Ecoutez Radio Sputnik
    Navalny

    Le principal opposant de Vladimir Poutine ne fait pas l'unanimité parmi l’opposition

    © AFP 2019 DMITRY SEREBRYAKOV
    Opinion
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)
    42201

    L'opposition critique de plus en plus Alexeï Navalny, leader du Parti du progrès. Le fondateur de Russie ouverte, Mikhaïl Khodorkovski, craint notamment que l'éventuelle victoire d'Alexeï Navalny à la présidentielle «fasse revenir la Russie à l'autoritarisme».

    Dans la mesure où le leader de Russie ouverte est l'un des derniers partisans d'Alexeï Navalny parmi les leaders de l'opposition, les experts voient dans ses propos un rappel à l'ordre. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Mikhaïl Khodorkovski cité par Nezavissimaïa gazeta estime que «si Navalny arrivait au pouvoir, la Russie reviendrait à un système de pouvoir monopolistique désagréable pour tous», quand toutes les décisions sont prises exclusivement par le Centre. Cette déclaration est d'autant plus révélatrice que Khodorkovski a déjà exprimé à plusieurs reprises son soutien à Alexeï Navalny et ses ambitions présidentielles — restant ainsi le dernier collaborateur de Navalny parmi les leaders de l'opposition hors système, avec l'opposant Ilya Iachine. Le fondateur du Parti du progrès risque donc de perdre son dernier allié alors que les accords et les coalitions antérieures avec les partis Iabloko et Parnas ont échoué. Leurs leaders, Grigori Iavlinski et Mikhaïl Kassianov, critiquent aujourd'hui Alexeï Navalny.

    Nikolaï Petrov, directeur du Centre d'études politico-géographiques, attire l'attention sur le contexte de la déclaration de Khodorkovski. D'après lui, même si le fondateur de Russie ouverte continuera de soutenir Alexeï Navalny, il souhaite mettre en place un système de pouvoir foncièrement différent. Selon lui, le comportement de Navalny a peu de chances de changer car ce dernier sait parfaitement qu'actuellement, aucun membre de l'opposition ne peut atteindre son niveau de popularité.

    Malgré tout, d'après le chef du Groupe politique d'experts Konstantin Kalatchev, Navalny doit faire évoluer son comportement s'il veut devenir le leader de la majorité: «Les reproches visant Navalny sur sa communication avec la presse ou avec les personnalités publiques sont justes. Il faut être démocratique. Ou on risque de se retrouver avec une secte des témoins de Navalny.»

    Sergueï Oudaltsov, leader du Front de gauche cité par Ruposters, s'est exprimé aussi sur son éventuel soutien à Alexeï Navalny.

    «Je n'irai pas manifester pour Navalny, ce n'est pas mon candidat…», a déclaré l'opposant.

    Il a également désigné Navalny comme «le responsable des provocations de Bolotnaïa»: «Il avait l'intention d'organiser une provocation devant le cinéma Oudarnik».

    «A la veille du rassemblement, Alexeï Navalny avait proposé de ne pas aller sur la place mais de s'asseoir devant le cinéma Oudarnik. C'est quoi — de l'imprévoyance? Ou une volonté de soumettre intentionnellement les gens au risque de se faire condamner? Dans l'opposition tout le monde n'est pas blanc comme neige. Aujourd'hui, certains opposants disent représenter les intérêts du peuple mais en réalité ils n'en tiennent pas compte. Je ne sais pas, c'est peut-être une stratégie, mais on ne peut pas exposer les gens de cette manière», a déclaré Sergueï Oudaltsov.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2017) (72)

    Lire aussi:

    Russie: Alexeï Navalny condamné à 3,5 ans de prison avec sursis
    Russie: Alexeï Navalny condamné à 3,5 ans de prison avec sursis
    L’appartement d’Alexeï Navalny perquisitionné
    Russie: le blog de Navalny et trois sites d'opposition bloqués
    Maire/élection : le tribunal de Moscou rejette la demande de Navalny
    Navalny disposé à entamer un millier d'actions en justice à l'issue des élections
    Tags:
    Alexeï Navalny, Mikhaïl Khodorkovski, Vladimir Poutine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik