Ecoutez Radio Sputnik
    Daech. Libye

    Libye, base arrière ou base avancée de Daech?

    © AP Photo/ File
    Points de vue
    URL courte
    Maxime Perrotin
    262

    Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… Si les Etats-Unis confirment la mort d’Abou Nabil, chef de Daech en Libye, la victoire sur le groupe terroriste dans le pays reste bien loin d'être assurée.

    Certains observateurs parlent de la Libye comme d'un "front de secours" pour Daech. Si près de 3.500 Libyens auraient quitté le pays pour gagner les rangs de Daech, d'après un rapport de l'Onu, 800 d'entre eux y seraient ensuite revenus pour y étendre son influence.

    Un accord d'union nationale entre les deux parlements ennemis en Libye devrait voir le jour, face à la menace Daech. C'est à Tunis que les représentants des deux camps rivaux se sont rencontrés et ont annoncé, dimanche 6 décembre, qu'ils étaient parvenus à un accord pour la formation d'un gouvernement d'union nationale. Il faut dire que l'influence de Daech ne cesse de croitre en Libye…

    Tripoli, la capitale libyenne
    © Sputnik. Vladimir Fedorenko
    Les inquiétudes vont grandissantes à l'égard de la Libye, alors que la France vient d'y mener ses première missions de reconnaissance aérienne. La Libye, qui revient sur le devant de la scène après l'attentat suicide à Tunis, fin Novembre, et l'arrestation, le même mois, de deux français sur la route du djihad. Pourtant, cela fait plus d'un an que l'implantation de Daech dans le pays est signalée. Preuve en est les déclarations du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui évoquait dès Septembre 2014 la nécessité d'"agir en Libye".

    En décembre 2014, le chef du commandement de l'armée américaine pour l'Afrique, le général David Rodriguez, qualifiait quant à lui le phénomène de "très petit et naissant". Pourtant, trois mois plus tard, il s'avère que les auteurs de l'attentat du musée du Bardo, le premier d'une série revendiquée par Daech, se sont vraisemblablement formés au maniement des armes en Libye.

    Aujourd'hui, l'Onu estime, dans un rapport, le nombre de combattants de Daech en Libye entre 2.000 et 3.000, dont 1.500 concentrés dans la seule localité de Syrte. Et parle de près de 3.500 libyens qui combattraient pour l'organisation terroriste en Irak et en Syrie, parmi lesquels 800 d'entre eux seraient rentrés au pays pour rejoindre sa branche locale.

    Pour le Général de Brigade, Dominique Trinquand, il n'y a rien d'étonnant à ce que Daech puisse prospérer face à des autorités libyennes divisées, aujourd'hui incapables de faire face à ces groupes armés:

    "Les autorités libyennes sont extraordinairement faibles. D'abord, il y a les deux autorités libyennes, celle de Tobrouk qui est officiellement reconnue, et celle de Tripoli, et ils commandent relativement peu de chose. Je rappelle qu'après la révolution libyenne, et pour y être allé moi-même, j'ai pu constater que tout ce qui était maritime était sous le commandement central, tout ce qui est aérien ou ce qu'il en reste également. En revanche, tout ce qui était terrestre était encore sous la coupe des milices qui avaient menées la révolution et qui sont parfois en opposition les unes aux autres, des oppositions de pouvoir reposant sur les dissensions habituelles, en Libye, entre les différentes factions libyennes. Donc, il n'y a pas d'organisation terrestre, il n'y a que des milices qui s'opposent les unes aux autres ou qui, au gré des allégeances, peuvent trouver des intérêts communs. Pour synthétiser: il n'y a pas de pouvoir libyen capable de luter au sol contre les milices puissantes."

    Une incapacité qui pourrait s'illustrer par l'échec cuisant essuyé par les forces loyalistes. Lorsqu'en août le gouvernement de Tripoli lançait une opération en vue de reprendre la ville de Syrte à Daech, une opération qui s'appuyait en partie sur le support des habitants des quartiers résidentiels. Mais voilà, l'opération de libération a viré en un bain de sang durant lequel l'organisation islamique aurait tué de nombreux civils. Chibani Abouhamoud, l'ambassadeur du gouvernement de Tripoli à Paris, déclarait: "L'EI a massacré les gens, tuant même des personnes dans leur maison". L'homme parlait même de 150 à 200 morts, soit bien plus que le chiffre avancé par l'agence gouvernementale LANA.

    En plus de Syrte, les combattants de Daech seraient aujourd'hui à Derna dans l'Est, à Nofilia, non loin de Syrte, ainsi qu'à Benghazi. Outre ces villes côtières qui assurent le contrôle à Daech sur plus de 250 kilomètres de littoral, le spécialiste du Maghreb et de l'islamisme et chercheur à l'IRIS Kader Abderrahim avançait, dans une précédente interview, que l'organisation terroriste contrôlerait plus de 20% du territoire libyen.

    Selon Dominique Trinquand, la Libye est pour Daech une projection et non un simple territoire de "repli", comme l'avancent certains médias:

    "Une base arrière, je ne le crois pas. On pourrait dire une base avancée vers le Magreb peut être, mais une base arrière, certainement pas. Je rappelle que Daech, c'est l'Etat-Islamique au Levant, et le Levant c'est la Syrie et l'Irak. En revanche, […] aujourd'hui, Daech est probablement acculé sur son territoire de prédilection qui est le Moyen-Orient, Syrie et Irak, et donc elle cherche à essaimer un petit peu partout pour que ses combattants puissent essayer de renverser des pouvoirs, voire pour intervenir sur des pays occidentaux comme la France ou ailleurs."

    Afin de lutter contre cette menace, l'Onu n'a cessé d'enjoindre les deux parlements de former un gouvernement d'union nationale. Un processus qui pourrait avoir été amorcé après l'accord survenu le 6 décembre entre les deux parlements rivaux avec, d'une part, le Congrès général national siégeant à Tripoli et soutenu par les milices de la coalition islamiste "Aube de la Libye", et, d'autre part, la Chambre des représentants, installée à Tobrouk et reconnue par la communauté internationale.

    Pour Dominique Trinquand, s'il n'y a toujours aucune intention d'intervenir de la part des occidentaux, notamment faute de moyens militaires disponibles, les différentes forces en présence qui aujourd'hui encadrent géographiquement la Libye ne doivent pas demeurer inexploitées:

    "Je pense que l'action en Libye doit s'appuyer forcément sur une présence forte aux frontières de l'Algérie et de l'Egypte et puis de l'Union Européenne au Nord, parce que c'est la frontière sud de l'Union Européen: endiguer le flot d'immigrés et puis de rétablir un semblant d'organisation en Libye. Donc, une coordination entre l'Algérie, l'Egypte, au Nord et au Sud, par le biais de la France par le G5 sont des nécessités absolues."

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les terroristes de Daesh sont aussi des trafiquants d'art
    Vers un portrait-robot du recruteur-type de Daesh
    Les USA s'entêtent à soutenir les combattants anti-Daesh
    Les crimes de guerre de Daesh sont visibles de l'espace
    Tags:
    lutte antiterroriste, Etat islamique, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik