Ecoutez Radio Sputnik
    palais de justice de Boulogne-sur-Mer, gens soutiennent le général Christian Piquemal

    Gilbert Collard : Piquemal dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas

    © AFP 2019 Philippe Huguen
    Points de vue
    URL courte
    Par
    16776
    S'abonner

    Exprimer votre mécontentement sur l’action ou l’inaction du gouvernement peut vous coûter assez cher. Le général Christian Piquemal est presque persona non grata aujourd’hui en France après avoir tenu un discours patriotique lors du rassemblement à Calais le 6 février. Maintenant il risque d’être mis à la retraite.

    C'est au moins ce que demande le ministre de la défense Jean Yves le Drian, en personne. Un mois après l'arrestation de l'ancien commandant de la Légion étrangère Piquemal, l'armée de Terre est saisie pour qu'un conseil de discipline exceptionnel exclue le gradé de la deuxième section (statut des officiers généraux qui ne sont plus en activité, mais toujours à la disposition de l'armée) et le mette à la retraite. Pour le député Gilbert Collard, le général quatre étoiles n'a pas mérité une telle attitude:

    « C'est tout à fait injuste, c'est une manière de punir la liberté d'expression, et c'est quelque part tout à fait totalitaire et autoritaire. On met à la retraite un général décoré qui a servi la France parce qu'il est allé manifester contre la situation insupportable pour les habitants de Calais que les migrants qu'on a laissé entrer, qu'on n'a pas géré, qu'on n'a pas contrôlé, qu'on n'a pas endigué font subir à ces habitants de Calais. La France aujourd'hui vit une véritable répression de l'opinion quand elle n'est pas de gauche, quand elle n'est pas dans le conformisme. Le général Piquemal exprimait l'opinion du général Piquemal, il n'était pas en uniforme. Je crois que c'est une sanction qui est injuste et qui veut faire peur aux militaires ».

    Le 6 février quelque 150 personnes étaient réunies dans le centre-ville de Calais malgré l'interdiction préfectorale. Ils étaient venus pour protester contre la politique incompréhensible et incohérente du gouvernement qui déprime les habitants de Calais et ne contribue pas à l'amélioration de la situation des migrants. C'était un rassemblement hétéroclite comprenant des Calaisiens mais aussi les représentants du mouvement européen Pegida connu pour ses slogans anti-islam et dénonçant l'islamisation de l'Europe. La dispersion des participants par les forces de l'ordre a débouché sur une vingtaine d'interpellations. Christian Piquemal en tant qu'un des organisateurs a été également arrêté mais ce n'est pas cela qu'il regrette. On a beaucoup dit dans les médias sur l'appartenance politique du général: on le présente comme un frontiste, quelqu'un de l'extrême droite, ultranationaliste ou même comme le membre de Pegida. Mais lui il se veut patriote et ne regrette qu'une chose — de «combattre » aux côtés de Pegida. C'est ce que M. Piquemal a affirmé dans une interview à Europe 1.

    « On n'a pas manifesté, on est resté sur place. La manifestation a consisté à faire un déplacement sur trois kilomètres. Or, on est resté sur place. Ça a fait du bien pour beaucoup de gens de venir sur place, y compris les Calaisiens… parce qu'ils se rendaient compte que c'était vraiment utile. Par contre, je regrette effectivement la présence de ce groupuscule Pegida qui est un parti de l'extrême droite, pronazi avec lequel moi je n'ai rien en commun. Moi je suis un citoyen français et fier de l'être ».

    Christian Piquemal doit être jugé le 12 mai prochain. En raison de l'état de santé de l'ex-patron de la Légion étrangère le procès a été reporté. Entre temps les pétitions en soutien du général Piquemal se multiplient sur le net. Il y en a une intitulée « Libérez le général Piquemal! » qui a été déjà signée par plus de 15000 personnes. Lancée le 6 février, elle sera close en mai.

    Les généraux français, eux aussi, expriment d'une manière ou d'une autre leur solidarité avec Christian Piquemal bien qu'il soit sorti dans la rue, à titre personnel. Le président de l'ASAF (Association de soutien à l'armée française) Henri Pinard-Legry souligne dans le communiqué de son association que les incidents qui s'étaient déroulés à Calais n'impliquaient ni les armées, ni la Légion étrangère, ni l'ASAF. Il a pourtant fait remarquer que « la démarche du Général Piquemal devrait cependant constituer pour l'ensemble de la classe politique un signal d'alerte sur l'état d'exaspération d'une partie de l'opinion publique ». Le député Gilbert Collard qui suit de près l'affaire explique cet élan de solidarité autour du général Piquemal.

    « L'affaire est le symbole d'un pouvoir qui choisit ses victimes. D'un côté, on laisse un enseignant qui est pédophile continuer à enseigner sans le sanctionner, sans le mettre à la retraite d'office. Et de l'autre, on suspend un général parce qu'il a exprimé son opinion. Voilà les deux poids deux mesures… Les Français en ont marre et ils apprécient l'homme qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas et n'osent pas dire tout haut parce qu'ici on réprime. Et on vient de voter une loi qui donne tous les pouvoirs au procureur de la République qui est un agent de l'Etat. On a un procureur d'Etat. Et on se permet de donner des leçons ».

    L'affaire semble avoir dépassé dès le début le cadre local pour devenir un procès national. Mais qu'en diront finalement les Français et seront-ils écoutés?

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Mouvement anti-migrants Pegida à Calais, une dizaine d'interpellations
    L’ancien patron de la Légion étrangère le général Piquemal arrêté à Calais
    Le Pen, Philippot et Dupont-Aignan dénoncent l'interpellation d'un général
    Tags:
    crise migratoire, migrants, justice, Gilbert Collard, Calais, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik