Ecoutez Radio Sputnik
    Nuage nucléaire

    Une pétition européenne pour dénoncer le risque de 3e guerre mondiale

    © East News. USA/Science Photo Library
    Opinion
    URL courte
    Par
    17602
    S'abonner

    "En ce 70e anniversaire des bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, le monde se trouve plus proche de l’abîme d’une guerre thermonucléaire qu’il ne l’a jamais été depuis la crise des missiles de Cuba de 1962.

    L'Administration Obama et l'OTAN ont mis l'humanité en danger de subir une extermination soudaine". Telles sont les premières lignes de la pétition contre la Troisième guerre mondiale lancée le 5 août par Helga Zepp-LaRouche, présidente de l'Institut Schiller.

    La menace d'une confrontation totale est liée aux provocations insensées vis-à-vis de la Russie et de la Chine: extension de l'OTAN vers l'Est, sortie des Etats-Unis du traité ABM, déploiement d'un bouclier antimissile en Pologne et en Roumanie. Malgré une conjoncture tendue, Washington a activé la production et le déploiement de nouvelle génération d'armes nucléaires tactiques. Les conséquences d'une guerre "thermonucléaire" seraient encore plus terribles que les destructions d'Hiroshima et de Nagasaki.

    Si le président américain Barack Obama croit que les Européens soutiennent la politique de Washington, il se trompe. Malgré l'ampleur de la propagande antirusse, de plus en plus de voix s'élèvent contre une éventuelle troisième guerre mondiale. Jacques Cheminade, ancien candidat à l'élection présidentielle, président du parti Solidarité et Progrès, l'un des premiers signataires de la pétition, appelle la France, pays des Droits de l'Homme et de Charles De Gaulle, à redoubler d'efforts en faveur de la paix.

    Déploiement militaires et Troisième guerre mondiale

    "La situation internationale est devenue extrêmement dangereuse, parce que les Etats-Unis soutenus en sous-main par la Grande-Bretagne mènent un déploiement qui, du côté russe, doit être considéré comme une provocation", explique Jacques Cheminade en donnant quelques exemples. Malgré l'accord historique sur le nucléaire iranien, Barack Obama a décidé de conserver les missiles ABM en Pologne et en Roumanie qui, à l'origine, étaient censés viser la République islamique. S'y ajoutent le déploiement de systèmes anti-missiles Aegis pour les unités navales en mer Noire et en mer Baltique, et de multiples exercices de l'OTAN aux portes de la Russie: le Swift Response 2015 qui réunira près 4.800 militaires du 22 août au 13 septembre, le Dynamic Manta anti-sous-marins du 11 au 22 septembre. "Si c'était l'inverse, si c'était la Russie qui déployait ces forces, par exemple, dans le golfe du Mexique au large des Etats-Unis, que dirait Washington?" fustige Jacques Cheminade.

    La modernisation des forces nucléaires stratégiques et la crise ukrainienne

    Jacques Cheminade pointe du doigt le renseignement anglo-américain qui a repris des éléments dormants, les bandéristes, pour réformer le bataillon nazi Pravyi Sektor. De plus, le commandant des forces américaines en Europe, le général Ben Hodges, s'est déclaré prêt à former les milices ukrainiennes. "Il n'y a pas seulement l'imbrication américaine dans la formation de ces éléments, mais, historiquement, la version du changement de régime poursuivie par la révolution de couleur, poursuit l'expert. Cela ne concerne pas uniquement les pays de l'Est: actuellement, le président nord-coréen Kim Jong-un, équatorien Rafael Correa, la présidente brésilienne Dilma Rousseff et, auparavant, argentine Cristina Fernández de Kirchner, étaient soumis au même type de pression. C'est une politique générale où ce renseignement anglo-américain relié aux intérêts de l'oligarchie financière de Wall Street et de la City mène à une politique de chantage à la guerre".

    L'économie et la menace d'une Troisième guerre mondiale

    La crise économique enfante la politique d'agression. "Le système occidental est prêt à tomber. C'est la deuxième chute après la chute du mur et la chute du système soviétique", souligne Jacques Cheminade. Le budget militaire de la Russie est dix fois moindre que celui de l'OTAN (85 milliards de dollars contre 877 milliards). En vue d'égaler les deux et de préserver son intérêt, l'Occident voudrait résoudre la crise financière par la force. "C'est là le grand danger de la situation actuelle, prévient l'expert. Le pape François dit qu'il y a une troisième guerre mondiale qui se met en place par fragments, par étapes. Mais on risque d'aller à la dernière étape beaucoup plus vite que l'on croit".

    Rappelons également que quelques 82 bataillons, 65.000 soldats, se déplacent vers le Donbass, selon le premier ministre de la république populaire de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko. Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, s'est dit très inquiet, très préoccupé par l'escalade dans le Donbass qui ressemble à la préparation d'actions militaires d'envergure.

    Comment éviter ce scénario effrayant

    "Il faut que la France renoue avec la politique gaulliste de détente, d'entente et de coopération, conseille Jacques Cheminade. Aux Etats-Unis, nos amis américains demandent que le président Obama soit écarté conformément au fameux amendement 25 parce qu'Obama, qui pense en termes de conflit nucléaire, est quelqu'un qui a perdu la raison. Nous allons vers une situation proche de la crise des missiles de Cuba de 1962, sauf que le président Kennedy était tout à fait différent d'Obama. Khrouchtchev et Kennedy se sont entendus pour stabiliser la situation et empêcher un conflit nucléaire. Aujourd'hui, nous n'avons pas du tout confiance en Obama ni en son administration va-t-en-guerre et de néo-conservateurs (Samantha Power, Susan Rice, Victoria Nuland qui a financé le coup d'Etat de Maïdan). Ce danger-là est extrême et, pour nous, immédiat.

    Il faut revoir le système financier monétaire international, ce que propose, par exemple le candidat américain O'Malley et Berni Sanders. Il s'agit d'un accord de type Glass Steagal Act de Roosevelt, c'est-à-dire séparer les banques d'investissement qui spéculent ou jouent sur les marchés financiers, et les banques qui financent réellement l'économie.

    Ce que met en valeur la pétition contre la troisième guerre mondiale, c'est qu'il y a un mouvement en Europe à la fois pour la paix et pour l'arrêt de cette folie économique." 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

    Lire aussi:

    La Troisième Guerre mondiale n’est pas près d'éclater
    Tags:
    nucléaire, Seconde Guerre mondiale, OTAN, Jacques Cheminade, Helga Zepp-LaRouche, Barack Obama, Nagasaki, Hiroshima, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik