Ecoutez Radio Sputnik
    Fenêtre avec un drapeau du Royaume-Uni à Londres

    Ce que nous dit le Brexit

    © REUTERS / Reinhard Krause
    Points de vue
    URL courte
    Par
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
    9234
    S'abonner

    Le vote du 23 juin a été un moment historique.

    En votant à 51,9% pour une sortie de l’Union européenne les électeurs britanniques ont donné une leçon de démocratie au monde. Ils ont aussi probablement changé notre futur.

    Il convient ici de saluer la décision du Premier-ministre britannique, M. David Cameron, de laisser les positions divergentes s'exprimer, que ce soit au sein du parti conservateur ou au sein du gouvernement. De même il faut saluer la maturité des électeurs britanniques qui, légitimement choqués par la tragédie qu'a représenté l'assassinat de la député travailliste Jo Cox, ne se sont pas laissés submerger par l'émotion et on maintenu leurs positions en faveur de la sortie de l'UE.

    Une leçon de démocratie

    Il y a dans ce vote une leçon de démocratie. Elle se décline à plusieurs niveaux. Tout, bien sûr, ne fut pas parfait dans cette campagne. Il y a eu des outrances, de part et d'autres, et il y a eu des mensonges, comme ceux de George Osborne (1), le Ministre des finances ou ceux de tous les catastrophistes patentés de Bruxelles. La couverture des médias a été biaisée en faveur de l'option « rester », mais moins que ce qui serait survenu si un tel vote avait eu lieu en France (2). On a pu remarquer comment les milieux financiers faisaient une campagne hystérique pour que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne. Et ces milieux détiennent le nerf de la guerre, c'est-à-dire l'argent. Mais, on a pu aussi voir que les électeurs ne se laissaient pas outre mesure impressionner par l'argent ni les arguments d'autorité déversés dans les médias. Le succès de l'option « sortir » dans ce référendum peut être comparée au succès similaire du « non » lors du référendum sur le projet de Traité Constitutionnel Européen en France en 2005. Dans les deux cas, un électorat populaire et ouvrier s'est soulevé contre des « élites » autoproclamées et les journalistes à leur solde. Mais ici, le Premier-ministre, M. David Cameron, a reconnu sa défaite et s'est engagé à démissionner. M. David Cameron a dit qu'il entendait que la décision du peuple britannique soit respectée, et que la procédure juridique permettant une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne serait engagée. Cela tranche fortement avec le comportement des élites politiques françaises lors du référendum de 2005 sur le projet de Traité Constitutionnel Europée, qui n'ont eu de cesse que de faire appliquer une décision qui avait été largement rejetée par les électeurs.

    Les perdants du référendum

    Le référendum britannique, de plus, s'avère être un véritable camouflet pour le Président des Etats-Unis, qui avait fait le déplacement en Grande-Bretagne il y a quelques semaines pour inviter les électeurs à rester dans l'Union européenne, témoignant de ce fait de ce qu'est la véritable nature de l'UE. Il a été cruellement déçu.

    De même le nouveau dirigeant du parti travailliste, M. Jeremy Corbyn, qui faisait campagne pour que le Royaume-Uni reste dans l'UE, a été désavoué par une partie significative de ses électeurs. La victoire de l'option « sortir » n'a été possible en Grande-Bretagne que parce qu'une partie de l'électorat travailliste a, comme on l'a dit, voté au contraire des consignes données par la direction de son parti. Cela conduit alors à deux remarques. La première concerne le degré d'aveuglement des directions des partis sociaux-démocrates qui se refusent à admettre que les conséquences concrètes de l'union européenne sont négatives pour les classes populaires. Les réglementations européennes ont été le cheval de Troie de la dérégulation et de la financiarisation des économies nationales. Continuer aujourd'hui à prétendre changer l'UE de l'intérieur, à tenir le discours convenu sur « l'Europe sociale » constitue un mensonge qui se double d'une impasse stratégique.

    La vision de François Hollande

    François Hollande a fait le vendredi 24 une déclaration consécutive à ce vote (3). Cette déclaration est importante car elle révèle, par ce qu'elle dit mais surtout ce qu'elle ne dit pas, l'imaginaire de la construction européenne de notre Président et, au delà, de l'élite politique.

    Il commence par dramatiser l'événement, et le présente comme une cause de souffrance, se situant sur le terrain de l'émotion. On le constate dès la seconde phrase: « C'est un choix douloureux et je le regrette profondément pour le Royaume-Uni et pour l'Europe ». De même place-t-il la question des relations entre la France et la Grande-Bretagne sur le terrain de l'amitié: « La France pour elle-même et pour la Grande-Bretagne continuera à travailler avec ce grand pays ami, auquel l'Histoire et la géographie nous unissent par tant de liens, sur le plan économique, humain, culturel… ». D'emblée la question de ce référendum est ici dépolitisée. On est dans le monde des affects et pas dans celui de l'analyse, dans celui des sentiments et non celui des intérêts politiques. Ceci est révélateur de l'approche que François Hollande à d'un tel événement qui lui permet d'esquiver la question du « pourquoi » de ce dit événement, et donc, par conséquence, les remises en causes qu'il implique.

    Ou, plus exactement, après avoir situé le débat sur le plan émotionnel, de dénaturer le nécessaire bilan de l'Union européenne. A cet égard, une phrase est marquante: « … la décision britannique exige aussi de prendre lucidement conscience des insuffisances du fonctionnement de l'Europe et de la perte de confiance des peuples dans le projet qu'elle porte ». Le début de cette phrase donne le sentiment, voire l'illusion, que l'heure du bilan est arrivée. La seconde proposition de cette même phrase enterre cela. En effet on parle des « insuffisances du fonctionnement », ce qui implique que le problème posé est uniquement de mise en pratique (le « fonctionnement »), mais surtout on parle de « la perte de confiance des peuples dans le projet qu'elle porte », ce qui revient à dire que l'on est sur un problème de pédagogie et non un problème d'options politiques. Or, un projet peut être bien expliqué, bien mis en pratique, et par ailleurs critiquable. Dans l'imaginaire profondément européiste de François Hollande il ne peut s'agir d'une remise en cause du projet. C'est pourtant de cela même dont il est question avec le Brexit. Les britanniques ne se sont pas prononcés « contre » l'Europe, et les déclarations de Boris Johnson sur ce point l'attestent (4). C'est bien une remise en cause du projet fédéral qui est mené, en catimini, par l'Union européenne à travers l'Union Economique et Monétaire (vulgo: la zone Euro) qui est mis en cause. Mais cela, admettre que c'est cette partie du projet qui a motivé une remise en cause de l'Union européenne par les britanniques (5), c'est visiblement trop pour l'estomac, à vrai dire bien délicat, de notre Président.


    (1) https://russeurope.hypotheses.org/5030

    (2) https://russeurope.hypotheses.org/5022

    (3) http://www.elysee.fr/declarations/article/declaration-a-la-suite-du-referendum-britannique/

    (4) http://www.spiegel.de/international/europe/spiegel-interview-with-london-mayor-boris-johnson-a-1047789.html

    (5) Voir, Boris Jonhson sur l'Euro: http://www.theguardian.com/politics/video/2012/dec/04/boris-johnson-euro-video

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

    Lire aussi:

    Brexit: "irréversible", selon Hollande
    Mogherini appelle à revoir le fonctionnement de l'UE
    Brexit. Qui pour emboîter le pas au Royaume-Uni?
    George Soros prédit une désintégration irréversible de l'UE
    Tags:
    Union européenne (UE), David Cameron, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik