Points de vue
URL courte
Par
0 81
S'abonner

Les femmes sont artisanes de paix, comme le démontrent les rencontres de Sputnik avec des femmes politiques du Kurdistan irakien. Elles œuvrent jour après jour au rétablissement d’une vie normale dans ce pays déchiré par la guerre et les persécutions. Message d’espoir.

C'est encore à Erbil, capitale du Kurdistan Irakien, que nous complétons notre kaléidoscope de rencontres émouvantes. Avec la CHREDO nous cherchons avant tout à rencontrer les minorités religieuses, dont la persécution détruit l'équilibre confessionnel de la région. C'est donc naturellement que nous allons dialoguer avec des femmes politiques kurdes, qui sont à ce double titre de femme et de Kurde menacées par les djihadistes. C'est donc avec un courage tout particulier qu'elles militent pour les droits des femmes et des minorités.

Jeune et déterminée, Hayat Majed Parxi est l'une des 34 femmes du parlement kurde. Elle explique que de plus en plus de combattantes peshmergas reviennent dans le civil:

"La majorité de soldats peshmergas a combattu dans les montagnes, mais aujourd'hui ils ont également des activités civiles. Beaucoup de femmes enseignent dans des universités ou travaillent dans d'autres domaines civils. La volonté de vivre dans l'air du temps est inhérente aux femmes kurdes, aujourd'hui elles sont membres de nombreux partis kurdes, occupent des postes de dirigeants, participent à des réunions et à la prise de décision. Nous prônons un rôle encore plus visible de la femme dans la société kurde, sa participation plus active dans tous les domaines de la vie, dans des activités parlementaires et gouvernementales. Nous voulons aussi obtenir l'augmentation des quotas de femmes députées."

Hayat Majed Parxi insiste sur l'importance de la présence féminine dans la résolution des problèmes politiques et sociaux, et notamment militaires:

"Nous estimons que les femmes doivent intervenir non seulement dans les centres urbains, mais aussi être en contact avec les forces peshmerga, qu'elles doivent recevoir une bonne instruction militaire. Ce sont les réalités de la vie contemporaine qui l'exigent. Malheureusement, les Kurdes traversent aujourd'hui une période difficile. L'enlèvement d'un grand nombre de jeunes filles et de femmes yézidies par les terroristes de Daech est devenu l'une des pages les plus tragiques de notre histoire."

Les yézidies sont au centre des inquiétudes les plus vives… Hayat Majed Parxi donne des détails effrayants:

"Certaines d'entre elles ont été vendues comme esclaves pour le prix dérisoire de 5 dollars. Je continue d'espérer que nous pourrons aider ces femmes kurdes. Nous exhortons toute la communauté internationale, toutes les organisations internationales, à s'unir afin d'aider toutes les jeunes filles et femmes kurdes à rentrer chez elles. La guerre que mène aujourd'hui le Kurdistan est une guerre au nom du monde entier et au nom de la paix. C'est pour cela que toutes les organisations et structures internationales doivent apporter leur soutien aux Kurdes dans la guerre contre Daech. Grâce à cela nous pourrons sauver tous les enfants, femmes, soldats, toutes les personnes que les djihadistes ont capturées."

Le courage des femmes kurdes est bien connu, nous avons beaucoup parlé des YPJ et des bataillons féminins des peshmergas. Hayat Majed Parxi est une voix féminine qui fait entendre avec ce même courage des paroles de la paix en temps de guerre.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

"Quand on en aura fini avec Daech, nous renterons à la maison" disent les réfugiés kurdes
Les Peshmergas sont prêts à combattre Daech "jusqu'au bout"
Les Kurdes libèrent une cinquantaine de femmes et d'enfants yazidis
Un groupe radical kurde proche du PKK revendique l'attentat d'Ankara
Tags:
femmes, politique, guerre, Kurdes, CHREDO, YPJ, Etat islamique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik