Ecoutez Radio Sputnik
    Michel Houellebecq « Soumission »

    “Soumission”

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Points de vue
    URL courte
    Marco Rumignani
    11971131

    Voici plus d’un an, le 7 janvier 2015, le nouveau livre de Michel Houellebecq, "Soumission" sortait en librairie, le jour même de l’attentat contre Charlie Hebdo ; le livre faisait déjà parler de lui, plusieurs semaines avant sa parution. Le succès a été immédiat, la polémique aussi.

    Un an après, le succès et la polémique sont toujours là. Faut-il y voir un livre-phénomène, ou la révélation d'un malaise en France?

    Le livre en lui-même évoque les sujets chers à M. Houellebecq: solitude, refoulement social et sexuel; mais cette fois-ci, le succès annoncé (déjà avant sa parution) est lié à l'actualité: l'islamisme est clairement pointé du doigt. Avec pour trame les hauts et les bas du personnage principal (un professeur d'université), le contexte de la France de 2022 ne relève pas de Star Wars, ni de Mad Max, mais d'une France d'aujourd'hui, dans laquelle les institutions politiques se désagrègent, pour laisser place à un parti se revendiquant de l'Islam politique. Au pouvoir, ce parti impose une ligne de vie, selon sa propre interprétation de la Charia.

    Le malaise, tel est le vrai résumé du livre. Le malaise en France à l'égard de l'Islam, des musulmans et de leur place dans la société française. Un malaise à l'égard de soi-même et de l'autre. Islamophobie, ou pas? Chacun est libre d'interpréter l'ouvrage selon ses propres valeurs.

    Cependant, une étude récente a révélé une augmentation des actes à caractère islamophobe en 2015 par rapport à 2014 (hausse de 223 %, selon la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme, ou DILCRA).

    Certains diront que c'est l'effet de « retour de bâton » par rapport aux attentats; face à ces personnes, il faut dire que l'Islam est une religion, et non pas une organisation terroriste.

    Ce malaise est-il sociétal, ou est-il seulement personnel?

    Pour en parler avec nous, M. Claude Sicard, auteur de « L'Islam au risque de la démocratie ».

    ​Ce malaise ne peut être que réel, dans la mesure où il s'agit pour les uns et pour les autres d'identité; lorsque des musulmans arrivent dans la vieille Europe, ils gardent leur identité; les civilisations musulmane et occidentale sont deux civilisations importantes et en lutte depuis l'apparition du prophète.

    Il y a eu tout ce mouvement des luttes coloniales qui a permis aux musulmans, après des siècles de domination occidentale, de prendre leur revanche. Ils n'ont donc aucune raison de ne pas être fiers. Comment voulez-vous que des musulmans s'installant en Europe, et à qui on demanderait de devenir des occidentaux, puissent se sentir bien? Il y a bien un malaise.

    Au final, la revanche sur la colonisation crée l'attachement à l'identité. La polémique ne contribue-t-elle pas à ce malaise?

    Ce qui contribue davantage au malaise, ce sont les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre, parce que les européens ont tendance à faire trop vite des amalgames. Ceux qui ont lu le Coran et qui connaissent l'Islam savent que beaucoup de passages sont hostiles aux occidentaux; il est donc difficile de faire le partage entre ce qui vient de Houellebecq et ce qui vient d'autres.

    Le titre « Soumission » vise-t-il l'Islam ou les Musulmans?

    Il s'agit de l'Islam. La différence entre Mahomet et Jésus, c'est que dans le Christianisme, la relation est entre père et fils, alors que dans l'Islam il s'agit d'un rapport d'obéissance à un maître, sans que l'on demande d'aimer, mais de respecter la loi. On est proche d'une soumission.

    Le livre de Houellebecq se passe dans le futur en 2022. Science-fiction ou réalité? Si la barrière est vague, il existe bel et bien une Union des Musulmans de France. Doit-on crier au loup? Pas vraiment, surtout que cette « union » (gimmick serait le terme plus exact) ne récolte guère beaucoup de « likes »; on ne peut le comparer au parti de la « Fraternité Musulmane » décrit par Houellebecq.

    Si succès il y a pour « Soumission », il rejoint le succès des livres évoquant une perte d'identité française: «Le Suicide français » de Zemmour, « La Décomposition française » de Malika Sorel-Sutter; à cela s'ajoute une blogosphère de plus en plus active (notamment depuis les agressions sexuelles de Cologne durant la Saint-Sylvestre). L'identité, un thème bel et bien tabou, et qui pourtant ressort de ces ouvrages.

    En effet, plutôt que de rejeter l'autre, pourquoi ne pas s'affirmer soi-même? Pourquoi ne pas établir un Islam unique de France, laïc et républicain, hors de toute politique, au lieu d'un communautarisme jouant le jeu de l'exclusion, et donc de l'extrémisme?

    L'affirmation de soi est toujours une réponse à un malaise, n'en déplaise à tous ceux dont le nom finit par « phobe ».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Dérapages en Corse, résultat d'une sous-estimation du danger de radicalisme
    Noël, une fête pour toutes les croyances
    Islamophobie au service de l'idéologie occidentale
    Tags:
    livres, racisme, religion, islam, valeurs, islamophobie, antisémitisme, Claude Sicard, Michel Houellebecq, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik