Ecoutez Radio Sputnik
    Forum économique international (SPIEF 2016) ouvre ses portes à Saint-Pétersbourg le 16 juin

    SPIEF 2016 : le Davos russe que le monde ne peut pas négliger

    © Sputnik . Maxim Blinov
    Points de vue
    URL courte
    Victoria Issaïeva
    Forum économique de Saint-Pétersbourg 2016 (36)
    5192

    "Au seuil de la nouvelle réalité économique", c’est le slogan du nouveau Forum économique international (SPIEF 2016) qui ouvre ses portes à Saint-Pétersbourg le 16 juin. C’est déjà sa 20e édition qui promet d'être pleine de surprises. Et elles seront en effet nombreuses et d’envergure.

    Malgré les appels constants des USA à bouder le Davos russe et les sanctions qui pèsent toujours sur la Russie, le SPIEF 2016 a attiré plus de 10 000 participants de 60 pays. On compte donc 2.000 inscrits supplémentaires cette année par rapport à l'année dernière.

    Qui plus est l'intérêt envers ce forum est tel que Monsieur Juncker s'y rendra en personne. Et ce n'est pas le seul homme politique qui sera présent ces jours à Saint-Pétersbourg. Ban Ki-moon, Matteo Renzi, Nicolas Sarkozy, un véritable boom politique cette année dans la capitale Nord de la Russie. Ce serait bien le signe d'une nouvelle réalité économique, comme le stipule le slogan du SPIEF 2016. Mais cet intérêt général envers le Forum russe ne témoigne-t-il pas d'un tournant dans la perception de la Russie et au niveau géopolitique? Surtout en vue des changements radicaux dans l'opinion publique, par exemple, quant aux sanctions imposées par l'UE contre la Russie…

    « L'économie mondiale subit l'influence de plus en plus importante de facteurs politiques et sociaux et les défis qu'elle affronte nécessitent des actions conjointes en faveur d'une croissance durable et équilibrée », indiquait Vladimir Poutine dans la lettre adressée aux participants du Forum. Il semble que cet appel ait été entendu par un nombre de plus en plus important des représentants du business et des élites politiques. Le but principal du Davos russe étant en effet d'essayer d'apporter des réponses aux défis économiques actuels aux niveaux local ainsi que mondial.

    La France est traditionnellement l'un des participants les plus actifs à ce genre de réunion organisée par la Russie. Quelque 500 entreprises françaises sont toujours présentes sur le marché russe et ne songent qu'à s'y développer. L'exemple de la compagnie française Schneider Electric est plus qu'éloquent. Elle prépare un contrat d'investissement qui prévoit la création sur le territoire russe de nouvelles productions et l'amélioration des capacités déjà existantes. Schneider Electric envisage d'investir 4 milliards de roubles dans le développement des entreprises russes, y compris dans la ville de Samara. La question sera évoquée en marge du SPIEF 2016.

    Les derniers préparatifs touchent à leur fin à Saint-Pétersbourg. La veille de l'ouverture du Forum sera marquée par la rencontre informelle entre V. Poutine et N. Sarkozy qui discuteront du dossier proche-oriental ainsi que des relations bilatérales. A suivre…

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Forum économique de Saint-Pétersbourg 2016 (36)

    Lire aussi:

    Au Forum économique mondial, on reparle de Moscou au présent
    L'agence et la radio Sputnik deviennent partenaires internationaux du FEM
    Sanctions de l'Occident contre la Russie
    Kerry évoque la levée des sanctions contre la Russie
    Tags:
    Forum économique international de Saint-Pétersbourg 2016, Forum économique mondial de Davos 2015, Jean-Claude Juncker, Matteo Renzi, Ban Ki-moon, Nicolas Sarkozy, Vladimir Poutine, Saint-Pétersbourg, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik