCNS, Thales et Safran. L'avenir des Mistral est terne, selon Emmanuel Roussel: « Fort à priori, François Hollande qui était en Egypte pour l'inauguration du deuxième canal de Suez, a annoncé que l'Egypte était un acheteur potentiel. Si on a le même montage que pour la vente des Rafale, on peut se poser des questions en tant que contribuables français. Il parle également de l'Arabie Saoudite, voire du Canada, voire de la Chine. Pour l'instant, ce ne sont que des supputations… »

    Tous les facteurs réunis, la parole du politique est totalement discréditée en France, s'agace Emmanuel Roussel. Primo: dix jours après la vente des Rafale en Egypte, François Hollande affirme avoir signé un contrat MMRCA sur 126 chasseurs avec l'Inde, ce qui n'était pas le cas. L'Inde a finalement préféré les Sukhoï russes. Secundo: lors de sa traditionnelle conférence de presse du 14 juillet dernier, le président annonce que la croissance est là, tandis qu'en réalité, le taux de croissance vient de tomber pour le deuxième trimestre en France.

    « En somme, conclut Emmanuel Roussel, le compromis diplomatique des Rafale contre les Mistral ressemble à un marché de dupes et les milliards de la rupture du contrat russe vont s'ajouter aux montants maintenant colossaux » de déficit, de dettes, de crise de l'agroalimentaire due, en partie, à l'embargo respectif entre Paris et Moscou. Pire: « le gouvernement ne montre aucune capacité à savoir résoudre le problème, même de loin ».

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    Les erreurs de Hollande ont coûté 54 mds EUR à la France
    Mistral: une perte tant économique que politique pour la France
    Mistral: le parlement français examinera l'accord après le 14 septembre
    Qui payera pour les Mistral? le contribuable français
    Tags:
    remboursement, dette, Rafale, Mistral, Thales, Safran, DCNS, Emmanuel Roussel, François Hollande, Egypte, Inde, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik