Ecoutez Radio Sputnik
    Sciences Po

    Une nouvelle formation à Science Po destinée au dialogue interreligieux

    © AFP 2019 GUILLAUME SOUVANT
    Points de vue
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    134

    Sciences Po apporte sa pierre dans la lutte contre la radicalisation et des dérives sectaires.

    À l'initiative de plusieurs responsables des grandes religions présentes en France (juive, catholique, protestante, orthodoxe, musulmane et bouddhiste), Science Po Paris, ou plutôt, "Science Po Executive Education" va présenter en septembre prochain une toute nouvelle formation, intitulée: "Emouna, l'Amphi des Religions".

    Femmes musulmanes portant le voile
    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Le but est de créer un dialogue interreligieux en formant des ministres du culte, à une époque où les violences qui ont frappé notre territoire ont refermé les communautés sur elles-mêmes. Ce projet est le fruit d'un an de travail et est soutenu par le gouvernement, comme nous l'explique l'un de ces initiateurs, le rabbin Moché Lewin, conseiller spécial du Grand Rabbin de France et directeur exécutif de la Conférence des Rabbins européens.

    Alors ça répond à un besoin de société aujourd'hui? Un besoin de société parce que, on a vu les attentats, on a vu que la tendance est souvent à se renfermer, çà se renfermer sur soi-même, et les membres de sa communauté. Et ce ghettoïser est quelque chose de dangereux, nous avons estimé. Et par ailleurs, on connaît souvent mal sa propre religion, mais on connaît encore moins la religion de l'autre. Ce sont ces éléments qui ont fait qu'un petit groupe de travail, qui se connaît bien et qui est de différentes religions, s'est dit qu'il y avait une urgence à monter ce type de projet qui sera complémentaire des formations religieuse, mais indispensable.

    Un projet qui se veut complémentaire des formations religieuses, et non pas une substitution. Très concrètement, comment ces cours vont-ils fonctionner et qui est concerné? Ce programme s'adresse en priorité aux ministres du culte, c'est-à-dire rabbin, prêtre, pasteur, imams… Mais aussi aux responsables associatifs ou encore tout professionnels, qui se montre intéressé par l'interaction entre les religions et la sphère publique.

    Il va s'articuler sur trois modules. Religion et Institutions, Religion et Culture, Religion et Management. Il y aura trente personnes et l'idée est de faire travailler ces trente personnes de religions et sensibilités différentes pendant deux jours par mois pendant un an, pendant neuf mois. C'est beaucoup plus centré sur les responsables de cultes puisque chaque culte va désigner quatre ou cinq candidats qui vont se proposer pour travailler là-dessus. Et il y aura 4-5 places pour des entreprises qui sont en relation avec des religions ou des personnes qui travaillent dans le milieu associatif en relation avec les religions. Mais essentiellement, la très grande majorité, ce sera des responsables religieux.

    Former des responsables religieux dans une école partiellement financée par l'État à de quoi surprendre. Mais c'est un gage de laïcité, assure Moché Lewin, pour qui l'enjeu est surtout qu'aucune religion ne prenne le dessus sur une autre. L'objectif donc, apprendre à se connaître pour éviter tout phénomène de radicalisation, toute dérive sectaire. à la clé de cet enseignement, de la rédaction d'un mémoire et de l'assiduité aux cours, Science Po délivrera un certificat:

    Non parce que la laïcité n'est pas la négation des religions. La laïcité c'est ne pas placer une religion comme dominante, ce qui est le cas puisque toutes sont ici représentées, donc d'autre courant de pensée. Donc cela ne pose aucun problème de laïcité. […] Pourquoi c'est Science Po? Parce que c'est une école d'excellence. Il nous fallait quelque chose d'un bon niveau, on ne pouvait pas faire de l'à-peu-près pour les ministres du Culte. On a choisi cette école de l'excellence. Il faut savoir que ce n'est pas Science Po qui s'occupe: la demande elle émanait de nous, il nous fallait le cadre qui s'y employait et qui allait permettre aux élèves de pouvoir évoluer. Donc pas de problème de laïcité, au contraire. La preuve en est: le ministère de l'Intérieur soutient le projet et là je vous donne un petit scoop. Au moment de la rentrée et du démarrage, il y aura une intervention du ministre de l'Intérieur. C'est justement en parfaite harmonie avec la notion de laïcité, qui n'est pas une laïcité de rejet.

    Qui seront les enseignants? Religieux, athées? Relevant du privé, du public?

    Il y a une part d'enseignants sur Science Po, c'est-à-dire +Religions et Institutions+. On aura des hauts fonctionnaires qui viendront chacun dans leur domaine de compétence. Le deuxième module +Religion et Culture+, on aura des experts, mais également des religieux et chacune des religions qui sont expert dans leur domaine et qui viendront parler aux élèves. Il y a un aspect pédagogique. On a voulu un petit groupe de trente personnes parce qu'au-delà la pédagogie est plus complexe. Et pour le troisième module, +Religion et Management+, on aura aussi des experts et des professeurs de Science Po. Donc du secteur public et du secteur privé, en fonction du domaine de compétences. Des grands chefs d'entreprise pour aborder les problématiques qu'ils ont au quotidien donc quelque chose de très varié.

    "Emouna — L'amphi des religions" est organisé "en lien et avec le soutien du Grand rabbinat de France, du Conseil des rabbins libéraux (Kerem), de la Conférence des évêques de France (CEF), de la Fédération protestante de France (FPF), de l'Assemblée des évêques orthodoxes de France, du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de l'Union des bouddhistes de France (UBF)." Le ministre de l'Intérieur sera présent au moment de la rentrée et du démarrage de cette formation d'un nouveau genre, pour "apprendre à se connaître". Ces ministres du culte vont être appelés en fonction s'ils ne le sont pas déjà, et pourront travailler ensemble.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    La fracture française est d’abord identitaire
    Les jeunes radicalisés, des individus fragiles psychologiquement
    La religion, cheval de Troie de la Turquie en France?
    Tags:
    bouddhisme, musulmans, protestantisme, catholicisme, Juifs, radicalisme, religion, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik