Ecoutez Radio Sputnik
    Le chômage

    Le chômage, la statistique et les mensonges

    © AFP 2017 Mendi Fedouach
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    123730422

    L’annonce des chiffres du "chômage" pour septembre 2015 a été largement mise en valeur par le gouvernement français. Il est vrai que ces chiffres semblent plaider en sa faveur. Mais quelle confiance peut-on accorder en ces chiffres?

    On parle ici du chiffre des demandeurs d'emploi pour la "catégorie A" de la DARES. En septembre, ce chiffre à diminué de 23 800 personnes. Encore faut-il comprendre comment on est arrivé à ce résultat. Et les éléments publiés par la DARES, mais qui ne sont que très rarement exploités par les journalistes, ne correspondent pas vraiment aux bulletins de victoire qu'un gouvernement aux abois s'est empressé de publier. Il convient alors de ce souvenir de la citation attribuée au Premier ministre britannique (sous la Reine Victoria) Benjamin Disraeli: "Il y a trois sortes de mensonges: le mensonge ordinaire, le parjure et les statistiques".

    De la méthode statistique
    Il convient ici de rappeler les faits. Tout d'abord, la DARES ne recense pas les "chômeurs" mais les demandeurs d'emplois. Et pour être recensé il faut le demander et satisfaire à toute une série de critères administratifs. Des chômeurs de longue durée découragés ne se réinscrivent pas et ne sont donc pas comptabilisés. Le nombre des chômeurs réels est donc nécessairement plus élevé que ce qu'indiquent les chiffres de la DARES. Mais, faute d'étude sur ce point on est obligé d'estimer ce chiffre entre 300 000 à 500 000 personnes. Retenons ici une leçon importante: on ne connaît pas le nombre réel des chômeurs en France.

    Ensuite, cette fameuse "catégorie A" comprend les personnes sans emplois, faisant des démarches actives pour reprendre un emploi. Mais, il faudrait logiquement y ajouter la catégorie "D", qui recense les personnes dispensées des démarches de recherche d'un emploi (pour raison de santé, à la suite d'un accouchement, ou autres). En poursuivant dans cette logique il faudrait aussi ajouter la catégorie "B" qui recense les personnes travaillant à temps très partiel. Le véritable indicateur du chômage est en fait l'agrégat "A+B+D". Le nombre réel de chômeurs s'obtient en rajoutant à cet agrégat les personnes au chômage et qui ne se sont pas réinscrites.
    Cet agrégat se situe, en septembre 2015, à 4,544 millions de personnes. Suivant les estimations sur le nombre des personnes découragées, on obtient alors entre 4,84 et 5,04 millions de chômeurs réels. C'est ce chiffre qu'il faut donc prendre en compte si l'on veut honnêtement parler du chômage. Très concrètement, sur l'agrégat A+B+D, on assiste en septembre 2015 à une diminution de 25 300 personnes. Cela donne une diminution de 0,5% et non de 0,7% comme indiqué dans les divers communiqués du gouvernement, largement repris par la presse.
    Mais il existe deux autres catégories dans les fichiers de la DARES, la catégorie "C", qui comprend les demandeurs d'emplois travaillant à plus de 50% de la quotité mensuelle légale et les emplois aidés et autres stages, qui forment la catégorie "E". Ces catégories définissent un "quasi-chômage" au sens où ces personnes sont dans une catégorie certes moins critique que celles de l'agrégat "A+B+D", mais cherchent activement un emploi stable, ne dépendant pas d'une aide publique (ce qui peut donc être même un CDD….). Ce nouvel agrégat, "C+E", comptait en septembre 2015 1,566 millions de personnes. Et, fait intéressant, cet agrégat s'est accru d'environ 20 300 personnes…Si l'on regarde maintenant les catégories représentatives du chômage (A+B+D) et les "quasi-chômeurs", on constate que la baisse n'a été que de 5000 personnes. Nous sommes donc loin d'une "inversion de tendance" spectaculaire. C'est là le premier mensonge du gouvernement.

    Une mise en perspective
    Il convient de plus de mettre ces chiffres en rapport non pas aux chiffres du mois précédent, mais sur de plus longues périodes, de 1 an, et de 3 ans.
    On constate qu'en 12 mois, le chiffre des chômeurs tel qu'il peut être estimé par l'agrégat "A+B+D" s'est accru de 156 300 personnes et que le chiffre des "quasi-chômeurs" s'est accru de 154 100 personnes. Ceci invite à remettre en perspective la "baisse" enregistrée en septembre 2015. Mais, ces chiffres deviennent réellement spectaculaires si l'on regarde la progression des effectifs à partir du niveau de juillet 2012, soit après que le cycle électoral qui a vu l'élection du président François Hollande et de sa majorité, se soit achevé.

    Le montant total estimé du chiffre représentatif des chômeurs s'est accru de près de 722 000 personnes (non compris les personnes découragées) et celui des "quasi-chômeurs" de près de 337 000 personnes. Ceci représente une hausse de 18,9% en 39 mois pour l'agrégat "A+B+D" et de 27,4% pour l'agrégat "C+E". La hausse plus rapide que la moyenne pour l'agrégat "C+E" provient de la politique gouvernementale qui suscite des contrats "aidés" mais dont relativement peu se transforment en emplois réels, mais aussi de la politique des entreprises qui forcent une partie de leurs salariés à accepter des temps partiels non choisis (secteur de la grande distribution en particulier).
    On constate que le bilan du président Hollande et des divers gouvernements qui se sont succédés depuis juin 2012 est réellement désastreux. Vouloir cacher ce désastre, c'est le second mensonge du gouvernement.

    Quel retour à l'emploi?
    Mais, un autre problème survient alors. Comment sort-on des statistiques de la DARES?
    Une des causes de sorties sont les radiations administratives et les non réinscriptions. Or, d'août à septembre 2015 on a compté 8 600 radiations administratives de plus (de 34 400 à 43 000) sur les catégories A+B+C. On peut penser qu'une partie de la diminution du nombre des demandeurs d'emplois provient de ces radiations administratives. Il est clair qu'une partie de la diminution du nombre des demandeurs d'emplois dans la catégorie A et la catégorie B provient de cette montée du chiffre des radiations administratives. Il faut aussi compter avec les reprises d'activité. Elles correspondent à un retour déclaré à une activité salariée. Ici encore, les chiffres correspondent aux catégories A+B+C (la catégorie D étant exclue). Il est significatif de regarder l'évolution de ces reprises d'activités.

    On constate que le nombre des reprises d'activité a augmenté jusqu'en novembre 2013, puis a baissé jusqu'à février 2015 de manière assez considérable. Il a fortement augmenté au printemps 2015 mais il connaît une nouvelle baisse et semble se stabiliser en ce début d'automne 2015 au niveau d'avril 2014. Le mouvement mensuel sur août-septembre 2015 est très faible, et ne saurait expliquer la baisse des demandeurs d'emplois.
    Mais il y a plus inquiétant.
    Si l'on note des reprises d'activité, on note aussi des licenciements (pour raison économique ou fin de CDD et de mission d'intérim). Il faut donc faire le solde net entre les retours d'activités et les suppressions d'activités.
    On peut remarquer que le solde s'est légèrement amélioré au 1er semestre, mais qu'il s'est largement détérioré après. L'économie française continue de détruire des emplois. Un graphique montre que l'on a actuellement une relative stabilisation de ce solde mais dans les eaux basses par comparaison à ces trois dernières années.
    Cela implique donc qu'une partie du "bon" résultat enregistré en septembre vient soit de méthodes administratives (radiation des demandeurs d'emploi) soit des mécanismes d'aides qui subventionnent des emplois. Mais, on ne voit aucune dynamique économique laissant présager une amélioration significative de l'emploi en France. Et c'est là le troisième mensonge du gouvernement!

    Résumons nous: aujourd'hui, en France, il y a probablement entre 4,8 et 5,0 millions de chômeurs, plus 1,5 million de quasi-chômeurs. Ceci n'inclut pas la précarisation du travail (multiplication des CDD) et la précarisation des conditions de vie de travailleurs qui pourraient toucher entre 5 et 8 millions de travailleurs supplémentaires.
    Les destructions d'emploi continuent à un rythme élevé, et seuls des artifices administratifs (radiations, stages, etc….) permettent de masquer ce phénomène. Le gouvernement serait donc bien inspiré de remettre les communiqués triomphalistes dans sa poche et de commencer à réfléchir sérieusement sur le cancer que représente le chômage de masse dans notre pays.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    France: le chômage à un niveau record
    Turquie: "le pays des journalistes au chômage"
    Le chômage en hausse en Arabie saoudite, surtout parmi les femmes
    Tags:
    chômage, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik