Ecoutez Radio Sputnik
    Marie-Christine Dalloz

    «La Russie a besoin d’une Europe forte»

    © AFP 2019 JACQUES DEMARTHON
    Opinion
    URL courte
    13121
    S'abonner

    Pour la députée française Marie-Christine Dalloz, le chef de la diplomatie russe a ébauché une réponse claire aux défis qui menacent le continent européen.

    La Russie a intérêt à ce que l'Union européenne soit forte afin qu'elle soit en mesure de faire face aux défis communs, a déclaré dans une interview accordée à Sputnik Marie-Christine Dalloz, députée d'Assemblée Nationale, commentant la grande conférence de presse donnée mardi par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    «Sergueï Lavrov a très bien compris les enjeux de l'Union européenne forte contre le terrorisme par rapport à la Syrie. La réponse doit être commune, collective. Je crois qu'il le dit très bien: l'affaiblissement de l'Union européenne serait un handicap non seulement pour l'Europe, mais aussi pour la Russie. C'est essentiel aujourd'hui, cette déclaration a du sens», a déclaré Mme Dalloz.

    La députée a réagi aux déclarations de M. Lavrov, qui a déploré les tentatives de certains acteurs, à l'échelle internationale, de promouvoir leurs propres intérêts au détriment des autres et la volonté de certains de «bloquer la Russie».

    ​«Cette semaine je suis au Conseil de l'Europe. Le fait que depuis un an, depuis janvier 2015, la Russie y est absente, c'est un handicap pour tout le monde: et pour l'UE, et pour la Russie. Ce n'est pas normal que la représentation d'un pays aussi grand comme la Russie ne fasse pas entendre sa voix aujourd'hui au sein du Conseil de l'Europe. Je trouve ça profondément dommage, je le regrette. J'en ai parlé ce matin avec Thierry Mariani, on est d'accord sur le fait que la Russie n'aurait jamais dû être exclue, jamais! Je pense que les conditions que pose Serguei Lavrov nous ferons retrouver un vrai débat à égalité. Il a raison, c'est nécessaire».

    Pour Marie-Christine Dalloz, l'absence de la Russie à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe est inacceptable, et mine les chances d'arriver à un règlement sur le dossier ukrainien: «Ouvrir le débat Minsk-2 sans la Russie me paraît totalement improbable, impossible, on ne peut pas l'imaginer. En plus, on sait que les accords de Minsk ne sont pas tous respectés. On a l'impression qu'il ne se passe plus rien. Avant de lancer Minsk-2 il va falloir que la Russie revienne à la table, ce n'est pas possible autrement», a-t-elle indiqué.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Subversion: lorsque Washington accuse Moscou
    La Russie peut sauver l'UE de la crise migratoire
    Le boycott de l'APCE est une décision souveraine de Moscou
    La délégation russe prolonge son boycott de l’APCE
    Tags:
    Assemblée nationale française, Union européenne (UE), Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Thierry Mariani, Marie-Christine Dalloz, Sergueï Lavrov, Europe, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik