Ecoutez Radio Sputnik
    Président français François Hollande et l'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al Thani

    Russie-France : Sortir de l’hypocrisie, du double standard et des incohérences

    © REUTERS / Christophe Ena/Pool
    Points de vue
    URL courte
    1335
    S'abonner

    Le rythme haletant de l’actualité, peu propice à la réflexion, offre quelquefois l’occasion de saisir en quelques instants toute l’incohérence d’une politique bien plus sûrement qu’une longue analyse. Analyse de Philippe Migault.

    Le Président de la République française, François Hollande, après une escale au Qatar, où il a signé un contrat portant sur la vente de 24 avions de combat Rafale, est reçu en Arabie Saoudite, invité de surcroît par le Conseil de Coopération du Golfe (CCG), « geste sans précédent pour un dirigeant occidental depuis la création de cette instance en 1981 » selon Le Figaro.

    Parallèlement un article du même quotidien assure que l'option de couler en haute mer les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) destinés à la Russie aurait été envisagée comme porte de sortie par les autorités françaises, ne sachant que faire des navires, tous deux achevés et prêts au service mais immobilisés à quai pour peut-être encore de longs mois.

    Le décalage est tellement énorme que l'on a peine à y croire. Au demeurant l'information du Figaro relève peut-être d'un «canard » de journaliste crédule.

    Se réjouir de la vente des Rafale d'une part et de l'autre couler, en haute mer, deux joyaux de la technologie militaire française flambants neufs, semble parfaitement inenvisageable tant le geste serait symboliquement désastreux, à moult titres.

    D'abord parce que la dernière fois que la flotte française a sabordé des bâtiments modernes parfaitement en état de combattre c'était à Toulon, en 1942, afin qu'ils ne tombent pas aux mains de l'Allemagne nazie. Souvenir peu glorieux et parallèle que les meilleurs connaisseurs russes de l'histoire française ne manqueront pas de faire.

    Ensuite parce qu'on imagine mal le gouvernement socialiste, courtisant assidument les écologistes en vue des élections présidentielles de 2017, faire accepter aux « Verts », même les plus désireux de décrocher un maroquin ministériel, une opération consistant à envoyer par le fond 33 000 tonnes d'acier, de câbles électriques et d'éléments polluants divers. Cela ferait sûrement un splendide récif artificiel au large de nos côtes mais une solution similaire avait déjà été évoquée lorsque nous ne savions plus quoi faire de la coque du porte-avions Clemenceau: Ce scénario avait suscité l'opposition des amoureux de l'environnement.

    Mistral
    © Sputnik . Alexey Danichev
    Pensons aussi aux employés des chantiers navals de Saint-Nazaire, aux salariés des groupes de construction navale DCNS et STX. Couler le produit de leur travail, de leur fierté, comme on procède à un vulgaire dégazage serait-il socialement acceptable? Quel message aussi pour la technologie française? Est-ce en traitant comme un déchet industriel un fleuron de nos bureaux d'étude et de nos chantiers que nous convaincrons les prospects envisageant d'acquérir des navires français?

    Un tel sabordage, enfin, s'apparenterait symboliquement à celui de nos relations avec la Russie. Lorsqu'on choisit de détruire une marchandise, payée par un Etat, en acceptant de le rembourser plutôt que de lui livrer, c'est que l'on est proche d'un point de rupture. Or ce n'est pas l'inflexion que souhaite prendre la diplomatie française, même si certains esprits influents l'y encouragent.

    Pourtant comment ne pas noter la gigantesque différence entre l'attitude de la France vis-à-vis de la Russie et celle qu'elle adopte vis-à-vis des pétromonarchies du Golfe?

    François Hollande a décidé de suspendre la livraison des Mistral à la Russie, alors que la France est légalement parfaitement en droit de transférer ces navires, suite à l'annexion de la Crimée et à la crise ukrainienne. C'est son droit, légitime, de chef d'Etat. Au demeurant il n'est pas le premier à le faire. Charles de Gaulle a décidé de ne pas livrer des armes commandées et payées par Israël au lendemain de la guerre des Six jours. Dmitri Medvedev a choisi en 2010 de ne pas livrer les S-300 commandés par l'Iran.

    En revanche il est pour le moins incohérent d'accepter dans le même temps de vendre des armes à des Etats du Moyen-Orient, engagés au Yémen dans une opération armée relevant de l'ingérence dans les affaires intérieures d'un Etat, sans aucun mandat des Nations Unies susceptible de légitimer leur intervention, le tout en utilisant des armes à sous-munitions interdites par le droit international comme vient de le signaler l'ONG Human Rights Watch.

    Plus qu'une incohérence, cela révèle le double standard qui est systématiquement appliqué à la Russie depuis les débuts de la crise ukrainienne. Tolérance pour nos clients arabes, qui bombardent à visage découvert, aucun passe-droit pour les Russes, dont le patron de la Direction du Renseignement Militaire français a récemment affirmé qu'ils n'avaient jamais manifesté la moindre velléité d'invasion de l'Ukraine.

    Les autorités françaises sont aujourd'hui en situation difficile. Comment, sans assumer publiquement son hypocrisie —qualité indispensable à tout responsable politique mais peu courue dans l'opinion publique- concéder aux uns ce que l'on refuse à d'autres?

    Pourquoi devrions-nous refuser le livrer des armes à la Russie, matériel dûment payé par ailleurs, alors que nous acceptons des montages financiers pour satisfaire nos clients arabes et vendre le Rafale coûte que coûte, quitte à prélever des appareils sur des lots destinés à l'armée de l'air française? Parce que la Russie n'est pas un Etat « démocratique »? Les médias français, y compris publics et proches du pouvoir, ont fait part de leur gène vis-à-vis des ventes d'armes aux monarchies du Golfe, dont certaines, bien loin de tout idéal démocratique, encouragent le terrorisme islamique, pratiquent avec assiduité la peine de mort et ont une notion du « vivre ensemble » qui ne semble guère s'appliquer aux Chrétiens.

    Il existe deux solutions.

    Soit la France décide de poursuivre la même politique. C'est son droit le plus strict et elle se déconsidérera aux yeux de partenaires étrangers et d'une partie de son opinion publique.
    Soit elle choisit de défendre ses intérêts, à visage découvert, en cessant de mêler morale et relations internationales, posture qui exige d'être exemplaire en tous points, exercice impraticable. Sans doute les autorités françaises se déconsidérons-t-elles aussi, de la sorte, auprès de quelques intellectuels officiels. Sans doute recevront-t-elles une « volée de bois vert » des chancelleries « occidentales ». Mais François Hollande y gagnera une stature de chef d'Etat, y compris vis-à-vis de ceux qui ne l'apprécient pas. Parce que c'est l'intérêt de la France de vendre des Rafale au Qatar et à l'Egypte. Que c'est l'intérêt de la France de livrer les Mistral à la Russie. Et parce que les Français sont des grognards qui apprécient particulièrement les chefs prêts à braver la tempête pour imposer leur vision, y compris à eux-mêmes. 

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Tags:
    Conseil de coopération du Golfe (CCG), Mistral, François Hollande, Qatar, Arabie Saoudite, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik