Points de vue
URL courte
Par
Menace terroriste en Europe (341)
131
S'abonner

Longtemps montrée comme un havre de paix, la Suisse se range depuis peu dans la liste des pays menacés par le djihadisme. Qu’en est-il de la politique à cet égard ?

Le World Economic Forum a pris pour habitude de se tenir dans le montagneux canton des Grisons, dans la station de Davos, chaque année, dans le courant du mois de Janvier (cette année du 20 au 23), alors que les lieux servent surtout de station de ski pour les plus fortunés; réunissant les grands acteurs financiers et économiques de ce monde, cet évènement est souvent contesté et de nombreuses manifestations ont lieu à travers la Suisse contre la tenue du WEF. A la suite des attentats de Novembre 2015, les accès vers la station grisonne sont encore plus renforcés qu'à l'accoutumée, forçant les manifestants anti-WEF à protester loin de l'évènement, et loin des oreilles de ceux qui selon les anti-WEF devraient les écouter.

Bref, en dehors du dispositif de sécurité, rien de bien nouveau.

Une personne pense changer tout cela; depuis hier, un certain Bernhard Falk, citoyen allemand, a déclaré que le WEF serait le « lieu des ennemis de l'Islam », et dans lequel «sont décidées les guerres contre les musulmans, l'exploitation des musulmans et la lutte contre la résistance islamique», tout en appelant ceux qui l'écoutent à « tout faire pour que ces projets échouent », et que la « Suisse porte une lourde responsabilité » en organisant cet évènement.

Pour mémoire, M. Falk a participé à de nombreux attentats par le passé au nom de la « Cellule anti-impérialiste » (groupuscule d'extrême gauche), avant d'écoper de 13 ans de prison, de se convertir à l'Islam (et de changer de nom en Muntasir bi-llah) et de suivre les préceptes salafistes. Si les propos prêtent à sourire devant le ridicule de la vidéo youtube du personnage, il n'en est pas de même dans l'arrière-pensée.

En effet, le pays de Heidi, malgré sa neutralité et sa tranquillité apparente, n'est pas à l'abri d'un attentat, ni du recrutement effectué par les réseaux djihadistes (DAECH et Al-Qaïda). M. Rémi Baudoui, professeur à l'Université de Genève et spécialiste du terrorisme, répond à nos questions. La Suisse est-elle une cible potentielle pour le djihadisme?

"La réponse est oui. Comme tous les autres pays européens. Dans la mesure où le terrorisme est une guerre asymétrique, et non pas une guerre entre Etats-nations, la position d'une Suisse indépendante et en dehors du plan mondial ne tient pas non plus; donc en effet, la Suisse est menacée, comme tous les autres pays."

Le 10 décembre à Genève: 4 suspects avaient été recherchés par toutes les polices du pays. Genève était en état d'alerte; la conférence sur la Paix en Syrie a dû être déplacée dans un lieu tenu secret, au lieu du Palais des Nations. Deux Syriens seront finalement arrêtés le lendemain.

Selon les Services de Renseignement de la Confédération (SRC), le djihadisme recrute avant tout de jeunes hommes instables, sans orientation ni perspectives d'avenir; toujours selon le SRC, de nombreux utilisateurs de réseaux sociaux sympathisent avec l'idéologie djihadiste. 200 internautes ont été identifiés comme diffusant à partir de la Suisse de la propagande djihadiste.

19 ressortissants suisses sont déjà partis faire le djihad et seraient revenus en Suisse, selon le SRC. Ils sont une minorité par rapport à ceux partis, car la plupart se font tuer dans les pays en guerre. Ils représentent un danger potentiel: certains reviennent toujours endoctrinés, d'autres traumatisés, tous déconnectés de la réalité; les médias suisses, à l'instar de leurs confrères français, se sont longtemps penchés sur ces « revenus ». La question est: pourront-ils tourner la page?

Légalement parlant, la loi fédérale instituant des mesures visant au maintien de la sûreté intérieure, et la loi sur le renseignement autorisent les services de prendre les mesures préventives à l'égard de tout danger lié au terrorisme, et de prendre des dispositions sur les données personnelles. Les services cantonaux ont la compétence aussi dans la mise en œuvre du droit à cet égard. Jusqu'ici, toujours selon le SRC, « le Ministère public de la Confédération a ouvert une enquête pénale contre trois Irakiens pour soutien à l'organisation criminelle « Etat islamique », mise en danger avec des explosifs et gaz toxiques à des fins criminelles, activités de préparation d'actes répréhensibles, pornographie interdite et encouragement à l'entrée, à la sortie et au séjour illégal en Suisse ». Aucune donnée n'existe quant au lieu ou quant aux cibles d'un attentat.

Au-delà des chiffres, quelle est l'efficacité des services de renseignements helvétiques? Les services fédéraux suisses sont réputés pour leur sérieux, comme nous en témoigne le Général de division de l'armée de terre française Didier Tauzin.

"Les services de renseignements suisses sont efficaces, autant que leurs homologues français, allemands ou britanniques; ils sont simplement plus discrets que les autres, ce qui n'est pas une mauvaise chose."

Le professeur Baudoui rejoint M. Tauzin sur ce sujet.

"La Suisse a toujours une expertise quant à la surveillance de proximité; la Suisse a même des leçons à donner sur ces maillages de proximité, aujourd'hui revendiqués par tous les services de lutte antiterroriste; ce qui est aujourd'hui mis en cause (en France notamment), c'est la capacité à se saisir d'un terrain et de l'analyser; en Suisse, il y a un service fédéral, mais les cantons sont présents sur la question de la proximité. Notre modèle manque peut-être de moyens financiers, mais il apparaît comme intéressant."

"Il pourrait donc être très efficace, les villes suisses ont de fait plus de choses à dire sur le plan de la sécurité terroriste que ne peuvent le faire les villes françaises, qui n'ont aucune autorité de police dans la lutte antiterroriste. Ce qu'il faudrait, ce serait analyser des systèmes politiques décentralisés, dans lesquels l'analyse de terrain devient un élément primordial, comme le revendique la sécurité anglo-saxonne, avec les polices de proximité."

Discrets, ce qui augmente leur efficacité, ils ne disposent que d'une simple page internet, et publient chaque année un rapport public. Snowden avait déclaré, voici presqu'un an, que la CIA opérait comme elle l'entendait, en toute impunité sur le territoire helvétique. Info ou intox, M. Tauzin?

"On dit beaucoup de choses concernant la CIA. Ce n'est pas le service de renseignement le plus efficace au monde. On prête beaucoup aux riches, et en particulier aux Américains, et il y a toujours ces théories du complot auxquelles il ne faut pas accorder un énorme crédit. Donc, non, je ne suis pas certain que la CIA puisse tout faire sur le territoire suisse."

Qu'en est-il des mesures et des politiques menées par la Confédération pour protéger la population?

"Nous allons vers une situation proche de ce qu'il se passe dans les pays européens: pas simplement une sécurité passive, mais aussi plus active liée évidemment à l'évaluation des menaces sur le terrain et des phénomènes de radicalisation; donc on a la même logique que celle sur l'ensemble européen, et une sécurité de prévention qui va devenir de plus en plus importante."

La sécurité n'est pas prise à la légère en Suisse; déjà du temps de la guerre Froide, chaque nouveau bâtiment construit se devait d'avoir un abri antiatomique. L'armée (toujours de milice) n'en est pas en reste. Un exercice avait simulé une attaque d'un pays voisin, qui passerait par le biais d'attentats organisés par ce dernier.

Peu après les attentats de Paris et de Copenhague, en Février 2015, un rapport de l'armée faisait état d'une menace djihadiste diffuse, mais potentielle; une formation pour les policiers afin de repérer des indices de radicalisation est mise en place; le SRC a reçu des fonds afin d'infiltrer les milieux radicaux. Le but est à la fois de s'en prendre en amont, mais aussi de répartir horizontalement les tâches liées à la sécurité du pays. Le retrait des passeports aux sympathisants du djihadisme a été discuté, mais abandonné: en effet, un papier n'empêche personne de franchir illégalement une frontière, d'autant que cette personne peut aussi se procurer de faux papiers; ceci constituerait une atteinte à la liberté individuelle, et donnerai gain de cause au terrorisme. De quoi alimenter le débat sur la déchéance de la nationalité en France.

En parallèle à l'armée de milice, un autre particularisme helvétique. On reproche souvent à ce pays d'abriter les comptes financiers des potentats et des terroristes du monde. M. Baudoui nous éclaire là-dessus.

"Les choses ont énormément progressé, on est dans une situation où le secret bancaire a été remis en question, et où il a d'une certaine façon disparu; dans une logique de transparence économique internationale, la Suisse a été obligée de s'adapter aux nouvelles règles internationales. C'est donc une « Suisse » qui est en train de disparaître; la Suisse devrait ouvrir plus les comptes et donner des informations sur l'argent qu'elle détient. Donc, beaucoup de progrès a été fait du côté suisse."

Il n'empêche, les préjugés sur la Suisse ont la vie dure, et parfois rejoignent la réalité. Financement du terrorisme et comptes en banque nazis ont en effet plusieurs fois été liés (comme les cas de François Genoud ou d'Ahmed Huber).

Face à la vague de volontaires européens partant faire le djihad, les cellules djihadistes recrutent-elles avec succès en Suisse?

"Pendant longtemps, la Suisse a eu peu de djihadistes (l'année dernière une quarantaine), et ça avait été souligné; la Suisse a un haut niveau de vie, et n'a pas de processus de ghettoïsation comme dans les banlieues françaises; ceci a permis à la Suisse de conserver une forte capacité d'intégration.

Depuis 2015, une augmentation des cas de djihadistes est liée à ce que connaissent les pays européens: ce ne sont plus simplement des jeunes en situation difficile qui partiraient, ce mouvement pourrait concerner des individus qui se font endoctriner, avec un statut social plus important et déjà plus intégrés. La Suisse, comme tous les autre pays, suivrait cette mutation du djihadisme: on insiste moins sur la catégorisation sociale et sur la marginalité, et on insiste davantage sur les phénomènes sectaires d'endoctrinement, plus complexes et qui dépassent des catégories sociales et des exclusions."

J'avais conclu dans un précédent article que la Suisse n'est pas si extra-européenne. En effet, face à des menaces communes à toute la communauté internationale, elle agit à sa manière.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Menace terroriste en Europe (341)

Lire aussi:

Eurotunnel inonde ses terrains pour éviter l’intrusion de migrants
Le parti de Merkel veut fermer les frontières aux migrants
Combien d'infractions ont commis les migrants en 2015?
À Calais, un bus d’écoliers attaqué par des migrants
Tags:
lutte antiterroriste, Etat islamique, Suisse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik