Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook et WhatsApp

    Migrants 2.0: comment Facebook, Viber et Skype les aident dans leurs déplacements

    © Photo. REX/APA- PictureDesk GmbH
    Points de vue
    URL courte
    Dimitri Boschmann
    Crise migratoire (777)
    537261012

    Une semaine de buzz politique

    Quand on veut mieux se renseigner sur le problème des migrants, on tombe tout de suite sur un grand nombre de pages sur les réseaux sociaux. Ainsi, le fameux camp des migrants près de Calais, surnommé "La Jungle", possède son propre groupe Facebook. Curieusement, non seulement la majorité absolue des membres de ce groupe sont des volontaires ou sympathisants français mais il n'y a presque pas de likes de la part des migrants eux-mêmes. Les autres pages reflètent cette même tendance: 

    Un constat d'autant plus bizarre que selon Boris Taton, le correspondant de Sputnik qui a pu parler aux habitants de la Jungle, presque tous ont un smartphone. C'est une chose aussi nécessaire qu'un sac de couchage. En fait, le côté smart est plus important que le côté phone car à chaque passage de frontière, ils doivent s'acheter une nouvelle carte SIM dont ils ne connaissent pas le numéro à l'avance.

    Tout le monde se souvient encore du fake Instagram d'un clandestin sénégalais que les artistes espagnols ont créé pour sensibiliser l'opinion publique sur la question de la migration. Tout le monde y a cru, y compris la presse. La déception fut grande alors: mais si c'est un fake, à quoi ressemble la vérité? 

    Il est facile de trouver des pages personnelles comme celle d'Alpha, un des plus célèbres résidents de la Jungle.

    Ce qui devient moins facile, c'est de localiser de vraies communautés en ligne animées par et pour les migrants.

    Ahmed Ali, vétérinaire à Lille, est arrivé en France de Syrie, il y a un peu moins d'un an. Son odyssée a commencé en Syrie quand il a rencontré sur Facebook un homme qui est devenu son ange gardien et l'a guidé à travers les frontières. Il a dû traverser plusieurs pays avant de réussir à s'installer en France.

    Aujourd'hui, il participe activement au fonctionnement de plusieurs groupes FB de réfugiés syriens. J'ai pu l'interroger à ce sujet. Son apprentissage du français continue alors les propos sont recueillis en anglais.

    Pourquoi dans les groupes Facebook dédiés aux migrants ces derniers sont si rares?

    — Tout d'abord parce qu'il est plus facile de communiquer dans sa propre langue. Deuxièmement, parce qu'on peut trouver ce dont on a besoin nous-mêmes, et les associations bénévoles fournissent parfois des objets bêtement inutiles. Ce sont souvent des gens sympas qui travaillent dans ces associations mais ils veulent nous donner des choses comme de la nourriture ou des vêtements, alors que les migrants ne veulent qu'une chose: passer plus loin. Les camps sont souvent situés à des lieux frontaliers, et les migrants ont envie de traverser cette frontière. Ils ne veulent pas rester.

    Vous êtes une exception à être si avancé au niveau technologique comparé à d'autres migrants?

    — Si vous allez sur la page que je vous ai donné, vous verrez qu'il y a 40.000 utilisateurs. Donc vous voyez bien que ce n'est pas que moi, chaque syrien qui se rend en Europe l'utilise au moins une centaine de fois.

    Est-ce que Facebook est le seul moyen de communication?

    — Non. Facebook c'est juste pour prendre contact. Après il y a Viber et Skype pour communiquer entre nous. On utilise largement le GPS pour pouvoir repérer les points de passage et pour éviter de rencontrer la police. On prend aussi des photos de chaque endroit et on les partage ensuite avec les autres.

    Voilà les communautés en ligne les plus utilisées par les migrants syriens (dont la première compte 40.000 utilisateurs):

    Refuge pour les syriens

    Emigration en Grande Bretagne

    En Europe en 20 jours 

    Pour résumer, l'arsenal technologique d'un migrant dans cette odyssée périlleuse consiste en trois éléments clés:

    Facebook — son point le plus fort, ce sont les communautés thématiques où l'on peut trouver de bons contacts.
    Viber et Skype - une fois que vous avez fait la connaissance des personnes qui peuvent vous aider à atteindre le pays de votre rêve, les chats groupés vont vous aider à coordonner vos efforts.
    Whatsapp — bien intégré au téléphone portable, tout en permettant de changer de numéro: vous restez, quoi qu'il arrive, joignable.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Crise migratoire (777)
    Tags:
    migrants, réseaux sociaux, Viber, Skype, Facebook
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik