Ecoutez Radio Sputnik
    Fin du porno en Russie, exposition pédophile à Marseille ?

    Fin du porno en Russie, exposition pédophile à Marseille ?

    © Flickr/ kick_start
    Points de vue
    URL courte
    97914
    S'abonner

    Au cours des dernières semaines, des événements sans doute surmédiatisés ont confirmé le fossé sociétal qui se creuse entre les autorités françaises et russes. Cette divergence concerne cette fois la sexualité, ou plutôt la communication sur la sexualité.

    En parallèle du printemps démographique que la Russie a connu au cours de la dernière décennie, les autorités du pays ont pris le contrepied légal et moral de la dynamique relativement libertaire initiée à l'Ouest sur ce sujet, analyse d`Alexandre Latsa.

     

    Les autorités russes ont ainsi fait voter des lois prohibant la « propagande » des sexualités non traditionnelles auprès des enfants mineurs, incluant parmi ces dernières la polygamie, la bisexualité, la pansexualité, l'échangisme, le mélangisme, la zoophilie, le transsexualisme ou l'homosexualité. Ceci avait déclenché, on s'en souvient, une crise d'hystérie médiatique en Occident et accentué le fossé moral entre Moscou et les capitales d'Europe.

    Pourtant, bien loin de la cacophonie médiatique qu'elle a générée, la loi russe est claire à ce sujet: elle n'interdit aucunement les formes dites non traditionnelles de relations sexuelles, comme c'est le cas dans certains pays qui bannissent certaines pratiques sexuelles entre majeurs consentants.

    En Russie, ce sont clairement le prosélytisme homosexuel et la pédophilie qui sont interdites. A ce titre, on se souvient des déclarations du chef de l'Etat russe à ce sujet lors de J.O. de Sotchi. M. Poutine avait appelé les homosexuels à se tenir à l'écart des enfants et exprimé son incompréhension aux autorités néerlandaises pour avoir laissé se former, se développer et communiquer librement un parti ouvertement pédophile.

    Dans le sillage de cette politique, la Russie vient récemment d'interdire de nombreuses plateformes internet pornographiques suspectées de contenir, et donc de promouvoir, des sexualités non traditionnelles. Cette interdiction a créé un buzz assez surprenant dans la presse française, et ce alors que de nombreuses autres puissances de l'Organisation de Shanghai mènent elles aussi une lutte active contre le web-porno: que l'on songe à l'Inde ou à la Chine qui a déployé 4.000 cyber-activistes pour traquer et dénoncer les sites pornographiques, assimilés à une « pollution de l'esprit ».

    Ces lois de protection de l'enfance, visant à maintenir un socle familial traditionnel et à faire face à une situation démographique complexe, ne risquent pas de rapprocher dans un avenir proche Moscou et Paris ou d'autres capitales occidentales.

    Récemment, la Région PACA socialiste, la ville de Marseille, le conseil départemental des Bouches-du-Rhône ainsi que l'Union européenne ont contribué à l'organisation d'une exposition à la Friche la Belle de Mai à Marseille, exposition de dessins représentant des scènes pédophiles, pédopornographiques ou encore zoophiles, comme on peut en voir un aperçu ici. Comme l'a parfaitement résumé la « veilleuse » et mère de famille Isabelle Surply, il est vrai que la vision « d'un enfant se faisant sodomiser par un animal sur l'autel d'une église » ne peut procurer qu'une forte envie de vomir; mais elle suscite aussi une réaction de colère face au laxisme moral des autorités publiques française qui se servent de l'argent du contribuable pour promouvoir des actes immoraux, mais aussi et surtout illégaux.

    Une forme de schizophrénie règne au sein de l'élite européenne: tout en martelant aux Européens qu'ils doivent s'habituer aux gay-parades, ceux-ci sont en parallèle sommés de veiller à ne pas trop choquer les nouveaux arrivants (les « migrants »). A ce titre, les jeunes Européennes doivent modifier leurs codes vestimentaires et leurs comportements.

    L'Europe se prépare à accueillir plusieurs centaines de milliers, voire des millions de réfugiés musulmans au cours des prochaines années, pour la plupart porteurs de codes culturels et comportementaux traditionnels et empreints de religion, souvent issus du monde musulman. A n'en pas douter, la collision entre ces nouveaux-venus et l'intolérable libertarisme régnant au cœur du vieux continent constituera, à très court terme, le déclencheur de conflits sociaux et sociétaux d'un genre nouveau.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Merkel hostile au mariage gay
    Où en est la démographie russe à la mi-2015?
    La surprenante évolution démographique russe
    Tags:
    propagande gay, démographie, Vladimir Poutine, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik