Ecoutez Radio Sputnik
    Situation en Syrie

    Ayrault & Co. ou la vassalisation désormais totale de la France

    © Sputnik. Mikhail Alaeddin
    Points de vue
    URL courte
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    463404702

    Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a récemment appelé la Russie et l’Iran «à faire preuve de responsabilité» en Syrie. Dans le cas contraire et toujours selon le «brave» monsieur, les deux pays «seront complices des crimes de guerre commis à Alep».

    Un « commentaire » pas si étonnant que cela lorsqu'on connait l'état des lieux des élites françaises actuelles et lorsqu'on se souvient aussi des déclarations inacceptables d'autres responsables français : un certain Manuel Valls qui traitait le président syrien Bachar al-Assad de « boucher » ou l'ex-ministre des Affaires étrangères Fabius qui avait déclaré « qu'Assad ne méritait pas de vivre sur Terre » et que le Front al-Nosra (désormais Front Fatah al-Cham, filiale d'Al-Qaïda en Syrie) « faisait du bon boulot ». Sauf que désormais cette fois-ci l'attaque des mots du ministre Ayrault vise ouvertement deux pays, alliés de la Syrie, en la qualité de l'Iran et de la Russie.

    Sans trop s'attarder même sur ce énième exemple de la vassalisation pure et simple des élites françaises à celles de Washington, il serait certainement bon de rappeler l'opinion du président syrien à ce sujet, dans une interview qu'il avait accordé à la chaine TV France 2, en avril 2015 en répondant justement au fait d'avoir été traité de « boucher » par Valls, Premier ministre français : « Je vais être franc avec vous. Personne ne prend plus au sérieux les déclarations des responsables français. Pour une simple raison : c'est que la France est devenue un satellite de la politique étasunienne dans la région. Elle n'est pas indépendante, et n'a aucun poids. Elle n'a plus aucune crédibilité ». Difficile, même très difficile, de dire mieux ou d'y ajouter quelque chose.

    En Russie, mes compatriotes me posent parfois la question du pourquoi de cette soumission des responsables politiques français (si ce n'étaient que les responsables politiques), aux ordres émis depuis l'outre-Atlantique, sachant qu'ils vont bien souvent à l'inverse des intérêts du peuple français, ou en tout cas d'une large partie des citoyens de France. Ma réponse est relativement simple : car ils sont vendus. Un rôle de conférencier-animateur payé des dizaines, voire des centaines de milliers d'euros aux USA par différentes fondations « démocratiques » étasuniennes, dont celles de Soros, est certainement plus motivant pour ces « responsables » que celui d'être des leaders défendant les intérêts du peuple français. Plus que cela, les élites françaises d'aujourd'hui sont aussi bien vendues aux différentes fondations US, qu'aux pétrodollars wahhabites saoudiens ou qataris.

    En parlant justement des alliés golfistes de la France actuelle, a-t-on entendu ne serait-ce qu'une fois de la part de ce même Ayrault ou d'un autre condamner les bombardements aveugles saoudiens contre les civils du Yémen ? Des bombardements qui tuent hommes, femmes et enfants quotidiennement. Jamais. Ils préfèrent bien sûr s'attaquer au leadership syrien, ainsi qu'à la Russie et l'Iran, les seuls pays qui luttent réellement et sans figuration contre le terrorisme takfiriste dans cette région. Le tout pour la simple et bonne raison de l'hystérie montante en flèche côté Washington, Riyad et Doha, avec les suiveurs de Londres et Paris, n'arrivant toujours à réaliser leur seul et unique objectif en Syrie : faire tomber le président Bachar al-Assad. Et malgré les dizaines de milliards investis à cette fin, toujours rien. Damas, Moscou et Téhéran ne cèdent pas.

    On me pose aussi parfois la question du pourquoi la Russie et l'Iran ont plus de facilité à trouver un langage commun avec Erdogan, le très controversé président turc, qu'avec les représentants des élites de l'Occident, dont de la France. La réponse est également relativement simple : malgré toute la contradiction de la politique turque aux cours de ces dernières années et des actions souvent criminelles du leadership turc qui avait largement contribué au chaos en Syrie, Erdogan reste un politicien attaché à son peuple. Avec sa vision des choses, souvent erronée, mais une chose est sûre, il ne se prépare pas au rôle de conférencier de figuration pour le compte de Washington. A l'énorme différence des Ayrault & Co. Et parler avec des leaders même controversés mais souverains de leurs décisions est malgré tout plus facile qu'avec des marionnettes.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Sénateur US: «La Russie est la seule force efficace en Syrie»
    Comme Moscou, Paris souhaite que l'accord sur la Syrie soit rendu public
    Moscou accuse Washington d'être à l'origine de la crise en Syrie
    Terroristes ou opposition modérée: les USA ne jouent pas franc-jeu en Syrie

    Lire aussi:

    Non, les États-Unis ne changeront pas
    Et si Damas reprenait Raqqa?
    La crise du Qatar et ses enjeux régionaux
    Pourquoi Erdogan est-il à nouveau en Russie?
    Pourquoi une intervention directe US au Venezuela est peu probable ?
    Tags:
    Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Al-Qaïda, Front al-Nosra, Manuel Valls, Bachar el-Assad, Jean-Marc Ayrault, Iran, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik