Points de vue
URL courte
Par
0 608
S'abonner

L’Union européenne, par la voix de ses dirigeants comme de ceux de ses pays membres, se prévaut des plus hautes valeurs ; elle en donne dans la pratique une image bien différente, n’hésitant pas à piétiner tant la démocratie que la souveraineté de ses membres.

L'Union européenne prétend instaurer des règles communes et des solidarités entre les pays membres, et même au-delà; les faits démentent tragiquement, et ceci de plus en plus, les idées de solidarité, et ceci même en son sein. Ces deux contradictions alimentent la crise à la fois politique et économique que connaît l'UE. Elles en minent les fondements et obscurcissent de manière considérable l'avenir.

Le révélateur grec

Le traitement infligé à la Grèce est un bon exemple de la réalité des pratiques au sein de l'Union européenne; ajoutons qu'il n'est hélas pas le seul. Mais, il sert de révélateur et il expose l'hypocrisie profonde de la construction européenne.

Rappelons les faits: la Grèce a connu une crise de la dette souveraine au début de 2010, dont les conséquences risquaient d'être couteuses pour les banques des principaux pays européens qui avaient prêté, en toute connaissance de cause et en raison de taux d'intérêt hautement rémunérateurs, à ce pays. Les différents plans qualifiés « d'aide » à la Grèce n'ont eu pour raison d'être que d'éviter un défaut afin de permettre aux banques privées, essentiellement françaises et allemandes, de se dégager et revendre les titres grecs qu'elles avaient achetés. Ces plans « d'aide » ont considérablement alourdi la dette. Ils ont eu pour contrepartie des plans d'austérité, mis en œuvre par ce que l'on a appelé la « Troïka », c'est à dire la Banque Centrale Européenne, la Commission Européenne et le Fond Monétaire International. Ces plans d'austérité ont à leur tour provoqué une crise économique et sociale de grande ampleur en Grèce, avec un taux de chômage de plus de 25%, une paupérisation galopante, et une destruction du système de protection sociale. Cette austérité a été imposée à la Grèce par des équipes d'experts envoyés par la « Troïka » qui sont venus s'installer dans les ministères et qui ont dicté leurs conditions.

La Grèce et l'euro
© REUTERS / Alkis Konstantinidis
A bout de force, mais aussi à bout de patience, les électeurs grecs ont, le 25 janviers 2015, envoyé un message très clair: la population refuse l'austérité pour le compte des banquiers de Francfort ou de Paris. En portant au pouvoir une parti de gauche dont le programme promettait de mettre fin à cette austérité, tout en engageant des réformes que les autres gouvernements, tant socialistes (PASOK) que de centre-droit (Nouvelle Démocratie) s'étaient toujours refusées à faire, comme une réforme de l'assiette de l'impôt et de l'administration.

Loin de se réjouir de l'arrivée au pouvoir d'un parti, puis d'une coalition, décidé à aborder de front les problèmes structurels de la Grèce, qui s'appellent corruption, clientélisme et népotisme, l'Union Européenne n'a eu de cesse que de vouloir casser ce gouvernement, de lui imposer un autre programme que celui sur lequel il a été élu. Ce faisant, elle montre son total mépris de la démocratie dont ses dirigeants par ailleurs se gargarisent. Quelle que soit l'issue de la crise actuelle, que l'on ait un mauvais accord, un défaut, voir une sortie de l'Euro de la Grèce, l'attitude odieuse de l'Union Européenne restera dans les mémoires de tous les européens, mais aussi des autres. On découvre ici que l'Union européenne ne se comporte pas autrement que feu l'Union soviétique en imposant une théorie de la souveraineté limitée comme ce fut le cas à Prague en août 1968.

Une nouvelle lecture de l'Union européenne

Ce révélateur grec incite alors à relire les autres actions de l'Union européenne.

Que ce soit sur les négociations commerciales internationales, qu'elle mène dans l'opacité la plus totale comme c'est le cas avec le Traité Transatlantique, que ce soit sur la question des OGM ou elle impose aux consommateurs européens des produits dont ils ne veulent pas pour le plus grand profit d'un géant de l'industrie nord-américaine, MONSANTO pour ne pas le nommer.

Que ce soit sur la question de la solidarité entre les pays membres. L'Italie a été laissée seule pour gérer la catastrophe humanitaire provenant de l‘intervention franco-britannique en Libye qui a abouti à la mort de Kadhafi. De même, la Grèce a été laissée bien seule pour faire face aux flux migratoires qui viennent de Turquie et du Moyen-Orient. De son côté, la France a été laissée quasiment seule dans la lutte contre l'islamisme radical au sud-Sahel (Mali, Niger) au moment où la Commission européenne lui demande de faire plus d'économie. Les fonds structurels, qui eurent un effet de modernisation important sur des pays comme le Portugal et la Grèce, sont aujourd'hui réduits à la portion congrue. Le budget de l'Union européenne, déjà dérisoire avec 1,23% du PIB, est appelé à être encore réduit, sous la pression combinée de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne, dans les prochaines années.

Sur tous ces terrains on voit un recul profond avec les pratiques des années 1970 et 1980, quand on ne parlait pas d'Union européenne mais, plus simplement, de « Marché Commun » ou Communauté Economique Européenne. Ce recul s'accompagne d'une montée aux extrêmes dans le discours. Plus l'UE s'éloigne des principes de solidarité et de démocratie, plus elle en parle. Plus elle opprime les peuples des pays membres, plus elle se présente en libérateur pour les autres. On en a eu un tragique exemple avec la crise ukrainienne, où le comportement irresponsable de l'UE n'a pas été pour rien dans le déclenchement de la crise.

C'est donc une profonde tragédie que l'Union européenne, dont le principe était explicitement d'unir l'Europe, ait contribué à une crise qui menace de séparer à nouveau les peuples du continent européen. Ceci n'est pas sans conséquences alors que nous nous préparons à commémorer le 70ème anniversaire de la victoire contre la barbarie nazie. L'absence des dirigeants des pays de la coalition qui a forgé cette victoire aux cérémonies de Moscou le 9 mai prochain risque de marquer de manière symbolique une nouvelle division de l'Europe. Les logiques de guerres froides renaissent de leurs cendres, alimentées par les pays baltes et la Pologne, mais encouragées aussi — il faut le reconnaître — par la Grande-Bretagne. Sur l'ensemble de ces terrains, la responsabilité de l'Union européenne est elle aussi écrasante. Tout ceci s'accumule pour constituer les éléments d'une dérive de l'Union européenne qui en fait un danger véritable pour l'Europe.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Fuir l’Europe pour se refugier en Europe
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Tags:
démocratie, Union européenne (UE), Italie, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook