Ecoutez Radio Sputnik
    Les gens cherchent des survivants sous les décombres des maisons détruites par les frappes aériennes saoudiennes près de l'aéroport de Sanaa, au Yémen,

    Le Royaume-Uni pourrait être poursuivi pour les bombardements saoudiens

    © AP Photo/ Hani Mohammed
    Opinion
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    3231

    L'Arabie Saoudite bombarde le Yémen sans relâche, enfreint les droits de l'homme par plusieurs moyens et est soupçonnée d'être un modèle spirituel de Daesh. Et pourtant la Grande Bretagne et la France continuent à lui vendre des armes...

    La Grande-Bretagne risque d'être poursuivie pour crimes de guerre, selon des avocats et des diplomates du Foreign Office, le Bureau des Affaires étrangères. C'est ce que révèle le quotidien britannique The Independent: le ministre des affaires étrangères Philip Hammond aurait été averti plusieurs fois. L'Arabie Saoudite emploi des armes britanniques dans des crimes de guerres au Yémen.

    Le Ministre reconnait certes que des frappes peuvent avoir lieu au Yémen mais affirme que la Grande Bretagne veille au respect du droit international. Cependant, un important contrat d'armes a été passé en juin, à hauteur de 200milion de livres, et la dernière enquête d'Amnesty International indique que le droit international humanitaire et les lois de la guerre ont été enfreints: un missile britannique fourni dans les années 90 a détruit une usine de céramique dans le gouvernorat de Sanaa. Des bombardements qui ciblent des objectifs civils, dans l'indifférence totale de la communauté internationale, selon Patricia Lalonde, Chercheur associée à l'IPSE, spécialiste du Moyen-Orient:

    "C'est un vrai problème parce qu'il est pour ma part assez scandaleux que l'on livre des armes à un pays qui piétine et c'est le moins qu'on puisse dire, les droits de l'homme. Que ce soit les décapitations qu'il y a très souvent, le droit des femmes, enfin les droits de l'homme en général. Et d'autre part un pays qui mène une guerre au Yémen qui est terrible, une guerre qui est complètement dans le blackout, dont on ne parle pas. Il y a des assassinats tous les jours. Il y a entre 2000 et 3000 civiles morts dont énormément d'enfants. Et je trouve ça incroyable qu'on continue à vendre des armes à des pays, à l'Arabie Saoudite qui mène cette guerre terrible en ce moment, dont on parle très très peu dans les médias occidentaux. Tout le monde parle de la COP21 en ce moment, c'est normal. On parle du Moyen Orient, de la guerre en Syrie, mais on parle très peu, même pas du tout des atrocités qui se passent au Yémen. "

    Des atrocités qui cachent des alliances inavouables. L'Arabie Saoudite est régulièrement pointé du doigt pour son soutien présumé à différents groupes terroristes, comme ici au Yémen:

    "D'autre part j'aurai tendance à dire que y'a également une espèce de schizophrénie dans tout ça, et un double standard parce que d'un côté on veut combattre Daech et Al Qaeda en Syrie et en Irak, et d'un autre côté on vend des armes à un pays qui fait la guerre en s'appuyant sur Al Qaeda au Yémen et qui s'appelle Aqpa. Et ce sont les même Aqpa du Yémen qui sont les responsables de la tuerie de Charlie Hebdo. Tout ça pour vous dire que c'est tout à fait schizophrénique."

    La France est un également un partenaire commerciale de l'Arabie Saoudite. Un contrat de 10 milliard d'euros a été passé en juin, qui comporte plusieurs volets: armement, énergie solaire et nucléaire, aéronautique civile, ou encore transports. Pour notre expert, si l'Arabie Saoudite déploie plus d'effort de guerre contre le Yémen que Daech, c'est parce qu'elle tire son compte du groupe terroriste, d'autant plus que des similitudes idéologiques existent:

    "Le Califat que veut faire Daech, Al Bagdadi en Irak, c'est la façon dont vivent les Saoudiens, à quelques différences près. Les décapitations, les femmes enfermées, pour moi c'est la même chose. C'est le wahabbisme takfirisme comme on appelle ça. C'est évident que l'Arabie Saoudite ne combat pas Daech ou très peu, du bout des doigts, dans cette vaste coalition. Ça fait quand même 3 ans que cette coalition frappe soi-disant Daech en Syrie et il ne se passe pas grand-chose. Depuis que la Russie est arrivée, là il y a eu vraiment des résultats. Donc on se pose vraiment des questions."

    De nombreuses ONG déplorent régulièrement les graves atteintes aux droits de l'homme par l'Arabie Saoudite. La vente répétée d'armes, alors qu'il n'est plus possible de fermer les yeux sur le fait qu'au Yémen les cibles soient civiles, vont à l'encontre du Traité sur le commerce des armes (TAC) dont la France et la Grande Bretagne sont signataires.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La machine à tuer de l'EI vue de l'intérieur
    Moyen-Orient: les Émirats arabes unis jouent de plus en plus la carte militaire
    Ex-commandant de l'Otan: "J'ai toujours eu l'impression qu'Ankara soutenait l'EI"
    Attentats de Paris: six perquisitions en cours dans la région bruxelloise
    Tags:
    ventes d'armes, droits de l’homme, bombardements, Arabie Saoudite, Royaume-Uni, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik