Ecoutez Radio Sputnik
    Сarte de l'Europe

    Nécessaires clarifications

    © AFP 2019 PHILIPPE HUGUEN
    Points de vue
    URL courte
    Jacques Sapir
    7255

    L’idée que j’avais avancée, à la suite de Stefano Fassina, d’un Front de Libération Nationale qui permette aux français, mais aussi aux italiens ou aux espagnols ou aux grecs de se libérer de la tutelle exercée par l’Union européenne s’avère une nécessité si l’on veut réellement penser la question de la lutte pour la démocratie en Europe.

    Elle s'avère un cadre de réflexion prioritaire, que ce soit en France ou dans d'autres pays. L'approfondissement de la crise de l'Union européenne, déchirée entre la crise des réfugiés et les problèmes économiques de nombreux pays, rend cette perspective de plus en plus indispensable.

    Un constat partagé

    Il faut ainsi constater que ce cadre est largement partagé. Il en est ainsi en Espagne. Signalons que Pablo Iglésias, le dirigeant de PODEMOS, lors du discours qu'il a prononcé comme candidat du groupe de la Gauche Unitaire Européenne (GUE) à la présidence du Parlement Européen le 30 juin 2014, a utilisé ces termes: « la démocratie, en Europe, a été victime d'une dérive autoritaire (…) nos pays sont devenus des quasi-protectorats, de nouvelles colonies où des pouvoirs que personne n'a élus sont en train de détruire les droits sociaux et de menacer la cohésion sociale et politique de nos sociétés ». Ce sont des mots forts. Ils décrivent un processus de domination politique qui est de type quasi-colonial, établi sur les pays européens par les institutions européennes travaillant au profit de l'Allemagne et des Etats-Unis. Mais, plus important encore, ce processus induit des effets importants sur les élites politiques de chaque pays. C'est ce que l'on peut appeler le processus de « compradorisation » des élites nationales, processus qui les conduit à intégrer et à présenter comme leurs des intérêts qui sont en réalité ceux de puissances étrangères. Voilà ce qui justifie pleinement l'idée de Fronts de Libération Nationale. Les dernières élections régionales ont montré que le Front national continuait ses progrès, que le parti dit socialiste continuait de baisser et que ceux qui se font appeler les « républicains » avaient du mal à convaincre. On n'a pas assez relevé que le nombre de voix qui s'est porté sur les candidats du Front National est passé de 6 millions à 6,8 millions entre le premier et le second tour. Le nombre de voix exprimées s'est ainsi accru au total de 12,7% (avec 2,764 millions de voix) quand le nombre de voix pour le Front National a augmenté de 13,5% (811 523 voix). Le pourcentage du vote FN dans l'accroissement des votes entre les deux tours a ainsi été de 29,3% alors que le pourcentage des votes pour le FN ne représentait « que » 27,7% des voix exprimées au premier tour. En ce sens, il est incontestable que le Front National est le parti qui a le plus profité de la baisse du nombre des abstentionnistes entre le premier et le second tour. Mais, en même temps, ces élections ont confirmé que le Front National faisait toujours peur, et ceci moins en raison de son programme que de ce que l'on suppose de son programme. Cela explique la qualité des reports des voix de gauche sur les candidats de la droite traditionnelle, reports qui ont coûté la présidence de région aux candidats du Front National dans plusieurs régions.

    Quel périmètre à cette coordination de forces politiques?

    Ainsi, le problème du périmètre de ce « front », ou de cette coordination de forces politiques, est toujours posé. On peut dire que, sur ce point, rien n'a changé. On a ainsi pu constater qu'un certain type de discours, justement le discours dit « identitaire », choquait profondément les français qui sont viscéralement attachés à une conception politique du peuple et de la Nation. Il faut y voir l'une des raisons à l'incapacité du Front National à concrétiser ses succès. Ainsi, si le Parti de Gauche continue sa lente évolution vers des thèses qui seraient plus ouvertement « souverainistes, chose dont il faut se réjouir, Le Front National n'a toujours pas évolué sur des points essentiels pour la délimitation du périmètre de ce « front ». Ces points sont connus. Il s'agit de la division du salariat (qui en période de crise et de chômage de masse aura des conséquences désastreuses tant pour les travailleurs français que pour les étrangers) qu'implique la « préférence nationale » dans les emplois du secteur marchand, ou de son rapport à la laïcité et à l'Islam. La balle est donc dans son camp.

    On attend donc quels seront les résultats du « séminaire » tenus à Etiolles, dans la banlieue de Paris, par les dirigeants de cette formation du 5 au 7 février. Même si l'on ne doit probablement pas s'attendre à des inflexions spectaculaires de la ligne du mouvement, les indications que se séminaire fournira seront certainement importantes. Il sera l'occasion de constater si le Front National a saisi cette occasion pour continuer son évolution qui le transformerait en un parti populiste de masse, ou si il préfèrera rester dans l'indétermination. Mais, dans le même temps on a même vu apparaître, chez certains de ses dirigeants, de nouveaux thèmes qui posent problèmes, comme les positions de Mme Marion Maréchal-Le Pen sur l'avortement. Ces thème révèlent une importante confusion entre le monde des valeurs et celui des principes. Le monde des valeurs ne relève que de la conscience individuelle. Celui des principes renvoie à des règles partagées avec autrui et sur lesquelles sont fondées les relations politiques qui constituent les bases des sociétés. C'est l'un des points centraux de la vie politique justement que de savoir faire la distinction entre des valeurs qui sont éminemment individuelles et des principes sur lesquels sont construits des sociétés. Cette distinction — qui recouvre celle entre sphère privée et vie publique — est fondamentale pour l'existence de la démocratie Une clarification sur l'ensemble de ces points apparaît comme absolument nécessaire.

    La question du peuple et celle de l'Euro

    Que ce soit sur la laïcité ou que ce soit sur ce qui constitue le peuple français, on connaît les lignes de fracture qui séparent ceux qui se réclament du souverainisme. Ces lignes ont été explicitées dans l'ouvrage que j'ai publié à la mi-janvier aux éditions Michalon, sous le titre Souveraineté, Démocratie, Laïcité. Eric Zemmour, d'ailleurs, ne s'y est pas trompé qui a réagi vivement sur certains points de ce livre. Si la question de la souveraineté est bien essentielle, ce que l'on affirme depuis des années, cette question implique d'avoir une pensée claire sur ce qui constitue le « peuple » et sur les conditions politiques de son unité. Si nous avons besoin de la notion de souveraineté pour fonder une démocratie, c'est parce que le « peuple » est une réalité hétérogène, qui ne prend sens que politiquement quand il définit des biens communs. Si cette vision permet de penser la démocratie, elle impose aussi de penser la laïcité, un point que les débats actuels rendent de plus en plus important.

    En fait, les positions de type « identitaires » que certains défendent sont — quant à elles — parfaitement cohérentes avec une certaine vision de l'Union européenne et de l'Euro. En un sens, elles constituent même LA cohérence profonde de l'attachement politique à la monnaie unique à travers la construction de ce mythe d'un « peuple européen » que l'on ne peut définir hors de toute historicisation et de toute politique que comme « blanc » et comme « chrétien ». En réalité, la critique que j'articule depuis des années contre l'Euro et contre les dérives anti-démocratiques de l'Union européenne est aussi une critique contre les fondements identitaires de ces institutions. En effet, soit l'Euro et l'UE sont des constructions sans discours idéologique, et on sait que sur le plan purement technique ces constructions ne résistent pas à la critique, soit elles doivent se doter d'une traduction politique, qui entraîne nécessairement la production d'une idéologie qui lui corresponde, et la seule qui puisse correspondre est, en l'occurrence, le discours identitaire.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Comment la crise migratoire a influencé les démocraties européennes
    Vers des "fronts" anti-euro?
    L’appel de Stéfano Fassina contre l’euro
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    Pablo Iglesias, démocratie, Gauche européenne, Parlement européen, Front national (FN), Podemos, Union européenne (UE), Stefano Fassina, Marion Maréchal-Le Pen, Espagne, France, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik