Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Un bilan plutôt satisfaisant pour Trump au G20

    © AP Photo/ Alex Brandon
    Opinion
    URL courte
    Edouard Chanot
    5884121

    Le sommet d’Hambour prend fin. Décrié à son arrivée, Donald Trump peut repartir d’Hambourg avec le sourire.

    Peu avare en superlatifs, Donald Trump aura quand même surpris les commentateurs à Hambourg. La rencontre avec Vladimir Poutine? « Formidable ». Et Angela Merkel? Tout aussi « formidable »:« votre leadership est incroyable et absolument inspirant », a-t-il de surcroît ajouté à la chancelière. Simples flatteries? Sans doute, mais en réalité, Trump peut repartir avec le sourire.

    Hier encore, à son arrivée, les désaccords étaient nombreux: le retrait de l'accord de Paris, la balance commerciale de l'Allemagne et son manque de contribution militaire de l'Allemagne, voire encore l'ouverture des frontières allemandes en 2015, qualifiée d'« erreur catastrophique » par le Président américain.

    Petite victoire pour Trump, mais victoire quand même

    Un compromis a été trouvé au G20 sur le libre-échange, mais ce compromis prend des allures de succès pour Donald Trump, que personne n'estimait fin diplomate. Car si les dirigeants du G20 entendent en effet « poursuivre le combat contre le protectionnisme, ceci incluant les pratiques commerciales injustes », ceux-ci ont admis « le rôle d'instruments légitimes de défense ». Avec une telle formulation, Angela Merkel ne perd pas la face, à quelques mois des élections en Allemagne, mais Donald Trump aura finalement incité l'ensemble des dirigeants à faire un pas dans sa direction. Celle d'un ordre économique plus national.

    19 + 1

    S'estimant tenu par ses engagements auprès de ses électeurs, Trump n'aura pas évolué sur l'accord de Paris. Sur le climat, les dirigeants « ont bien pris note de la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord de Paris », affirmant cependant ce dernier « irréversible ». Dialogue de sourds donc.

    Emmanuel Macron, pour le moins discret à ce sommet, n'aura pas véritablement donné suite à son coup de com' « Make Our Planet Great Again ». Bien qu'il ait annoncé un sommet à Paris sur la question en décembre, Angela Merkel est le dirigeant incontesté du bloc européen. Le premier jour, le Président français rencontrait Justin Trudeau. Il lui faudra attendre le second jour pour qu'il rencontre Vladimir Poutine. La priorité allait à Trump.

    USA/Russie: en divergeant accord?

    Le flou artistique entretenu autour de la rencontre entre ce dernier et Vladimir Poutine minimisera les critiques mais non la frustration de journalistes présents. Un échange « très long et très vigoureux » sur les accusations d'ingérence russe, selon Tillerson; des dénégations « acceptées » selon Lavrov, seuls témoins du dialogue. « Il m'a semblé satisfait des réponses » a commenté Poutine à la fin du sommet.

    Les versions contradictoires de la rencontre entre les deux dirigeants ne satisferont personne, surtout la caste politico-médiatique américaine. La rencontre soulèvera bien des questions, alors que Moscou et Washington sont parvenus à un cessez-le-feu dans le Sud-Ouest de la Syrie. Celui-ci serait un premier pas avant un accord « plus large », selon un diplomate américain sous couvert d'anonymat.

    Trump repart avec le sourire. Et Poutine le pourrait aussi. A Hambourg, seul un protagoniste était diabolisé: celui à la chevelure blonde.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Poutine soutient les projets de Trump sur la livraison de gaz américain en Europe
    Trump et Abe prônent une réponse «rapide et décisive» aux actions de Pyongyang
    Poutine plaisante à propos de son tête-à-tête avec Trump
    Tags:
    victoire, rencontre, sommet du G20 en Allemagne (2017), Angela Merkel, Vladimir Poutine, Donald Trump, Hambourg, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik