Ecoutez Radio Sputnik
    Alexandre Latsa

    Le mouvement prométhéen?

    © Photo.
    Points de vue
    URL courte
    024700

    Dans mon avant dernière tribune, j’ai abordé la situation de certains groupuscules radicaux russes qui prônent la sécession d’avec certaines républiques musulmanes du nord du Caucase russe pour supprimer le fardeau financier qu’elles feraient peser sur la fédération de Russie.

    Dans mon avant dernière tribune, j’ai abordé la situation de certains groupuscules radicaux russes qui prônent la sécession d’avec certaines républiques musulmanes du nord du Caucase russe pour supprimer le fardeau financier qu’elles feraient peser sur la fédération de Russie. Ces partisans de la sécession territoriale avancent des arguments qui sont que certaines républiques caucasiennes sont plus qu’instables, mais que surtout elles se dépeupleraient de leur population russe orthodoxe et qu’ainsi leur appartenance à la fédération de Russie devrait être remise en cause. C’est surtout la Tchétchénie qui est visée. Dans la population de Tchétchénie, il y avait 23,1 % de russes avant le recensement de 1989, il n’en reste que 3,7% aujourd’hui. Le phénomène Kadyrov (on dit qu’il aime ce surnom) dirige la république d’une main de fer depuis 2007, en y ayant réinstauré un régime hybride, mélange de traditionalisme Tchétchène et de rigueur religieuse, le tout subventionné par Moscou. Cette vidéo récente montre des images de la capitale Tchétchène reconstruite et même si la vidéo est en russe, les images sont vraiment spectaculaires. Aujourd’hui, le centre ville de Grozny est d’une beauté à couper le souffle. Pour autant, si on peut reconnaître que Ramzan Kadyrov a réellement pacifié la république (contrairement à sa turbulente voisine le Daghestan) on ne peut que sourire lorsque celui-ci affirme que le budget des luxueuses festivités de son 35ème anniversaire en octobre dernier lui a été fourni par "Allah".

    Il est évident aujourd’hui qu’un morcellement du Caucase russe pourrait déclencher des affrontements multiples dans l’ensemble du Caucase, et dans tous les pays limitrophes. Cette région est stratégique pour la fédération de Russie, et on n’imagine pas qui, à part la fédération de Russie, serait capable d’y maintenir la paix et la sécurité.  C’est tellement vrai que le Caucase est aujourd’hui et a toujours été un objectif géopolitique prioritaire, pour la Russie comme pour les occidentaux. Dès la première partie du 19ème siècle, pendant que le grand jeu faisait rage en Asie centrale (pour aboutir notamment à la création de l’Afghanistan), l’Angleterre avait bien compris l’importance et la menace pour elle des récentes conquêtes russes aux dépens de l’empire Ottoman dans la région du Caucase. Elles ouvraient en effet à la Russie l’accès à la mer noire et à la méditerranée, aux détroits,  et à une position géostratégique renforcée. L’Angleterre (puissance maritime) a donc tenté de déstabiliser la Russie notamment par des livraisons d’armes dans le Caucase ou par la création de comités Tchétchènes et Tcherkesses lors du congrès de Paris en 1856, après la guerre de Crimée. Le but était déjà clair, créer et soutenir un front Caucasien pour repousser l’empire russe (puissance continentale) loin des mers. Cette mosaïque de peuples, dans le Caucase, restera au cours du 20 ème siècle une sorte de ventre mou de l’impérium russe. Dès le début du 20 ème siècle du reste, des responsables des républiques musulmanes de Russie, principalement dans le Caucase et en Asie centrale, tenteront d’organiser la bataille vers leur indépendance avec le soutien de l’occident. C’est la naissance du “Prométhéisme“, un mouvement peu connu qui à travers le siècle va lutter pour réveiller les identités et encourager les séparatismes, afin d’affaiblir la Russie. Le prométhéisme aura son centre névralgique en Pologne, comme viennent de le démontrer certaines archives déclassifiées. Elles démontrent en effet "l’existence d'une unité spéciale chargée de travailler avec les minorités nationales sur le territoire de l'URSS (…) et ce fin de déstabiliser la situation en Ukraine, dans la région de la Volga et au Caucase, ainsi que de démembrer et d'anéantir l'Union Soviétique".

    Les Bolcheviques ne pouvaient pas tolérer ces tendances au morcellement du territoire et en 1922, les principaux responsables politiques indépendantistes (Ukrainiens, Georgiens, Bachkirs, Tatars, Azéris...) s’exilent dans deux directions différentes: une première vague vers Istanbul, qui contribuera à développer la "conscience turque" au sein du mouvement et une seconde vague vers l’Europe notamment en France et en Allemagne pré-nazie. La France est déjà qualifiée à cette époque par le Bachkir Zeki Velidov  de "centre de combat" contre la Russie. En 1924, à Berlin, une rencontre a lieu entre Velidov et un officiel polonais qui lui explique une idée polonaise: Lancer un mouvement des "indigènes de Russie" pour aider ces peuples à obtenir leur indépendance.

    Ensuite, la revue Prométhée se développera dans de nombreux pays (France, Allemagne, Angleterre, Tchécoslovaquie, Pologne, Turquie ou Roumanie) mais la montée du nazisme en Allemagne change la donne et après le pacte Germano-Soviétique le mouvement se déclare "anti nazi et anti soviétique". Les prométhéens se rangeront du côté de l’Angleterre et de la Pologne, contre l’Allemagne et l’URSS. Dès lors le mouvement bénéficiera de forts soutiens financiers en Pologne ou de soutiens politiques en France, avec par exemple la création du comité France-orient sous le parrainage du président du sénat Paul Doumer. Le principal projet du comité sera la création d’une fédération du Caucase sur le modèle helvétique. Mais ce projet n’aboutira jamais, la Société Des Nations reconnaissant finalement les frontières de l’URSS et surtout les tenants de ce prométhéisme se révélant incapables de s’unir.  En 1939, la perte de la Pologne fut un choc pour le mouvement qui fut rapidement happé par l’Allemagne hitlérienne. Les stratèges nazis envisagèrent eux aussi un éventuel morcellement de l’URSS en petites entités, plus faciles à contrôler. Les Allemands créeront notamment une légion Turkestan constituée de Tatars et de Turkestanais mais celle-ci disparaîtra dans l’échec de l’offensive allemande à l’est. A la fin de la guerre, l’URSS est plus forte que jamais et les Prométhéens se tournent vers l’Amérique avec la création d’une "ligue prométhéenne de la charte de l’Atlantique". Le mouvement deviendra un pion made in USA de lutte contre l’URSS pendant la guerre froide via la création d’organisations tel que "l’Institute for the study of URSS" ou "l’American Commitee for Liberation of Bolchevism".

    La grande confusion idéologique qui ressort de cette période amènera au développement d’une ligne "prométhéenne" qui se définira par défaut comme défendant un projet fondé sur le nationalisme ethnico-régional en Eurasie. Ce projet de démembrement de la Russie en de multiples entités a été pensé tant par des stratèges nazis comme Alfred Rosenberg en 1939, que par des stratèges Américains comme Zbigniew Brezinski dans son ouvrage le grand échiquier publié en 1997. Alors ce n’est pas une surprise si ces idées de découpage de la Russie « pour le bien des peuples » sont aujourd’hui reprises tant par des groupuscules néo-nazis que par les porte-voix de l’influence occidentale.
    En Russie, il y a une multitude de peuples éparpillés sur un immense territoire. L’organisation du pays est  un modèle  de société fédérale unique au monde. On voit que les appels à la destruction de ce modèle de société unique ne sont pas une nouveauté, ils sont le dernier épisode d’une histoire commencée au 19° siècle.
    *
    Les lecteurs souhaitant en savoir plus sur le Prométhéisme peuvent lire cette analyse très instructive en Français.

     

    L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

     

    "Un autre regard sur la Russie": Quel avenir pour les chemins de fer russes?

    "Un autre regard sur la Russie": Un 4 novembre en Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Mon précieux permis de résidence!

    "Un autre regard sur la Russie": Vers l’Eurasie!

    "Un autre regard sur la Russie": Bataille pour la survie de l’Europe?

    "Un autre regard sur la Russie": Les 20 ans du CUF!

    "Un autre regard sur la Russie": Perm, ville de culture

    "Un autre regard sur la Russie": Ce sera donc Vladimir

    "Un autre regard sur la Russie": Rostov la douce

    "Un autre regard sur la Russie": Le projet fou de tunnel sous Béring

    "Un autre regard sur la Russie": Le 21ème siècle, siècle de l’Arctique?

    "Un autre regard sur la Russie": Révoltes arabes: diplomatie 2.0?

    "Un autre regard sur la Russie": 20 ans déjà!

    "Un autre regard sur la Russie": Où vont les touristes russes?

    "Un autre regard sur la Russie": Affaire Breivik, la piste russe?

    "Un autre regard sur la Russie": Vers un terrible mois d’août 2011?

    "Un autre regard sur la Russie": Politique et érotisme?

    "Un autre regard sur la Russie": Vers une réconciliation nationale?

    "Un autre regard sur la Russie": Russie: des émigrants fantômes?

    "Un autre regard sur la Russie": Routes de Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Vers l’Europe de Lisbonne à Vladivostok?

    "Un autre regard sur la Russie": De la Marne aux Mistral: l’alliance franco-russe

    "Un autre regard sur la Russie": Et la démographie dans tout ça?

    "Un autre regard sur la Russie": Kazan l’orientale

    "Un autre regard sur la Russie": La Russie brûlera-t-elle de nouveau?

    "Un autre regard sur la Russie": Pauvre France?

    "Un autre regard sur la Russie": La Russie 2.0

    "Un autre regard sur la Russie": Vladimir ou Dmitri?

    "Un autre regard sur la Russie": S Dnem Pobedi!

    "Un autre regard sur la Russie": Les subbotnikis de Pâques!

    "Un autre regard sur la Russie": Survivre à Moscou

    "Un autre regard sur la Russie": Dokou Oumarov: mort ou vif?

    "Un autre regard sur la Russie": A quand une croisade contre le trafic de drogue?

    "Un autre regard sur la Russie": La francophonie en Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Vers un redémarrage russo-japonais ?

    "Un autre regard sur la Russie": Les enjeux de la bataille pour Tripoli

    "Un autre regard sur la Russie": Le rôle de la Russie dans la journée de la femme

    "Un autre regard sur la Russie": Tunis, Le Caire, mais pas Moscou!

    "Un autre regard sur la Russie": Far-Est?

    "Un autre regard sur la Russie": Couleurs de Russie

    "Un autre regard sur la Russie": Féminité vs féminisme?

    "Un autre regard sur la Russie": Des critiques malgré les bombes

    "Un autre regard sur la Russie": Polémiques vestimentaires

    "Un autre regard sur la Russie": Made in Russia

    "Un autre regard sur la Russie": Divine Carélie

    "Un autre regard sur la Russie": La démographie russe, objet de tous les fantasmes

    "Un autre regard sur la Russie": Pour le modèle multiculturel russe

    "Un autre regard sur la Russie": Moscou, capitale de l'Europe?

    "Un autre regard sur la Russie": Vladivostok, une ville au bout du monde

    "Un autre regard sur la Russie": Rio Grande

    "Un autre regard sur la Russie": Mistral gagnant

     

    * Alexandre Latsa est un journaliste français qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destiné à donner un "autre regard sur la Russie". Il collabore également avec l'Institut de Relations Internationales et Stratégique (IRIS), l'institut Eurasia-Riviesta, et participe à diverses autres publications.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    Grands titres