Ecoutez Radio Sputnik
    Un bébé russe

    Où en est la démographie russe à la mi-2015?

    © Sputnik . Igor Zarembo
    Points de vue
    URL courte
    7343

    Le mois de juin 2015 aura été un mois extrêmement instable sur le plan démographique.

    Avec 165.764 naissances contre 154.805 en juin 2014 (soit une hausse de 7,1%) et avec 161.267 décès contre 148.787 en juin 2014 (soit une hausse de 8,4%), le moins que l'on puisse dire est que la situation démographique semble évoluer dans une direction qui semble maintenant lisible, analyse d`Alexandre Latsa.

     

    Certes juin 2015 aura vu la Russie connaître une hausse naturelle de population de 4.497 personnes, mais à titre de comparaison cette hausse naturelle était pour le mois de juin 2014 de 7.018 personnes.

    Pour le premier semestre 2015, la situation est la suivante.

    Les six premiers mois de 2015 ont vu 926.776 naissances contre 932.460 pour les six premiers mois de 2014 soit 5.684 naissances en moins (une baisse de 0,6%) tandis que le pays a connu 988.097 décès contre 961.103 pour la même période en 2014 soit une hausse de 26.994 et donc de 2.8%.

    Alors que le pays avait au cours du premier semestre 2014 connu une baisse naturelle de population de 28.643 habitants, cette dépopulation naturelle se monte pour le premier semestre 2015 à 61.321 habitants.

    La natalité a diminué fortement dans le grand nord russe (Carélie, Arkhangelsk, Komi…) ainsi que dans le Caucase du nord, (avec des baisses de 10 à 12% en Ingouchie et en Karatchaïévo-Tcherkessie) dans la zone élargie de la Volga (Tatarstan, Bachkirie, Tchouvachie…), la république d'Altaï ou la Sibérie du sud et dans la zone allant de Novossibirsk à Kemerovo.

    Puissance des symboles, certaines périphéries se portent cependant bien puisque le nombre de naissances a par contre explosé à Sébastopol (+10%) et de 2,3% pour l'ensemble de la Crimée. Une évolution similaire frappe le district autonome des Nenets tandis que des hausses prononcées de naissance (autour de 6 à 7%) frappent Khabarovsk, Volgograd, Saint-Pétersbourg, Moscou, l'Oblast de Nijni-Novgorod, la région de Moscou ainsi que les deux grands oblast du sud de Moscou que sont l'oblast de Tula et celui de Kalouga.

    En clair, le nombre de naissances reste soutenu et même en légère augmentation dans la partie européenne et centrale de la Fédération de Russie.

    La mortalité est, elle, en augmentation pour le premier semestre 2015, de +2,3% contre +5,2% pour le premier trimestre, et ce sur la quasi-totalité du territoire de la Fédération de Russie hormis quelques exceptions comme le district autonome des Nenets, la république de Touva ou dans la région de Moscou.

    Il faut noter que la hausse de la mortalité est due à une hausse des décès dues aux maladies vasculaires ou dues aux voies respiratoires mais que le nombre de morts par accidents de la route, suicides, assassinats continue lui de diminuer.
    Quelles évolutions semblent plausibles?

    La Russie semble être de nouveau rentrée dans une dynamique de hausse de mortalité, tandis que le nombre de naissances reste lui étonnamment élevé. Pour les pessimistes, il faut garder en tête qu'une bonne santé démographique ne dépend pas d'une mortalité faible mais avant tout et surtout d'une natalité élevée.

    Bébés
    © Sputnik . Sergueï Veniavski
    Il sera toutefois intéressant d'observer de près le nombre de naissances des prochains mois car si le nombre de naissances est traditionnellement élevé en été, les mois de juillet, août et septembre verront les naissances d'enfants conçus neuf mois plus tôt soit durant les trois derniers mois de 2014 marquée par une crise économique inattendue qui pourrait potentiellement avoir pesé sur la décision de lancer un enfant.

    La baisse naturelle de population a depuis le début de l'année, été compensée par l'immigration puisqu'au 1er juin 2015 la population de la Fédération de Russie a toutefois augmenté de 13.100 habitants, la population de Russie se montant à 146,3 millions d'habitants au 1er juin 2015.

    2015 devrait vraisemblablement, sans cataclysmes, connaître une faible hausse naturelle de population, voir un quasi-équilibre et voir sa population globale augmenter avec l'immigration (notamment la poussée de migrants ukrainiens) pour atteindre à peu près 146,5 ou 146.6 millions d'habitants au début 2016.

    Lire aussi:

    Natalité: l'Allemagne dernière du classement
    La démographie russe, entre mythes et réalité
    Pourquoi les jeunes Ukrainiens fuient-ils vers l'ouest?
    La famille est un moyen de guerre asymetrique contre l’Occident
    Forbes: la Russie en voie de dépeuplement n'est qu'un mythe
    Tags:
    natalité, démographie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik