Ecoutez Radio Sputnik
    Le marché russe, terre promise pour les PME françaises

    Le marché russe, terre promise pour les PME françaises

    © Sputnik . Vitaliy Belousov
    Points de vue
    URL courte
    Victoria Issaïeva
    12284

    Les PME et PMI françaises à l’assaut du marché russe! Le premier forum d’affaires franco-russe a ouvert ses portes mardi à Moscou. L’évènement, initié par la CGPME, a su attirer plus de 40 représentants français du milieu des affaires.

    Le centre du commerce mondial de Moscou parle français ces jours-ci. Du 27 au 29 septembre s'y déroule le forum d'affaires franco-russe. Sputnik s'est rendu sur place.

    La délégation française de François Turcas, le président de la CGPME, est constituée de plus de quarante personnes dont trente-deux chefs d'entreprises. La majorité d'entre eux viennent de la région Rhône-Alpes-Auvergne.

    « Si nous avons organisé ce forum, c'est pour montrer l'exemple. Notre volonté… c'est de continuer à travailler et à amplifier nos relations. Nous avions 5 000 entreprises françaises qui travaillaient peu ou prou avec la Russie. Nous avons perdu 1 000 sociétés françaises qui ne travaillent plus avec la Russie. C'est inadmissible. Tout le monde doit se réveiller… », a appelé François Turcas.

    Pour Alexandre Muela, responsable de la Zone PECO de l'entreprise Piscines Desjoyaux déjà représentée en Russie, le marché russe a toujours un immense potentiel. Et c'est ce qui attire de plus en plus d'investisseurs :

    « L'opportunité pour nous que représente le marché russe, est énorme. Un marché bien trop souvent délaissé par les Européens. J'ai des collègues de cette délégation qui sont primo-exportateurs… qui prennent conscience que, malgré l'embargo, malgré les enjeux politiques qu'il y a eu derrière, l'économie russe est une bulle d'oxygène pour l'économie européenne et que les deux sont liées ».

    Pour les PME françaises qui ne sont toujours pas présentes sur le territoire russe (et il y en a pas mal dans la délégation française), c'est une chance de jeter l'ancre en Russie. C'est le cas de Bouverat-Pernat, une entreprise spécialisée dans la production de pièces complexes pour différents secteurs d'activité (défense, automobile, aéronautique…).

    « Aujourd'hui, je ne suis pas du tout présent sur le marché russe», confie le directeur de l'entreprise Louis Pernat à Sputnik. «Je pense que c'est un marché à regarder de très près. Là, j'ai un client potentiel, donc j'espère… et je pense que ce serait salutaire, que les sanctions soient levées pour qu'on puisse commercer en toute liberté ».

    Business sans politique, telle est l'idée générale du forum. Philippe Meunier, vice-président du Conseil régional de Rhône-Alpes, député LR, a tout de même souligné, dans une interview à Sputnik, l'importance de la coopération des milieux politique et d'affaires afin de faciliter les échanges sur fond de différends géopolitiques.

    « Nous avons besoin de tous les acteurs : des politiques, bien entendu — c'est la raison pour laquelle nous souhaitons au plus vite la levée de l'embargo — et des hommes et des femmes d'entreprise qui souhaitent développer les échanges. Le président Laurent Wauquiez de la région Rhône-Alpes a décidé de financer cette opération-là pour rappeler que même en période d'embargo nous… souhaitons continuer à échanger nos produits pour l'intérêt de nos deux peuples », a conclu le député Philippe Meunier.

    Après les grands groupes, c'est au tour des PME de trouver leur place sur le marché russe qui s'avère très prometteur, à en croire les interlocuteurs de Sputnik. La politique européenne des sanctions ainsi que la riposte de la Russie ont eu de lourdes conséquences sur les deux économies. Cela a en outre limité les capacités du business. L'enjeu du premier Forum d'affaires franco-russe étant donc d'envoyer un nouveau signal aux hommes politiques pour relancer le dialogue commercial franco-russe.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les PME françaises regardent toujours vers la Russie
    Les PME russes bientôt sur les marchés mondiaux?
    Une chance pour les PME
    Ukraine: 40.000 PME ont fermé en raison du conflit (CHDH)
    Tags:
    PME, forum, Moscou, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik