Ecoutez Radio Sputnik
    Défense nationale : Sauvegarder le contrat hobbesien

    Défense nationale : Sauvegarder le contrat hobbesien

    © AFP 2019 Bertrand Guay
    Points de vue
    URL courte
    Des attentats en France (janvier 2015) (71)
    0 155
    S'abonner

    Les attentats qui ont frappé la France début janvier ont provoqué un électrochoc dans la population française, jusqu'ici largement inconsciente des menaces que l'Islamisme radical fait peser sur elle. Analyse de Philippe Migault.

    Soldats français dans les rues de Paris
    © REUTERS / Gonzalo Fuentes
    A la mobilisation des Français, massivement descendus dans les rues, succède aujourd'hui un déploiement de troupes d'une ampleur inédite depuis la fin de la guerre d'Algérie. Policiers et gendarmes se déploient partout, sous l'œil bienveillant de compatriotes qui ne leur ont jamais témoigné autant de considération. Plus de 10 000 soldats patrouillent dans les villes, environnés de la même sympathie. L'heure est au consensus. On aurait tort, pourtant, de se montrer confiant à la vue de ce pays affichant son unité nationale, sa force et ses capacités de résilience.

    En premier lieu parce que l'unité nationale est de façade. Des millions de Français ont manifesté. Tous n'étaient pas « Charlie » pour la même raison. Beaucoup ne l'étaient pas du tout, mais tenaient à faire savoir qu'ils ne plieraient pas devant une bande de fanatiques et n'entendaient pas, notamment, s'autocensurer sous la menace. Cela témoigne d'un esprit de résistance partagé, pas de la cohésion d'une nation.

    Ensuite parce que la démonstration de force en cours ne doit pas faire illusion. Si demain des islamistes décident de frapper de nouveau, ce ne sont pas les policiers et les militaires qui les perturberont.

    D'une part parce que les terroristes auxquels nous serons sans doute confrontés auront grandi en France. Ils en connaissent les faiblesses, peuvent se noyer dans la foule, savent où acquérir et cacher des armes, frapper au bon moment.

    D'autre part parce qu'ils rêvent d'une mort au combat « héroïque » face aux représentants d'une autorité et d'un pays qu'on leur a appris à haïr. Ils ne demandent qu'une chose, entraîner dans leur néant le plus possible d'ennemis, « croisés », juifs ou « keufs ».

    L'Arc-de-Triomphe illuminé pour Charlie Hebdo
    © REUTERS / Youssef Boudlal
    Enfin parce que la mise sur le pied de guerre des forces françaises sur le territoire national, déjà loin d'être suffisante du point de vue des effectifs disponibles pour sécuriser tous les points sensibles, ne pourra pas se prolonger au-delà d'un mois. Au-delà nous serons contraints de baisser la garde, faute de troupes en mesure de prendre la relève. Nous sommes arrivés au terme logique du processus de restriction des effectifs de nos forces armées initié dès la disparition de l'Union Soviétique. Cette impuissance, compte tenu du refus obstiné des autorités françaises de prendre en considération les avertissements de leurs soldats, était programmée.

    Laurent Fabius, pour avoir le premier réclamé que l'on restreigne les dépenses militaires et que l'on encaisse « les dividendes de la paix », pourrait sembler particulièrement critiquable. Ce serait oublier que tous les gouvernements qui se sont succédé depuis une vingtaine d'années ont choisi de mener rigoureusement la même politique budgétaire, même lorsqu'ils prétendaient redresser la barre. Pas une loi de programmation militaire, orientant la politique de défense nationale de la France et les investissements financiers afférents, n'a ainsi été respectée.

    Il faut aujourd'hui inverser la tendance. Viser, a minima, les 2% de PIB en matière de budget de la défense. Il ne s'agit plus de sauver l'outil militaire mais d'en reconstruire un autre. Il faut bâtir un dispositif s'appuyant sur des services de renseignement sensiblement renforcés, des capacités de projection adaptées à nos opérations extérieures et des troupes en nombre suffisant pour assurer efficacement la défense opérationnelle du territoire, mission première des armées mais délaissée depuis vingt ans. La classe politique française s'accorde sur un constat, celui que la France est en guerre. Elle a un devoir, protéger les citoyens. A défaut le contrat hobbesien sera rompu. Avec toutes les conséquences prévisibles d'un point de vue social et politique.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Des attentats en France (janvier 2015) (71)
    Tags:
    France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik