Ecoutez Radio Sputnik
    Barack Obama et Raul Castro

    Relations bilatérales Washington – La Havane. «Tout est pardonné»?

    © REUTERS / Carlos Barria
    Points de vue
    URL courte
    Maxime Perrotin
    240

    Barack Obama ouvrait dimanche dernier un chapitre inédit dans les relations, souvent orageuses, entre les États-Unis et l’île des Caraïbes, en se rendant en visite officielle à La Havane du 20 au 22 Mars, près de 54 ans après le début de l’embargo américain.

    Dimanche 20 mars, Air Force One atterrissait sous une pluie battante à l'aéroport de La Havane et Barack Obama entamait une visite "historique" sur cette île des Caraïbes; une île dont le sol a été foulé pour la dernière fois par un président américain en 1928. C'est donc 88 ans et 14 présidents américains plus tard que Barak Obama entamait cette visite officielle encore impensable il y a deux ans, le réchauffement diplomatique entre Washington et La Havane n'ayant en effet débuté qu'un 17 décembre 2014, à l'occasion d'un discours simultané des deux présidents depuis leurs capitales respectives.

    Un évènement censé marquer l'avènement d'une nouvelle ère dans les relations américano-cubaines, une ère de rapprochement entre les deux États voisins qu'Obama entend rendre "irréversible" par sa visite. Tout est donc pardonné?

    Pardonnée, la crise des missiles? Cet épisode paroxystique de la guerre froide, lorsqu'en octobre 1962 l'URSS voulut répondre au déploiement de missiles Jupiter américains en Turquie en plaçant ses propres missiles R-12, à Cuba à 200 kilomètres des côtes de Floride. La découverte de l'installation des rampes de lancement avait provoqué le blocus maritime de l'île par la marine américaine. Si Moscou accepta de retirer ses installations, Washington dut en contrepartie s'engager à ne pas envahir Cuba et renoncer à ses missiles installés en Turquie.

    Pardonnée la réforme agraire? Une redistribution à laquelle s'étaient violemment opposées les compagnies américaines et qui allait entrainer en représailles leur nationalisation durant l'été 1960.

    Pardonnée le débarquement de la baie des cochons? Où 1400 exilés cubains, bien que sponsorisés et entrainés par la CIA ne parvinrent pas à mettre en échec le gouvernement castriste. S'il s'avère toutefois que leur déroute aurait dû permettre de justifier une intervention de l'US Air-Force aux yeux de l'opinion publique, John Kennedy ne franchit jamais le pas.

    Pardonné, Guantanamo? Cette base navale américaine depuis laquelle les troupes US pouvaient menacer l'île et dont Washington s'est dispensé de régler le loyer au trésor cubain depuis 1959 et l'avènement de Fidel Castro.

    Pardonnées, également, les nombreuses tentatives d'assassinats à l'encontre du leader cubain? "quasiment toute dirigée par la CIA", 638 tentatives pour être précis. Ce qui a valu à Fidel Castro d'entrer en 2011 au Guinness des records comme "la personne qu'on a le plus souvent tenté d'assassiner".

    Un nombre record de tentatives qui témoigne de l'obsession américaine face à cet ilot communiste. Une obnubilation qui deviendra telle, qu'en 1962 la CIA ira jusqu'à suggérer d'assassiner des citoyens américains sur les plages de Floride, ou même d'abattre un avion de ligne dans l'espace aérien cubain, afin de justifier aux yeux de l'opinion publique une intervention armée sur l'île.

    Apparemment, non, tout n'est pas pardonné. Le temps est peut-être au "réchauffement" entre le des deux pays, mais le différend qui oppose Cuba aux États-Unis, vestige de la guerre froide, n'est pas soldé. Pour preuve, le régime de sanctions américaines à l'égard de l'île est toujours de vigueur.

    Mais selon Salim Lamrani, maître de conférences à l'université de la Réunion, spécialiste des relations entre Cuba et les États-Unis, c'est avec cette attitude des autorités américaines — qui n'a jamais porté ses fruits — que Barack Obama compterait prendre ses distances:

    "Je crois que le président Obama a fait un constat extrêmement lucide: il s'est rendu compte que la politique hostile appliquée à Cuba depuis près d'un demi-siècle avait échoué. Elle est anachronique, puisqu'elle remonte à la Guerre Froide, elle est cruelle puisque les sanctions économiques affectent les catégories les plus vulnérables de la société cubaine, et elle est inefficace parce que loin d'isoler Cuba sur la scène internationale ce sont les États-Unis qui se retrouvent isolés dans leur politique vis-à-vis de Cuba."

    Isolés sur la scène internationale? Les États-Unis l'étaient bien à l'ONU, puis que cet embargo vieux de 54 ans y est condamné chaque année, depuis 24 ans, en Assemblée générale — seuls les États-Unis et Israël continuant, jusqu'à ce jour, à le soutenir.

    Un embargo qui s'est montré peu efficace, puisque si Fidel Castro a bien fini par céder le pouvoir, ce fut en 2006 au profit de son frère Raoul, auquel Barack serre aujourd'hui la main. Le changement de "Lider Maximo" n'a en revanche entrainé quasiment aucun changement dans la politique intérieure de Cuba.

    Nous assistons donc à un virage à 180° de la politique étrangère américaine, qui, s'il est bienvenu pour la population cubaine et la communauté internationale, peut surprendre. Quant à notre expert, il attend plus de Barack Obama que des discours, si peu de temps avant la fin de son mandat.

    "D'un point de vue formel, la politique a changé, puisque le président Obama reconnait que les mesures agressives et brutales imposées à Cuba depuis plus d'un demi-siècle sont mauvaises et il est temps qu'elles changent; il a lancé un appel au Congrès afin de mettre un terme aux sanctions économiques. Mais il est vrai que, malgré les quelques mesures qui ont été prises depuis le 17 décembre 2014, visant à alléger certaines restrictions, il n'a, à ce jour pas fait usage de ses prérogatives en tant que chef de l'exécutif pour mettre un terme aux sanctions économiques. Il peut, en tant que président des États-Unis, éliminer 90% des sanctions économiques, il y a très peu de facteurs qui dépendent de l'accord du Congrès."

    Pour Salim Lamrani, les pouvoirs d'Obama sur la question cubaine sont plus larges qu'ils n'y paraissent. Une opinion qui tranche avec l'habituel discours présentant un président démocrate, pieds et poings liés par un Congrès majoritairement républicain.

    Notre expert prend l'exemple du tourisme. Si le président américain ne peut directement autoriser ses citoyens à se rendre à Cuba comme touristes ordinaires (alors qu'ils peuvent aller en Corée du Nord ou en Syrie…), il pourrait contourner le problème.

    "Il est une mesure extrêmement simple que le président pourrait prendre: il pourrait simplement élargir la définition du voyage culturel qui est actuellement autorisé, il pourrait dire demain que n'importe quel citoyen des États-Unis, qui se rendrait à Cuba et qui s'engagerait au moins à visiter un musée, pourrait intégrer la catégorie du voyage culturel, et il mettrait donc le Congrès devant le fait accompli, parce qu'en élargissant cette définition il autorisait de facto le tourisme ordinaire à Cuba."

    Salim Lamrani enfonce le clou avec un autre exemple, sur le plan économique cette fois:

    "Obama ne peut pas — selon la législation — permettre aux filiales des entreprises américaines installées à l'étranger d'avoir des relations commerciales avec Cuba, mais il peut permettre aux entreprises-mères installées aux États-Unis d'avoir des relations commerciales avec Cuba: donc vous imaginez bien que si Cuba peut entretenir des relations avec Ford aux États-Unis, elle n'a pas besoin de solliciter la filiale de Ford au Panama pour importer des voitures."

    Pour notre expert, rien ne s'oppose donc à la levée de ces sanctions, qu'il juge incompréhensibles et qui opposent deux peuples proches aussi bien géographiquement qu'historiquement. Pour Salim Lamrani, rien — si ce n'est un minimum de courage politique et de bonne volonté — n'empêche le président américain de passer le pas de la levée des sanctions.

    "Tout est une question de volonté politique, alors est-ce qu'il attend les derniers jours de son mandat pour prendre ses dispositions? Mais d'un point de vue légal, absolument rien n'empêche le président Obama de prendre ces mesures. D'un point de vue politique non plus, puisqu'il faut savoir qu'une immense majorité de la communauté internationale exige depuis près de 25 ans la levée des sanctions économiques, il faut également savoir que 75% de l'opinion publique aux États-Unis souhaite une normalisation des relations avec Cuba."

    En juillet 2014, soit 5 mois avant l'annonce de l'intention américaine de se rapprocher de Cuba, Vladimir Poutine, en déplacement à Cuba, avait décidé d'effacer 90% des créances de l'île, alors estimées à près de 35 milliards de dollars. Une somme dont 10% devant être alloué au financement de projets communs entre les deux pays.

    De son côté, la France s'affirme "résolument aux côtés de Cuba dans la levée de l'embargo", et met en avant ses bonnes relations avec La Havane. Le 11 mai 2015, François Hollande devenait le premier chef d'État français à se rendre à Cuba… une visite qui avait été prudemment annoncée deux jours après l'annonce de la normalisation des relations entre Washington et La Havane.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Tête-à-tête Obama/Castro à Cuba pour poursuivre le dégel
    Gaffes, bévues et autres maladresses qui ont marqué la politique américaine
    Trump annule la décision de l'administration Obama de normaliser les relations avec Cuba
    Tags:
    centre de détention de Guantanamo, CIA, Raul Castro, Barack Obama, La Havane, Cuba, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik