Ecoutez Radio Sputnik
    Berbères. Image d'illustration

    La langue berbère : c’est officiel! Les berbères retiennent pourtant leur joie

    © AFP 2018 Farouk Batiche
    Points de vue
    URL courte
    Ksénia Lukyanova
    22141

    C’est officiel ! L’année 2966 du calendrier berbère est devenue décisive pour ceux qui parlent le tamazight et se battent depuis un demi-siècle pour la reconnaissance de leur langue en Algérie. Désormais le tamazight est une langue officielle du pays…

    Plus de dix millions de personnes parlent le tamazight sur le continent africain, et en Algérie notamment, étant une langue autochtone, elle a tous les droits naturels et historiques sur son sol. L'Afrique du Nord fait preuve de reconnaissance aux minorités culturelles. Il semblerait que c'est un grand pas, mais les berbères eux même attendent avant de se réjouir pleinement. Farrah Razik, président de l'Association franco-berbère ASSIREM d'Aubervilliers explique pourquoi:​

    « D'abord cette officialisation vient beaucoup trop tard. Et puis on ne sait pas ce qu'elle va devenir. Si on regarde bien le texte de la constitution, dans l'article 3, on voit que la langue n'est vraiment officielle, on dit d'abord que c'est la deuxième langue officielle, ça vient tout de suite après l'arabe, c'est-à-dire c'est pas vraiment officiel, et puis elle sera officielle dans…dans le futur, après l'installation de l'Académie, après la mise en places des moyens, donc on attends pour voir… »

    D'après Farrah Razik plus de 70% de la population est berbère, et bien-sûr une question légitime vient à l'esprit: pourquoi les autorités algériennes ont elles attendu si longtemps avant de donner un statut officiel au tamazight:

    « C'est une bonne question… Pourquoi ça n'a pas été fait des 1962 dès l'indépendance d'Algérie, car il y avait des gens ont demandé ça de suite? Pourquoi ça n'a pas été fait dans les années 80 quand les gens ont manifesté dans la rue pour demander ça justement? Pourquoi ça n'a pas été fait en 2001 quand presque 200 personnes sont mortes pour ça? Et ça a été fait qua maintenant. Ce sont des questions auxquelles l'histoire va nous donner des réponses dans l'avenir. Peut-être il y a des calculs politiques derrière et c'est le régime qui cherche maintenant des moyens pour sortir de sa crise alterne, je ne sais pas ».

    Pas de manifestations de joie, après plusieurs années d'attente, paradoxalement, les berbères se méfient, et même si c'est un fait historique ils préfèrent attendre de voir comment la situation va réellement changer avec le temps. Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes et projets de l'Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen, estime que cette reconnaissance va conduire vers l'apaisement nécessaire:

    « C'est surtout une question de, un, d'apaisement politique il y a une un certain nombre d'affrontements qui ont eu lieu ces derniers mois, ou même ces dernière années entre notamment les Chaouis et autres, qui les berbères, qui ne se sentaient pas tout à fait acceptés, et ici il y a toute la question de la Kabylie, qui rejetait le pouvoir centrale. Donc je pense que c'est une mesure d'apaisement et une envie que cette tranche de la population algérienne soit satisfaite et assez fière et reconnue comme une composante importante du paysage algérien ».

    Enfin un soutien très « européen » aux minorités culturelles en Afrique du Nord, un soutien à envier, car par exemple dans le « cœur même de l'Europe », en Ukraine, où en moyenne plus de 90% des citoyens utilisent le russe dans leur vie quotidienne, une langue loin d'être reconnue par l'état et elle est même interdite dans un certain nombre d'écoles. Mais ce sont deux histoires différentes, la comparaison serait vaine…

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La politique linguistique changera bientôt en France
    Les Britanniques ont peur des langues étrangères
    Un dialecte unique du russe toujours parlé en Alaska
    La culture indienne veut de nouveau rayonner dans le monde
    Tags:
    Berbères, tamazight, langue, Association franco-berbère ASSIREM d'Aubervilliers, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik