Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux de la Russie et de l'UE

    Un point critique dans les relations entre l’Union européenne et la Russie ?

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    0 569

    La question des relations entre l’Union Européenne et la Russie fait à nouveau les premières pages des journaux. La raison en est la situation tragique dans l’Est de l’Ukraine où les troupes du gouvernement de Kiev semblent subir de nouveaux échecs.

    Cette question est aussi à l'ordre du jour en raison du renouvellement des sanctions imposées par l'UE sur des personnalités russes le jeudi 29 janvier. Ce que certains ont vu cependant c'est l'incapacité des boutes-en-guerre (la Pologne et les Pays Baltes) d'imposer à l'UE une aggravation de ces santions. La Grèce, mais aussi la Hongrie, s'y sont opposées. Ont peut y voir le début d'un tournant. La raison reprend ses droits.

    La question des sanctions

    Les relation entre l'UE et la Russie sont d'une nature qui dépassent largement les événements de ces derniers jours. Leur dimension économique est centrale, que ce soit pour l'UE comme pour la Russie. Aujourd'hui, on sait que les différentes sanctions économiques et financières imposées par l'UE, en partie sur les ordres des Etats-Unis, vont couter environ 180-250 milliards de dollars à la Russie dans les trois ans à venir. Ces effets des sanctions, répartis sur les 3 prochaines années, peuvent se résumer ainsi:

    — Absence de refinancement des entreprises pour 150-200 milliards de USD
    — Absence d'Investissements Directs Etrangers: 30-50 milliards USD
    — Réduction de la coopération industrielle: 20-30 milliards USD
    — Réduction d'accès aux technologies avancées: 5-7 milliards USD

    On constate cependant que la partie financière des sanctions se monte à 180-250 milliards de dollars tandis que la partie industrielle de ces sanctions ne se monte qu'à 25-37 milliards USD. Mais, il faut ici insister sur le fait que ces calculs sont des potentiels, et qu'ils n'incluent nullement la possibilité de trouver d'autres canaux et d'autres fournisseurs.

    Cependant, ces sanctions financières auront aussi des conséquences pour les pays occidentaux. On peut estimer la perte sur les intérêts versés aux investisseurs occidentaux à 10 milliards de dollars par ans. Dans le domaine commercial, la perte pour les producteurs européens se monte à 30 milliards de USD par an. Un autre phénomène dont il faut tenir compte est le développement de substitutions aux importations, soit par la production interne (cela peut représenter de 7 à 13 milliards USD), soit par la recherche d'autres fournisseurs (en Asie) ce qui devrait représenter 20-22 milliards USD par an. Le total du coût pour les pays occidentaux devrait être de 37-45 milliards par an. A cela il faut ajouter une restriction de la demande qui ne sera pas compensée. On arrive ici à un total de 50-70 milliards par an. Ceci ne tient pas compte d'un effet multiplicateur (effet dits " de deuxième tour " portant sur les fournisseurs des entreprises exportant vers la Russie) résultant de l'interruption du commerce avec les pays occidentaux. Pour les pays de l'UE, ces effets résultant de l'impact indirect seraient de l'ordre de 180 milliards de dollars. Il faut ici distinguer les effets financiers (les intérêts) et les effets industriels. Les effets financiers seront sensibles essentiellement aux Etats-Unis; les effets industriels seront sensibles essentiellement dans l'UE. En fait, les sanctions, et les contre-sanctions prises par le gouvernement russe, pourraient coûter à l'UE entre 0,5% et 0,75% de croissance, et avoir un impact d'autant plus lourd sur les pays dont le commerce avec la Russie est très développé, c'est à dire l'Allemagne, l'Italie et la France. Dans cette situation, ne pas aggraver les sanctions était une priorité. Mais l'objectif doit être, à terme, de les démanteler.

    Vers un cessez-le-feu?

    Revenons alors aux événements de ces derniers jours. L'armée de Kiev connaît des revers dans le " chaudron " de Debaltsevo. La " mobilisation générale " décrétée par le pouvoir n'a, selon les dires de son propre ministre de la défense, eu qu'un effet très limité, seuls 20% des jeunes requis se sont présentés. Le mouvement de protestation contre la conscription s'amplifie en Ukraine et en 3 jours près de 7500 jeunes ont fui en Russie pour échapper à la conscription. Face à ces échecs, tant militaires que politiques, le gouvernement de Kiev ne songe qu'à une nouvelle escalade et demande des armes à l'OTAN. C'est une logique insensée, qui risque de conduire, par petit pas, à une guerre généralisée. On peut être effectivement inquiet car les négociations de la fin de la semaine dernière à Minsk ont échouées. Mais, il y a dans ce tableau une véritable lueur d'espoir.
    Il faut aujourd'hui avoir le courage de dire qu'une victoire limitée des insurgés du Dobass offre en réalité les meilleures perspectives pour que l'on aboutisse, enfin, à un cessez le feu durable. Une fois la " poche " de Debaltsevo passée sous le contrôle des insurgés, il devient possible de penser à une ligne de cesser-le-feu continue. C'est pourquoi, la mise en œuvre d'un cessez-le-feu réel, appelé de leurs vœux par Mme Merkel et par François Hollande, passe par une défaite des forces de Kiev. Il faudra, ensuite, trouver un accord sur des forces d'interposition et, au-delà, sur une solution politique à ce conflit où déjà plus de 5000 civils ont péris et qui a provoqué des centaines de milliers de réfugiés, en grande partie en Russie.
    Sur la base d'un cessez-le-feu qui soit réellement respecté, on pourra construire une véritable solution politique. Si la notion de " fédéralisation " de l'Ukraine est morte, on peut penser qu'un statut d'autonomie des régions de l'est de l'Ukraine au sein du pays, sur le modèle de la région autonome du Kurdistan en Irak, pourrait être possible. Mais, cette solution exigera des deux côtés beaucoup d'efforts.

    Renouer les liens

    Dans ce contexte, il apparaît essentiel de renouer les liens entre l'UE et la Russie. Il importe d'abord de ne pas rompre les liens qui subsistent, comme la coopération culturelle et scientifique. Il importe ensuite de reprendre les relations économiques en levant, progressivement, les sanctions de deux côtés. C'est le souhait de nombreux acteurs économiques des deux côtés. C'est le langage de la raison. Il convient de l'écouter.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Ukraine: Varsovie prête à durcir les sanctions contre la Russie
    Sanctions: une guerre économique contre la Russie
    UE: Vienne opposé à de nouvelles sanctions économiques contre la Russie
    Russie: les chefs des diplomaties de l'UE prolongent les sanctions
    Tags:
    Union européenne (UE), Europe, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik