Ecoutez Radio Sputnik
Le drapeau de l'UE

Le monde anglo-saxon en guerre contre l’Europe ?

© Flickr/ Giampaolo Squarcina
Points de vue
URL courte
Alexandre Latsa
06107776

Les accords de Minsk ont fait ressurgir une vérité oubliée un peu trop vite : les Etats européens ont un rôle fondamental et incontournable quand il faut gérer une crise sur ce continent.

Paris et Berlin se sont en effet bien gardés d'inviter Washington et Bruxelles, c'est-à-dire l'Otan et l'UE, à ces négociations de Minsk, destinées à avancer vers un accord de paix, dans cette guerre civile qui se déroule en Ukraine.

Ironie de l'histoire: la Biélorussie, régulièrement taxée de « dernière dictature d'Europe », a accueilli une rencontre ayant permis aux puissances continentales de bloquer les velléités guerrières anglo-saxonnes.

Prises entre l'enclume des faucons ukrainiens et le marteau de leurs sponsors américains, les élites ukrainiennes, qui auraient naïvement cru à la fable de leur intégration fraternelle au sein de la communauté euro-atlantique, doivent désormais déchanter.

Les rêves d'adhésion immédiate à l'Union Européenne et à l'Otan sont partis en fumée, et le pays est maintenant très proche de la faillite. Le divorce avec la Russie sur le modèle géorgien se fait au prix d'une guerre contre le monde russe et donc quasi-directement contre la Russie. Dans le même temps, les oligarques qui ont pris le pouvoir en Ukraine après les événements de la place Maïdan ont mis les nations européennes face à une situation très complexe.

Du côté de l'Europe de l'ouest, on essaie de croire à la paix en Ukraine et de rester optimistes, mais une scission apparaît de plus en plus nettement. D'une part, se profile un axe qui recherche la paix et d'autre part un groupe qui souhaite un affrontement plus direct avec Moscou.

L'axe anglo-saxon, fauteur de guerre?

Dans ce groupe, quatre acteurs principaux.

Il y a d'abord l'Angleterre, dont le ministre de la Défense Michael Fallon affirme que Moscou fait planer un « véritable danger » sur les pays baltes. Quant à l'ex-ministre britannique de la Défense Liam Fox, il martèle que les forces de l'Otan doivent « offrir aux Ukrainiens les capacités nécessaires pour se défendre » et notamment des « armes antichars sophistiquées » car la Russie menacerait de dominer l'Europe. Même son de cloche pour l'ancien responsable des services secrets anglais qui affirme que la Russie représente une « menace en tant qu'Etat » pour l'Angleterre.

Il y a le Canada, l'un des acteurs étrangers les plus actifs durant le Maïdan, fait rarement mis en lumière par les médias français, qui vient d'être clairement appelé à l'aide par les autorités ukrainiennes qui affirment se préparer à une « guerre d'envergure » contre la Russie. Et au passage, sans aucun doute, à balayer d'un revers de main les accords de Minsk.

Washington menace de son côté la Russie de sanctions d‘une extrême gravité en l'accusant de faire entrer des chars en Ukraine, ce que pourtant François Hollande lui même dément. Fort de ce mythe médiatique, Washington étudie même la possibilité de livrer des armes à l'Ukraine afin de torpiller la fragile tentative de « quintuple entente continentale » arrachée à Minsk pendant la nuit du 11 au 12 février.

Enfin il y a l'Otan, dont le commandant adjoint de l'Alliance atlantique en Europe, le général Adrian Bradshaw, vient d'affirmer, tout comme l'ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, que la Russie pourrait être tentée d'envahir des pays membres du bloc. Grace à la crise ukrainienne, l'Alliance se redonne une raison d'exister et peut utiliser ses satellites en Europe (Pologne, Etats baltes…) pour constituer un cordon "Otanien" entre Paris, Berlin et Moscou.

La crise en Ukraine a donc permis en quelque sorte l'apparition d'un projet de mur américain, qui remplacerait le mur de Berlin.

L'Europe face à ses contradictions historiques et systémiques

Un commentateur objectif et raisonnable pourrait se demander ce qu'un axe non-européen et maritime « Otan-Washington-Londres-Ottawa » peut apporter à une crise ne concernant que des puissances continentales européennes ou péri-européennes. Il pourrait avec étonnement constater que cet « axe du bien » a été exclu des négociations vers la paix mises en place par l'axe « Paris-Berlin-Moscou ». Il y a pourtant des explications à cela.

A la fin du second conflit mondial, l'Europe a confié sa défense aux Etats-Unis pour se protéger du péril soviétique. Lors de la disparition de ce danger, les Européens n'ont pas fait l'effort de créer un système de défense indépendant. L'Otan a poursuivi son expansion vers l'est du continent, pays par pays. Dans cette organisation, la suprématie américaine coule de source.

La jurisprudence De Gaulle n'a pas fait tache d'huile, tandis que Berlin s'est montré incapable de s'affirmer en leader de la puissance militaire européenne. L'Allemagne se contentait de prendre le leadership économique d'une construction européenne ayant transformé les pays de l'union en sujets de ce nouveau Reich puissant économiquement, mais sans défense autonome.

Une Allemagne désormais prise en tenaille entre sa tendance naturelle à l'expansion vers l'Est (militaire en 1940, économique en 2000) et le risque d'une guerre ouverte dans laquelle elle serait la grande perdante, à cause de sa position économique dominante. Enfin, et peut être surtout, l'UE n'a toujours pas clairement défini ses frontières, ses limites civilisationnelles et par conséquent la limite territoriale et géographique de son expansion.

La Russie et les frontières du monde russe

L'Europe se retrouve face à une Russie en pleine mutation. Parallèlement au redressement économique spectaculaire qu'il a connu, le pays vit une mutation qui est de nature géopolitique. On l'imaginait devenir une puissance européenne ou quasi-européenne au début des années 2000; depuis quelques années, on constate au sein des élites russes une tendance géopolitique "eurasiatique" qui s'est beaucoup affirmée et qui tend à devenir dominante.

Ce changement de cap a logiquement entraîné une reconfiguration systémique et permanente tant de la politique étrangère russe, que de la gestion de ses marches (son étranger proche) et de la relation avec sa zone d'influence propre: le fameux « monde russe » que l'on peut qualifier « d'étranger intérieur », une notion difficile à comprendre pour les occidentaux.

Avec moins de 9 habitants au kilomètre carré, la Russie n'est pas un Etat nation européen comme les autres. Certaines frontières sont très éloignées du centre politique, et d'autres n'ont pas, en Russie, une signification identitaire aussi forte qu'en Europe occidentale. Cette réalité explique l'obsession russe d'avoir marches stables. L'existence de populations situées « hors » des frontières administratives de l'Etat russe actuel, mais se considérant comme appartenant au monde russe, complique encore les choses, que l'on pense par exemple aux Ossètes, aux populations russophones du Donbass ou à une partie de la population de la Moldavie.

Quel avenir pour l'Ukraine entre Washington, Moscou et l'Europe?

Le retour de la Russie en tant qu'acteur géopolitique indépendant et autonome, ayant ses propres intérêts et les moyens de les défendre, est un élément clairement déstabilisant pour l'agenda américain en Eurasie et en Europe. Mais cette nouvelle donne place également l'Europe face à des choix stratégiques. L'affaire ukrainienne le démontre, en contraignant l'Europe à naviguer entre l'unilatéralisme de Washington et ses intérêts propres. Ces derniers n'allant pas du tout dans le sens d'une guerre sur le continent et contre la Russie, avec laquelle l'interaction commerciale, politique et économique est croissante depuis une quinzaine d'années.

Les Américains et les Européens ont globalement deux visions et des intérêts diamétralement opposés quant à l'avenir de leur relation avec l'Ukraine.

Pour Washington, l'Ukraine est un pion stratégique fondamental du fait de sa position géographique. Une fois l'Ukraine affranchie de l'influence de Moscou, elle pourrait se transformer en satellite docile, à l'extrémité est du continent, pour introduire l'Otan en Eurasie, en commençant par la mer noire, et ainsi refouler la Russie vers l'Est. Le plus loin possible du « mur de Washington ».

L'Ukraine ne revêt en revanche aucun intérêt stratégique fondamental pour Paris ou Berlin, ni sur le plan militaire, ni sur le plan sécuritaire. Sur le plan économique, le pays peut représenter un marché potentiel pour certains produits européens, et pourrait devenir une source importante de main d'œuvre bon marché pour l'Allemagne. Sous cet angle, du reste, l'opération ukrainienne permet aux Etats-Unis de donner des gages économiques à leur allié allemand en Europe; du moins tant que Berlin ne se permet pas de s'octroyer une quelconque liberté sur le plan militaire ou sécuritaire. Ceci explique en partie l'effroi qui a saisi Washington, Berlin et la soi-disant « nouvelle Europe » sous tutelle militaire américaine et sous domination économique allemande lorsque les Français ont esquissé la vente de navires Mistral, alors que dans le même temps l'Allemagne procède elle à des entraînements militaires avec des reproductions des mitrailleuses en bois en raison de la faiblesse de son budget militaire.

Si la paix revient en Ukraine, ce qui semble improbable, il faudra rebâtir, avec tous ces intérêts divergents, un système viable de relations Europe-Ukraine-Russie.

On imagine mal comment il pourrait pacifiquement s'esquisser sans que l'Ukraine ne redevienne ce que sa géographie et son histoire lui imposent d'être: un pont naturel entre la Russie d'un côté, et l'Europe centrale et occidentale de l'autre et surtout un tampon suffisamment étendu pour éviter au monde euro-occidental et au monde eurasien bien des heurts, et bien des affrontements.

Je dis improbable que la paix ne revienne car une question bien plus inquiétante se profile à l'horizon, question que les dirigeants occidentaux semblent ne pas vouloir se poser: l'Ukraine en tant qu'Etat existe-t-elle encore?

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:
L'Europe divisée sur l'attitude à adopter envers Moscou
Tags:
Royaume-Uni, frontière, Maïdan, Mistral, Biélorussie, OTAN, Union européenne (UE), Adrian Bradshaw, Michael Fallon, Liam Fox, Anders Fogh Rasmussen, François Hollande, Moldavie, Canada, Donbass, Europe, Pologne, France, Ukraine, Allemagne, Etats-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres