Ecoutez Radio Sputnik
    Un Ka-52

    Modernisation des armées russes: l’armée de l’air

    © Sputnik . Vitaliy Ankov
    Points de vue
    URL courte
    0 458
    S'abonner

    La Russie est en passe de réussir le pari de la modernisation de ses armées. Si certains programmes sont contestables du point de vue opérationnel et financier, les forces armées russes disposeront en 2020 d’un système de dissuasion nucléaire moderne. Analyse de Philippe Migault.

    Celui-ci, associé à un système de défense aérienne élargi aux missions d'interception de certains armements balistiques, met le pays à l'abri à moyen terme de toute agression d'une puissance majeure. Ces aspects ont été évoqués dans les deux premiers volets de cette série d'articles.

    Toutefois nous avons déjà relevé que si l'ambition et la technologie étaient au rendez-vous, il convient de ne pas opter pour de mauvaises options, susceptibles d'occasionner un gaspillage financier et de se traduire par des projets à la pertinence opérationnelle incertaine. Dans cette optique, c'est l'ensemble des programmes de modernisation des armées russes qui doit être examiné afin d'atteindre l'objectif assigné d'une force résolument moderne et opérationnelle dans l'ensemble de ses composantes.

    Car il convient de ne pas créer une armée à deux vitesses. Le commandement des troupes aérospatiales, les forces nucléaires, les troupes aéroportées et les forces spéciales constituent des priorités. Ils ne doivent pas, pour autant, ponctionner une telle part des moyens financiers que les autres armées en soient réduites à la portion congrue.

    L'armée de l'air russe, tous les observateurs étrangers en conviennent, opère une incontestable remontée en puissance. Si le nombre d'appareils décroît, l'entrée en service progressive des avions de combat Su-35, Su-34, Su-30SM, en attendant celle du T-50, vont redonner un tonus indéniable aux escadrons de chasse. Les pilotes, qui bénéficient pour leur formation de l'entrée en service d'un jet performant, le Yak-130, retrouvent par ailleurs des taux horaires d'entraînement proches, voire supérieurs dans certains cas, à ceux de l'OTAN. Avec la modernisation d'une partie des Mig-31, Su-24, Su-27 et la possible commande de Mig-35 en complément des Mig-29SMT programmés, nous nous dirigeons à l'horizon 2020-2025 vers une force aérienne high tech, plus ramassée, d'un millier d'avions de combat hors composante nucléaire aéroportée et aéronavale.

    Système de missiles russe RS-24 Yars
    © Photo. Ministère de la Défense de la Russie
    L'excellence technologique russe ne s'est par ailleurs jamais démentie sur le segment des hélicoptères de combat et de manœuvre. Elle se confirme avec un élargissement de la gamme à des matériels légers (Ka-226…) et l'entrée en service de nouveaux modèles correspondant au sommet de l'art (hélicoptère de combat Ka-52, hélicoptère moyen Mi-38 notamment).

    Mais ce tableau élogieux ne doit pas masquer certaines lacunes. Excellents missiliers les industriels russes n'ont pas encore mis au point toute la gamme des munitions intelligentes et aptes à l'apport en soute que requiert le T-50. Ce n'est qu'une question de temps. La question des armes hypersoniques est plus problématique. La Russie via Almaz-Antey ou KTRV dispose de toutes les briques technologiques nécessaires à la mise au point de tels vecteurs. Leur intérêt opérationnel (frappe à longue distance en stand-off, quasi-invulnérabilité face aux dispositifs d'interception…) est évident. Mais elles nécessiteront un investissement lourd qui devra, sans doute, être reporté dans un second temps, post-2020, pour rester dans la course vis-à-vis des « Occidentaux » tout en économisant des moyens indispensables, dans les dix ans qui viennent, à d'autres programmes.

    La Russie, nous y avons déjà fait allusion dans un précédent article, doit compenser la fin de la collaboration avec l'ukrainien Antonov faute de se trouver rapidement en difficulté en matière d'aviation de transport.

    De même les forces aériennes russes manquent cruellement de ravitailleurs pour mener des opérations ambitieuses loin du territoire national. Bien entendu les bombardiers Tu-160 ou Tu-95, compte tenu de leur très importante autonomie, peuvent mener des patrouilles au long cours. Mais la Russie ne serait pas sans doute, pas aujourd'hui, en mesure de conduire des opérations similaires aux longues campagnes de frappes de la coalition occidentale sur l'Afghanistan ou la Libye, faute de « nourrices » (surnom des avions ravitailleurs en vol dans les armées de l'air occidentales) en nombre suffisant. Il faut combler ce manque et la commande d'une trentaine d'Il-78 de nouvelle génération n'y suffira sans doute pas compte tenu des besoins de la composante nucléaire aéroportée, du maintien en condition opérationnelle…L'option d'une commande de tankers Il-96 plus importante (seules deux unités programmées pour l'instant) doit être envisagée. La Russie n'a pas les besoins des Etats-Unis lesquels, avec plus de 500 ravitailleurs, sont en mesure de remplir le contrat opérationnel qu'ils ambitionnent, une capacité aérienne importante rapidement déployable en tous points du globe. Mais compte tenu de la taille du territoire russe, de la nécessité de disposer de moyens de ravitaillement importants pour un éventuel transfert massif de moyens de combat d'une extrémité à l'autre du pays, la cible d'une flotte de 60 à 70 ravitailleurs ferait sens.

    Précisons enfin que la Russie accuse un sensible retard sur le segment des drones.

    Dans la foulée du conflit russo-géorgien de 2008, marqué notamment par la prise de conscience du manque de moyens de reconnaissance tactique modernes, les forces russes ont fait l'acquisition de drones tactiques puis développé leur propre gamme.

    Mais elles restent dépourvues d'engins de type MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) et HALE (Haute Altitude Longue Endurance), offrant à la fois des capacités de permanence sur le terrain, de frappe précises et rapides dans la profondeur d'un théâtre d'opérations, de renseignement plus précis enfin. Des atouts qui peuvent s'avérer précieux dans le cadre de théâtres d'opérations permissifs ou semi-permissifs comme le furent les conflits afghan, tchétchènes et géorgien.

    Chasseurs MiG: plus rapides que le son
    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Quant aux UCAV (Unmanned Combat Aerial Vehicle), en dépit du programme en gestation autour de la plateforme Skat de Mig, ils brillent par leur absence alors que le X-47 américain, le Taranis britannique et le nEUROn français multiplient les essais en vol.

    Et les défis financiers, technologiques ne seront peut-être pas les plus difficiles à résoudre. Alors que l'armée de l'air russe concentre en son sein le commandement des troupes aérospatiales, la composante nucléaire aéroportée et les forces classiques d'une armée de l'air, elle doit parvenir à intégrer ses moyens au sein d'un système de contrôle et de commandement détenant réellement la maîtrise en temps réel de tous ces moyens. Ce qu'elle n'est encore jamais parvenue à faire. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Les armes russes les plus redoutables
    A bord d'un hélicoptère russe Ka-52 Alligator
    Pinocchio, la Tulipe et la Tique: les drôles de noms des armements russes
    L'avion d'entraînement Yak-130 présenté à Farnborough
    MiG-31, le premier chasseur soviétique de quatrième génération
    Tags:
    défense, armée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik