Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine (deuxième à droite) et ses hôtes après le défilé de la Victoire à Moscou

    La Russie et ses alliés ont prouvé que le monde ne se limite pas à l'Occident

    Sputnik Photo Host Agency / Ekaterina Chesnokova
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    21118

    Il est encore assez difficile pour certains de concevoir la nouvelle réalité dans laquelle nous vivons aujourd'hui. Celle d'un monde où un groupe limité de pays ne pourra plus dicter sa loi impunément.

    Un monde dans lequel l'Occident politique continuera à exercer encore de son influence, mais de manière désormais limitée, tout en ayant à rendre des comptes si les nouvelles limites seront dépassées.

    « Bataillon immortel »
    © Photo. Evgeniya Novozhenina
    L'exemple récent en date: la grande célébration de la fête de la Victoire sur le nazisme le 9 mai, à Moscou. Les « leaders » occidentaux ont « brillé » par leur absence, mais entre nous il est à croire que leur présence même aurait été déplacée, surtout au vu des événements plus ou moins récents. Les élites de pays soutenant aujourd'hui la renaissance du nazisme et de l'extrémisme à différents endroits de la planète n'avaient rien à faire sur la principale place du pays ayant offert le plus lourd sacrifice à l'humanité pour anéantir la peste brune.

    Le plus drôle dans cette situation, c'est qu'on avait bien l'impression qu'au final ce sont ces mêmes « élites » qui se sont retrouvées clairement isolées. Tous les représentants de pays véritablement amis de la Russie étaient présents lors de cette grande fête et venus des quatre coins du monde: ex-URSS, Amérique latine, Asie, Afrique. Quelques délégations non et semi-officielles d'Europe étaient également là. En outre et lors du défilé militaire qui était le plus important et le plus impressionnant depuis bien longtemps, en plus des forces armées russes, on a eu droit au défilé des forces armées d'autres pays: Kazakhstan, Biélorussie, Arménie, Kirghizistan, Azerbaïdjan, ainsi que de Mongolie, de la Serbie, de l'Inde et de la Chine (dont l'effectif était le plus important parmi les pays cités).

    Ban Ki-moon (à gauche) lors d'un concert à l'occasion du 70e anniversaire de la Victoire, Moscou
    Sputnik Host Photo Agency / Ilya Pitalev
    Tout le monde a également remarqué les échanges forts amicaux entre les leaders russe et chinois qui étaient assis l'un à côté de l'autre, tout au long du défilé. Le nouveau monde en grande marche, oui on peut le dire. D'autre part et à la veille de la grande fête, la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie et l'Arménie avaient signé l'accord d'adhésion du Kirghizistan à l'Union économique eurasiatique. Un grand moment d'autant plus que l'Union eurasiatique ne compte aucunement s'arrêter en si bon chemin: bientôt ce sera au tour du Tadjikistan, autre république de l'ex-URSS d'Asie centrale, de rejoindre l'union. Le tout sans oublier que d'autres pays analysent eux-aussi cette opportunité. Sans oublier également une fois encore la zone de libre-échange qui passera sous peu à l'étape ultime entre le Vietnam et l'UEEA.

    Mais ce n'est pas tout. Les derniers jours ont été aussi l'occasion de larges manœuvres navales communes en Mer méditerranée entre la Chine et la Russie. Des manœuvres qui ont connu un grand succès, les deux parties ayant exprimé leur entière satisfaction. Les deux nations ont une nouvelle fois montré leur capacité totale de pouvoir intervenir à n'importe quel endroit du globe pour contrer les défis qui leur seront lancés.

    L'Occident doit se rendre donc à l'évidence: il ne dirige plus le monde. Le temps des humiliations et des injustices approche sa fin. Bien que ces dernières se poursuivent largement encore à différents endroits de notre planète, on est au moins désormais en droit d'être optimistes quant à l'avenir. Un avenir encore incertain et c'est justement la raison pour laquelle nous ne devons pas relâcher les efforts communs. Le monde multipolaire a besoin de notre unité commune. Peu importe que nous soyons de grands ou de petits pays, tout le monde a son mot à dire.

    Personne ne prévoit d'isoler l'Occident et il restera partie intégrante de l'humanité. D'ailleurs les nombreux messages récents de soutien et de sympathie de la part des citoyens de pays occidentaux, notamment européens, envers la Russie prouvent à quel point les élites occidentales sont éloignées de la réalité. Quoiqu'il en soit, le chemin se poursuit et il est très important aujourd'hui de comprendre que l'humanité est beaucoup plus large que ce qu'on a voulu nous faire croire jusqu'à encore assez récemment.

    C'est d'ailleurs un message aux nations encore martyrisées par le néocolonialisme occidental. Le temps est venu de se relever, de prendre les choses en mains, de détruire le diktat extérieur et d'arracher sa dignité. L'Afrique, ce beau continent, est aujourd'hui le théâtre de grandes batailles. Et il y a toutes les raisons de croire que les Africains en sortiront vainqueurs! Et ce malgré toutes les actions criminelles des prédateurs néocolonialistes.

    Lire aussi:

    L'UE a raté son programme "Partenariat oriental" selon The Guardian
    Média: avant d'humilier la Russie, l'Occident devrait se regarder dans un miroir
    L'Union eurasiatique ne cesse de s'élargir
    Moscou ne veut pas construire un nouvel Empire russe
    Tags:
    70e anniversaire de la Victoire, Union économique eurasiatique (UEEA), Occident, Chine, Kirghizstan, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik