Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion Rafale

    Inde: le contrat pour les Rafale français en danger d’annulation

    © AFP 2019 GERARD JULIEN
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    0 4113

    « Suspens maximal sur le contrat indien », titrait il y a tout peu le quotidien français d'information économique et financière Les Echos.

    En effet, les discussions sur le contrat de livraison de chasseurs français à la République indienne se poursuivent depuis déjà trois ans pour en arriver à la situation où il y a plus de chances que l'Inde annule la transaction que la France obtienne les 20 milliards de dollars initialement prévus…

    Les raisons avancées par la partie indienne sont relativement simples: coût trop important pour le rapport qualité/prix, refus de la France de se conformer aux exigences de l'Inde en matière de transferts de technologie et d'offset, et puis surtout des alternatives existantes certainement plus intéressantes. Ces alternatives ont d'ores et déjà étaient nommés: les chasseurs russes Sukhoi Su-30MKI. Dans les couloirs de la récente visite de Vladimir Poutine chez l'allié indien, les bruits couraient déjà sur cette éventualité. Une « preuve » supplémentaire d'ailleurs que « l'isolation de la Russie sur l'arène internationale » est plus « qu'évidente »…

    « La Russie est prête à signer un contrat avec l'Inde sur la livraison d'un lot supplémentaire de chasseurs Sukhoi Su-30MKI qui remplaceraient les Rafale français », c'est ce qu'a déclaré le directeur général adjoint de l'Agence russe d'exportation d'armements (Rosoboronexport), Sergueï Goreslavski, à RIA Novosti. Pour rappel, la Russie est traditionnellement le plus important partenaire de la République indienne dans le domaine de la Défense et cette dernière est tout simplement le plus important acheteur d'armements russes au niveau mondial (devant la Chine).

    Mais ce risque d'annulation avancé par le gouvernement indien est-il uniquement lié aux raisons citées plus haut? Probablement pas. Nous avons déjà mentionné dans nos articles précédents à ce sujet que dans tout domaine et surtout dans un secteur aussi crucial que celui de la Défense, l'aspect réputationnel joue un rôle prépondérant. Et la France d'aujourd'hui, ou plutôt son élite politique, ont déjà prouvé aux yeux de tous que sa réputation est gravement remise en cause, le tout au profit des intérêts outre-Atlantique mais aucunement français, ni européens.

    L'affaire avec les Mistral en est la preuve nette. Ne pas honorer un contrat pour lequel le paiement est déjà dans les mains n'est pas digne d'un partenaire, quel qu'il soit. Jusqu'ici, la Russie a fait preuve de très grande patience dans cette affaire et n'a pas encore engagé de poursuites judiciaires contre la France. Des poursuites qui non seulement rendront à la Fédération de Russie la somme engagée mais également feront payer au gouvernement « français » de bien lourdes pénalités: au total environ trois milliards d'euros. Après tout, la patience a des limites.

    L'Inde est à l'instar de la Russie, ainsi que des autres pays BRICS, une nation qui a toujours placé le respect de sa souveraineté et la défense de ses intérêts nationaux au plus haut. Son élite sait aussi parfaitement observer et analyser les événements qui se déroulent dans notre nouveau monde multipolaire, dont l'Inde est elle aussi l'un des principaux architectes. Il était donc trop simpliste de croire que l'Inde allait s'engager définitivement dans une transaction à onze chiffres sans être certaine de le faire avec le bon partenaire. Il est tout à fait normal de chercher la diversification dans ses partenariats extérieurs, c'est aussi à cela que sert la concurrence, et l'Inde ne fait pas exception sur ce point, néanmoins cette diversification ne peut se faire que lorsque le client est assuré que son cahier des charges et les conditions du contrat seront en intégralité respectés par l'autre partie.

    Il est certain qu'au vu de la situation, la diplomation hexagonale et les professionnels de la Défense française vont engager de gros moyens pour tenter de convaincre l'Inde de finaliser ladite transaction. Néanmoins et vu l'état de sous-traitance dans laquelle se trouve la douce France à l'heure d'aujourd'hui, elle aura bien de mal à obtenir des résultats qui satisferont ses intérêts nationaux et à rendre la fierté méritée aux citoyens français.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engage que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Au Maroc, «l’atmosphère est particulièrement hostile à ceux qui ne veulent pas jeûner»
    Tags:
    défense, Su-30MKI, Rafale, Inde, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik