Ecoutez Radio Sputnik
    Points de vue

    Syrie : comme une odeur de gaz…

    Points de vue
    URL courte
    0 169 0 0

    L’image est restée gravée dans toutes les mémoires: le secrétaire d’Etat américain Colin Powell exhibant un tube d’anthrax devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

    L’image est restée gravée dans toutes les mémoires: le secrétaire d’Etat américain Colin Powell exhibant un tube d’anthrax devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

    C’était le 5 février 2003 et il s’agissait de convaincre le monde que l’Irak de Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive – biologique en l’occurrence – et que, puisqu’il représentait une menace, il fallait lui faire la guerre.

    On sait ce qu’il advint – l’Irak fut envahi mais d’armes de destruction massive, point! Certes, l’armée de Saddam en avait bien possédé, les utilisant même contre sa propre population (Halabja, 1988) mais, en 2003, elle n’en avait plus… L’affaire s’avéra être un formidable montage médiatico-politique, qui discrédita définitivement l’administration Bush aux yeux de l’opinion mondiale.

    Or, voici que, en ce début décembre 2012, près de dix ans plus tard, les chaînes de télévision américaine sonnent à nouveau l’alerte aux armes chimiques… à propos, cette fois, de la Syrie d’un autre dictateur baasiste, Bachar al-Assad. Des «responsables américains», en clair des officiels qui parlent off the record, indiquent que «plusieurs indices nous laissent penser qu'ils sont en train de mélanger des précurseurs chimiques».

    Trois jours plus, tard, les mêmes sources annoncent que les bombes ont été chargées avec du gaz sarin. En clair, l’Administration Obama fait savoir au monde que les troupes fidèles au régime se préparent à utiliser des armes chimiques. Info ou intox?

    Pour mieux comprendre la gravité de cette déclaration, il faut savoir que le gaz sarin est un produit tellement dangereux qu’il n’est jamais stocké tel quel. On le conserve sous forme d’éléments dits  «précurseurs» qui doivent mélangés juste avant que les armes (bombes, obus, diffuseurs aériens…) n’en soient remplies. Mieux, des munitions modernes permettent de mélanger les précurseurs après le tir des obus ou le largage des bombes.

    Si l’armée syrienne «mélange les précurseurs chimiques», l’affaire devient extrêmement sérieuse. Car une fois mélangés, on ne sépare plus ces précurseurs et on se trouve en possession d’une arme redoutable et interdite par les conventions internationales. Selon la pureté des éléments chimiques de base et la composition exacte du mélange, le sarin se dégrade naturellement en quelques mois, voire quelques semaines.

    C’est une arme à un coup: une fois chargées, il faut soit utiliser les munitions, soit les perdre définitivement en quelques mois.
    Le sarin, comme le VX, le tabun ou le soman, est un organophosphoré – des substances hautement toxiques qui attaquent le système neurologique.

    C’est un liquide inodore et incolore, diffusé sous forme d’aérosol. Le contact d’une micro gouttelette suffit à tuer un homme. C’est une invention de la chimie allemande en 1939, un produit IG Farben, l’inventeur du Zyklon B des camps d’extermination…

    L’affaire est grave. Mais faut-il croire les «responsables américains»? La tentation est grande de se rappeler la fable du jeune berger qui, s’ennuyant seul dans sa montagne, crie au loup pour avoir de la visite. A plusieurs reprises, les hommes de la vallée montent le secourir avant de découvrir qu’il a menti… Mais lorsque le loup vient pour de bon, plus personne ne le croit et l’animal le dévore.

    Ce n’est donc pas parce que les Américains ont menti sur l’Irak qu’ils mentent sur la Syrie – mais rien ne prouve le contraire non plus!
    Une chose est sûre: depuis des mois, la Maison Blanche voit dans l’usage d’armes chimiques par les forces d’Assad le seul casus belli possible, le seul motif permettant d’intervenir militairement.

    S’adressant à la Syrie, le président Obama l’a rappelé: «Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable. Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez». L’Otan approuve et la France aussi.

    Le président François Hollande l’avait d’ailleurs expressément dit lors de la conférence des ambassadeurs: l’usage d’armes chimiques «serait pour la communauté internationale une cause légitime d’intervention directe». Seuls, pour l’heure, les Russes alliés de Damas, tempèrent, mettant en garde contre les «rumeurs».

    Si l’armée d’Assad utilise des armes chimiques contre les rebelles, ce sera donc la guerre. Une guerre «préemptive», comme disent les experts, pour désarmer Assad. Mais une guerre quand même. Au milieu des nuées de gaz sarin…

    Il est évident que seuls les Américains ont la puissance nécessaire pour intervenir. Mais ils ne le feraient pas seuls: à leur côté, des troupes de l’Otan, en particulier françaises et britanniques, et arabes (Jordanie, Qatar, etc…)

    Une telle intervention prendrait deux formes : obtenir la supériorité aérienne au-dessus de la Syrie et sécuriser les sites d’armes chimiques. Ce n’est pas une opération coup de poing qui se règle en vingt-quatre heures avec une poignée de commandos… Des sources américaines parlent de 75.000 hommes, ce qui ne veut pas dire grand-chose, mais montre en tout cas, l’ampleur de l’affaire.

    Tout le problème de la guerre, c’est que l’ennemi réplique! Et, une fois attaqué – donc condamné – le régime d’Assad tentera d’internationaliser l’affaire en attaquant ses voisins: Israël, la Turquie, l’Arabie saoudite, etc. Avec quelques missiles dotés de têtes chimiques…

    C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’Otan va déployer des batteries de missiles Patriot dans le sud-est de la Turquie, mais elles n’arriveront pas avant quelques semaines. Si l’on en croit, les responsables américains parlant du «mélange des précurseurs » et du « chargement des bombes», le gaz sarin commencera déjà à se dégrader. Le compte à rebours est lancé. A moins que tout cela ne soit du bluff…

     

    L’opinion de l’auteur ne coïncide pas forcément avec la position de la rédaction.

    (1)  Jean-Dominique Merchet « Défense européenne : la grande illusion » Larousse 2009.

    * Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les affaires de Défense. Auteur du blog français le plus lu sur ces questions, créé en 2007. Ancien de l’Institut des hautes études de défense nationale. Auteur de nombreux ouvrages dont : « Mourir pour l’Afghanistan » (2008), « Défense européenne : la grande illusion » (2009), « Une histoire des forces spéciales » (2010), « La mort de Ben Laden » (2012).

    Le juge et le soldat

    De la difficulté de réussir les réformes militaires…

    L’une désarme, l’autre réarme

    Des « Kalach » pour les Français ?

    Le Mali, un nouvel Afghanistan ?

    Ménage à trois

    Obama, Oussama et le commando Bissonnette

    Otan : continuité à la française

    Afghanistan. Sur le Pont de l’Amitié

    Des Champs-Elysées à la Place Rouge

    Lire aussi:

    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Un ex-général syrien accuse Assad de cacher des armes chimiques
    Le Pentagone n'a aucune preuve de l'existence d'armes chimiques sur la base de Shayrat
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik