Opinion
URL courte
Par
3814011
S'abonner

La «Start-up nation» voudrait se débarrasser des pesanteurs de la France périphérique. Mais à ce jeu, nous perdrions surtout ce qu’il nous reste de «liant social», nous explique l’essayiste Gabrielle Cluzel. À nos risques et périls. Entretien.

La France en 2020 est-elle en pleine lutte des classes? Durant sa campagne, Emmanuel Macron vilipendait «l’immobilisme» de la «bourgeoisie blanquette de veau». La journaliste Gabrielle Cluzel a pris la plume pour lui répondre, et défendre au passage la transmission des coutumes et des bonnes manières.

Dans son nouvel essai, Enracinés! Nous sommes tous des héritiers (Artège, 2020), la Rédactrice en chef de Boulevard Voltaire affirme que la nouvelle classe dominante a perdu les vertus de la bourgeoisie pour n’en garder que les vices… Les partisans de la Start-Up Nation courent et consomment: ils sont devenus des «courgeois», nous dit-elle avec humour, avant de nous prévenir qu'ils s'essouffleront: «mais leur joie sera de courte durée!» Et à n’en pas douter, tel est déjà le cas pour Benjamin Griveaux...

Lire aussi:

Benjamin Griveaux aurait dialogué et envoyé des vidéos à l'actuelle compagne du Russe Pavlenski
Carte vitale: quand la sécu fait disparaître les fraudeurs
Griveaux vu par le cofondateur de Libération: «C’est un con!»
Tags:
start-up, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook