Ecoutez Radio Sputnik
    Konstantin Dolgov, co-président du Front populaire de Novorossia

    « Le Donbass ne refera jamais partie de l’Ukraine ». Entretien avec Konstantin Dolgov

    © Sputnik. Maxim Blinov
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    Situation dans le Donbass (2015) (227)
    0 80688013

    Konstantin Dolgov est co-président du Front populaire de Novorossia.

    Mikhail Gamandiy-Egorov, Sputnik France: Vous venez d'arriver de Donetsk. Comment se déroule la vie de la population depuis les accords de Minsk-2? Et globalement quelles sont les nouvelles?

    Konstantin Dolgov: Le principal point positif de la trêve que l'on observe depuis les accords de Minsk 2 est que la population civile ne soit pas tuée. Néanmoins, la partie ukrainienne continue de violer l'accord de cessez-le-feu même si et il faut le dire cela se passe généralement sur la ligne de contact des forces ukrainiennes et de nos troupes. En ce qui concerne Donetsk, la ville est en train de revivre. On voit la réapparition d'embouteillages sur les routes. Et pour la première fois depuis le début de la guerre, on observe sur les points de contrôle des files d'attente de gens qui rentrent chez eux en République populaire de Donetsk depuis la Fédération de Russie.

    Auchan (Archives)
    © Sputnik. Maxim Blinov
    Globalement, la situation reste très compliquée. L'un des principaux problèmes est que les retraités continuent de ne pas pouvoir toucher leurs retraites et ce depuis le mois de juillet de l'année dernière. Depuis le moment que Kiev ait tout simplement volé les retraites des gens. La position de la partie ukrainienne se résume au fait que puisque les habitants de Donetsk ont choisi la voie de l'indépendance, Kiev refuse donc de leur payer leurs retraites. C'est une approche véritablement hypocrite puisque tous ces gens durant de bien longues années avaient cotisé aussi bien au sein de la République socialiste soviétique d'Ukraine, puis au sein de l'Ukraine dite indépendante. De leurs salaires ils cotisaient au fonds de pension. L'argent du fonds de pension se trouve à Kiev. En conséquence de quoi, cet argent dû de plein droit aux habitants est tout simplement volé par Kiev et les personnes touchées ne peuvent jusqu'à présent pas toucher leurs retraites. Cette situation peut être caractérisée comme une catastrophe humanitaire. Nous avons à l'heure d'aujourd'hui environ 1,5 million de retraités qui se trouvent toujours sans retraites. Tout récemment nous avons commencé à payer les salaires aux employés de l'Etat, aux professeurs, médecins mais il y a encore un manque sérieux d'argent, en premier lieu cela concerne la masse monétaire. C'est ce qui a poussé le leadership de la république à déclarer que nous devenons une zone multi-devises où le rouble russe, l'euro ou le dollar ont tous une libre circulation au même titre que la hryvnia ukrainienne.

    Le Donbass pendant la trêve
    © AP Photo/ Vadim Ghirda
    A Donetsk, comme dans nos autres villes, l'écho de la guerre se fait beaucoup ressentir. Beaucoup de gens ont été victimes dans ce qu'on appelle désormais l'ex-Sud-Est ukrainien. Et on le voit ne serait-ce qu'au niveau de notre fondation caritative Belaya kniga (« Livre blanc »), que je dirige. Tous les jours nous recevons des dizaines, et parfois même des centaines, de demandes d'aide. Directement de la part des personnes, ou via leurs proches, qui ont été blessés lors des attaques ukrainiennes. Certaines de ces personnes sont aujourd'hui handicapées. Ou encore de la part de personnes ayant perdu leur foyer après les bombardements ukrainiens. Notamment le village de Peski se trouvant non loin de Donetsk, qui a été tout simplement détruit et rasé. Les vétérans de la Grande guerre patriotique à l'instar des autres retraités ne touchent également pas ce qui leur revient de droit. Ce dont Kiev a l'obligation de payer mais qu'il refuse. Les orphelinats aussi se trouvent dans une situation très délicate, notamment au niveau de l'approvisionnement en produits de base, telle que la nourriture. Il y a des orphelinats aussi qui ont des problèmes de chauffage et d'approvisionnement en eau. En ce qui concerne les personnes devenues handicapées, bien souvent ils ont besoin de prothèses ou d'opérations couteuses. Des centaines de personnes juste à Donetsk.

    Sputnik France: Tous ces problèmes que vous venez de mentionner, vont-ils pouvoir être réglés dans un avenir prévisible?

    Konstantin Dolgov: Ils vont être réglés mais il faut bien comprendre que nous nous trouvons toujours en situation de guerre. Bien que la trêve soit globalement respectée, ce n'est un secret pour personne que l'Ukraine se prépare de nouveau à attaquer le Donbass. Vraisemblablement ils utilisent l'expérience du massacre opéré par la Croatie en République serbe de Krajina. Cette dernière était devenue un Etat à part entière mais la Croatie avec le soutien des instructeurs étasuniens et de sociétés privées appartenant également à de hauts gradés militaires américains, s'était alors préparée à la reconquête en mobilisant et en modernisant ses forces armées. Et au cours d'un « blitzkrieg » elle avait écrasé ce qu'ils appelaient « le foyer du séparatisme ». Kiev vraisemblablement prépare le même type de scénario et nous recevons bon nombre d'information confirmant cette thèse. Kiev mobilise ses citoyens. Bientôt leurs forces armées atteindront le chiffre de 500 000 personnes: l'armée ukrainienne, les soi-disant « bataillons territoriaux », la « garde nationale ». D'autre part, de sérieuses discussions sont menées sur les livraisons d'armes à l'Ukraine par les USA. Mais de fait les armes américaines s'y trouvent déjà et nous le savons. Lorsque nous avons libéré l'aéroport de Donetsk, nous y avons trouvé les armes Made in USA. D'autre part encore, l'Ukraine continue d'appliquer ce qu'ils appellent l'impôt militaire ou selon les termes officiels « l'impôt pour l'opération anti-terroriste » (1,5% de prélèvement sur les salaires et revenus ukrainiens, ndlr). De nouveaux véhicules blindés et autres armements sont envoyés à différents endroits, notamment dans les directions de Kharkov-Izium, Izium-Slaviansk et d'autres. Tout cela certainement pas pour appliquer les accords de Minsk.

    Concours Miss Donetsk
    Youtube/videos
    Evidemment dans cette situation, il est encore difficile d'assurer une vie normale aux citoyens de la République populaire de Donetsk. Nous sommes obligés de nous préparer à la guerre qui très certainement aura lieu. C'est une question de temps. Nous allons assurer la défense des habitants de Donetsk, Lougansk et de nos autres villes. Cela nécessite évidemment beaucoup d'efforts, aussi bien au niveau du leadership de nos républiques populaires, ainsi que de tous les habitants. Et c'est ce qui rend difficile la reconstruction pacifique qui permettra de retrouver une vie normale. Notre devoir est d'assurer la sécurité de nos citoyens et le faire sans des forces armées efficaces est tout simplement impossible. Si l'Ukraine réussit à réaliser ses plans pour le Donbass et que nous ne puissions pas assurer une défense digne de ce nom, le nombre des victimes se comptera par centaines de milliers. Néanmoins et globalement la situation s'améliore déjà. Et aujourd'hui on peut même dire que dans certains domaines, la DNR et la LNR, dépassent le niveau des territoires ukrainiens, pourtant non touchés par la guerre. En premier lieu cela concerne les services publics. Les bâtiments résidentiels sont chauffés et bien mieux que dans le reste de l'Ukraine. D'autre part, nous avons gelé les prix pour les services publics alors que parallèlement en Ukraine sur certaines positions ils ont été augmentés de sept fois, notamment en ce qui concerne le gaz… Notre objectif est bien évidemment de poursuivre le travail dans cette voie afin que malgré la guerre et l'agression de l'Ukraine contre nos républiques, nous puissions assurer un niveau de vie meilleur dans nos républiques qu'en Ukraine. Il s'agit du meilleur argument possible pour tous les habitants qui se trouvent encore sur les territoires occupés par le pouvoir autoproclamé kiévien. Nous considérons que les 35 millions de citoyens de l'Ukraine qui se trouvent de fait pris en otages par un gang de criminels de guerre basé à Kiev, par les Porochenko, Iatseniouk et autres, représentent le véritable potentiel de développement de Novorossia auquel nous devons penser.

    Sputnik France : Donc selon vous la reprise des combats est juste une question de temps, c'est bien cela?

    Konstantin Dolgov : Oui. Et d'après les informations que nous possédons, cela peut arriver pratiquement d'un jour à l'autre. L'Ukraine possède toutes les possibilités de passer à l'offensive sur certains endroits du front déjà aujourd'hui. Bien que et il est important de le mentionner, l'application de Minsk 2 à la différence de Minsk 1 est garantie par plusieurs pays de la communauté internationale, dont deux possèdent un statut de puissances nucléaires: la Russie et la France. Mais il faut toujours se rappeler que la décision de violer l'accord Minsk 2 par Porochenko ne va pas être prise par ce même Porochenko, mais bien à Washington. Compte tenu d'une certaine stabilisation économique que l'on observe actuellement en Fédération de Russie: on voit que le rouble se renforce par rapport au dollar, que les sanctions appliquées par les USA et l'UE n'ont pas eu l'effet escompté sur la Russie, il est donc tout à fait probable qu'afin de recréer une situation de déstabilisation aux frontières russes, Washington poussera Porochenko à la reprise de la guerre chez nous dans le Donbass. La météo s'est détériorée en ce moment: un vent très fort, avertissement de tempêtes, à certains endroits fortes pluies et neige. Un moment donc qui n'est pas idéal pour lancer l'offensive. Mais les prévisions météorologiques annoncent que d'ici 10 jours, le temps deviendra ensoleillé. Au Donbass nous avons les steppes, qui sèchent rapidement. Donc toutes les conditions seront réunies du côté ukrainien pour un déplacement « confortable » de leurs véhicules blindés et donc pour attaquer nos villes. A notre niveau ce que je peux dire c'est que nous sommes prêts à contrer les attaques qui nous visent.

    Sputnik France : En ce moment on observe beaucoup de discussions externes sur l'avenir de la DNR et la LNR. Certains parlent d'une « large autonomie » et qu'en tout cas les républiques populaires vont rester « au sein de l'Ukraine ». Pouvez-vous aujourd'hui répondre à cette question et mettre les points sur les « i »?

    Konstantin Dolgov : Ce que je vais dire sera mon opinion personnel. Je parlerai de la tendance générale que j'observe. Cette tendance générale est simple: le Donbass dans tous les cas ne refera plus partie de l'Ukraine. Si c'était l'opposé, les millions de personnes vivant dans nos républiques ne le comprendront tout simplement pas et ne pourront l'accepter. Ils seront alors obligés de partir massivement. Où? Bien évidemment sur le territoire de la Fédération de Russie, le seul pays qui assiste véritablement Novorossia. En premier lieu grâce aux convois humanitaires que la Russie envoie dans le Donbass. Non, le Donbass ne fera pas partie de l'Ukraine. Nos habitants sont catégoriquement opposés à toute idée de retour au sein du pays qui massacrait ses concitoyens d'hier. En parlant d'indépendance, j'aimerai à ce titre faire un retour aux événements du printemps dernier, du printemps 2014 rentré dans l'histoire comme le « Printemps russe ». Nous allons regarder la vérité dans les yeux. Les gens qui sont sortis dans les rues pour manifester ne le faisaient pas pour la DNR et la LNR. Oui, il y avait ceux qui dès le départ réclamaient l'indépendance, il y avait aussi ceux qui prônaient la fédéralisation au sein de l'Ukraine. Ces derniers étaient certes bien minoritaires mais ils y étaient aussi. Le fait principal est que l'écrasante majorité des habitants des régions de l'ex-Sud-Est ukrainien voulaient suivre la même voie que la Crimée. Mais ce qui nous réunissait tous était le fait que nous réclamions la tenue d'un référendum pour déterminer le futur de notre terre dans la mesure où un coup d'Etat anticonstitutionnel venait d'avoir lieu à Kiev. Il n'y a donc plus de pouvoir légitime ukrainien au niveau de l'Etat. Le pouvoir passait au niveau des autorités locales qui devaient déterminer leur futur. Certaines d'entre elles ont préféré faire allégeance au gouvernement putschiste autoproclamé à Kiev. Mais les collectivités territoriales n'ont pas disparu et à ce titre Donetsk, Lougansk, Kharkov, Odessa et les autres régions voulaient qu'une seule chose: un référendum sur leur statut. Ce que je peux dire une fois encore c'est que dans toutes ces régions de l'ex-Sud-Est ukrainien, l'écrasante majorité des habitants souhaitaient suivre la Crimée et rejoindre la Fédération de Russie. Et même lorsqu'on a vu la formation des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk après le référendum du 11 mai dernier qui devait justement valider leurs indépendances, c'était vu par les habitants comme un statut provisoire. Le 8 mai je suis sorti de la prison de Kharkov et j'ai dû quitter le territoire ukrainien pour éviter une autre arrestation par les services spéciaux kiéviens qui se profilait pour me retrouver à Donetsk. Et en observant les sentiments régnants, aussi bien à Donetsk qu'à Lougansk, la création des républiques populaires était perçue comme une étape intermédiaire avant le rattachement à la Fédération de Russie. A ce titre, on se préparait à faire une demande officielle. Puis le 26 mai les premières bombes ukrainiennes sont tombées sur Donetsk. L'aviation ukrainienne a lancé ses bombardements. Et la guerre se poursuit jusqu'à aujourd'hui. Mais à titre personnel, je suis convaincu qu'à un moment ou un autre, la grande partie du territoire appelé Ukraine, à l'exception probablement des cinq oblasts de l'Ouest, va demander à rejoindre la Fédération de Russie, y compris Kiev.

    Sputnik France : Donc selon vous le projet Novorossia va s'étendre bien au-delà des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk?

    Konstantin Dolgov : Je pense qu'un jour on verra le drapeau de Novorossia en qualité d'un des sujets de la Fédération de Russie, au même titre que celui de la Crimée qui a été rajouté au sein du bâtiment du Conseil de la Fédération regroupant tous les drapeaux de tous les sujets composant la Russie. En fin de compte, on y verra aussi le drapeau de Novorossia.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2015) (227)

    Lire aussi:

    Règlement de la situation en Ukraine (2014)
    Vers la paix en Ukraine
    Cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine
    Debaltsevo: un tournant vers la guerre ou vers la paix ?
    Tags:
    Konstantin Dolgov, Lougansk, Donetsk, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik