Ecoutez Radio Sputnik
    Yanis Varoufakis

    Une semaine de buzz politique

    © REUTERS / Alkis Konstantinidis
    Points de vue
    URL courte
    Dimitri Boschmann
    143

    Cette semaine, nous rendons hommage à l’ancien ministre des Finances grec et essayons de comprendre le rôle d’Instagram dans la politique française.

    Le ministre des Finances, Varoufakis, a démissionné, vive Varoufakis héros d'internet!

    Sur son compte Twitter, Yanis Varoufakis se décrit modestement comme "un prof d'économie, qui, pendant des années, a écrit paisiblement des textes académiques obscurs avant d'être poussé sur la scène publique par la médiocrité du traitement de la crise inévitable en Europe".

    Avant de devenir l'icône du web, il était déjà très apprécié dans le monde "réel", notamment dans son pays, parmi les partisans du "Oxi" ("Non" au plan de réformes proposé par la troïka).

    On voit bien comment il était vénéré par la foule il y a une semaine.

    Peu après le referendum, il a dû démissionner, et est devenu une vraie star des réseaux sociaux.

    Pourquoi lui?

    J'y vois deux raisons principales:

    La première est la surmédiatisation du #Grexit. Agences de presse, quotidiens nationaux et magazines people: tous traitent ce sujet depuis plusieurs semaines. Résultat: le public est sensibilisé, lui qui n'a pas l'habitude de se mêler des affaires géopolitiques.

    Ce public (qu'il soit pour ou contre la Grèce) cherchait dans cette histoire une personnalité. Mais quand on est follower de Kim Kardashian, il est difficile de devenir fan de Guy Verhofstadt, Jean-Claude Juncker ou même Alexis Tsipras. Il faut quelqu'un de plus vivant, moins dogmatique et moraliste.

    Farewell Comrade #Varoufakis

    Фото опубликовано Antamerica (@antamerica) Июл 9 2015 в 5:51 PDT

    La deuxième raison est sans doute le physique de Varoufakis. Extrêmement photogénique, il ressemble à la fois aux personnages de Bruce Willis et de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom.

    Certains internautes ont tenté de raisonner la communauté, en leur suggérant la lecture d'un des livres de Varoufakis avant de porter un jugement. Mais même les couvertures de ces livres sont virales. On a plus envie d'instagramer le titre "Yanis Varoufakis. Minotaure global", que de le lire.

    Mais les plus belles louanges faites à Varoufakis sont venus d'Allemagne, pays où le Grexit suscite le plus de commentaires. Ecoutons cette chanson:


    Dans la deuxième partie de ma rubrique d'aujourd'hui, j'aimerais parler d'Instagram.

    On dirait que le buzz n'y est pas trop politique, à moins qu'on ne considère comme politique le nouveau look de Carla Bruni.

    Il est curieux, qu'en France, il y a presqu'autant d'utilisateurs d'Instagram que de twitter (6,6 millions contre 5 millions). Et pourtant les hommes politiques n'utilisent presque pas Instagram dans leurs communications avec les électeurs.

    Le palais de l'Elysée est un bel exemple: son Instagram ne compte que 3865 abonnées. Et ce n'est pas sans raison, les photos y sont trop protocolaires et inintéressantes.

    Cependant, on voit qu'il y a quelques vidéos de très haute qualité, avec écran partagé et autres effets spéciaux. Pas de reproches à l'équipe technique, mais ce n'est pas comme ça qu'on lance un buzz en ligne.

    Visite du président François Hollande de la Caverne du Pont d'Arc #InstaPR

    Видео опубликовано Présidence de la République (@elysee) Апр 10 2015 в 9:28 PDT

    C'est quand même l'Elysée, c'est protocolaire par définition!

    Mais ce n'est pas toujours aussi ennuyeux. La chancelière allemande est sur Instagram depuis quelques semaines et elle a déjà recueilli plus de 52.000 followers.

    Son style est plus informel, sur une photo récente on voit, par exemple, les cameramen et photographes venus eux-mêmes pour filmer la chancelière.

    Tout de même un peu trop sombre à mon avis. Je préfère le compte de la présidente brésilienne Dilma Rousseff (73.000 abonnés) où il y a plus de texte et de hashtags.

    Y-a-t-il de meilleurs exemples en France?

    La vedette de l'Instagram politique en France est sans aucun doute Nicolas Sarkozy: 30.000 followers et un certain style.

    En générale la droite est beaucoup mieux représentée sur Instagram que la gauche.

    Les Républicains ont un compte principal pour le parti et plusieurs secondaires pour leurs jeunes.

    Il y a d'autres instagrammeurs remarquables à droite: Alain Juppé et Bruno le Maire.

    L'extrême droite a seulement un Instagram digne d'être mentionné — Marine Le Pen. Avec ses 2.000 fans, elle se place donc entre Juppé et Le Maire.

    La gauche, quant à elle, a aussi un compte intéressant et c'est d'ailleurs mon préféré — celui d'Anne Hidalgo. C'est tellement beau, bien fait, intégré à d'autres réseaux sociaux.

    Je suis devenu son follower numéro 3356. Elle bat donc Marine Le Pen sur Instagram.

    Si elle est plus forte que la présidente du FN, elle fait encore pâle figure, comparé au premier ministre russe, Dmitri Medvedev, qui compte 1,4 million de followers. Même Sarkozy avec ses 30.000…

    Mais la star universelle et incontestée est le président, Barack Obama, avec un chiffre record de 4,1 millions d'admirateurs virtuels.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Une semaine de buzz politique
    Une semaine de buzz politique: Nutella, cathos écolos et lois contestées
    Sergueï Lavrov fait le buzz sur Internet
    Tags:
    Internet, Yanis Varoufakis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik