Ecoutez Radio Sputnik
    Premier débat de la primaire de la droite

    Qui est sorti vainqueur du premier débat de la primaire de la droite?

    © AFP 2019 Martin BUREAU
    Points de vue
    URL courte
    Jean-Baptiste Mendès
    Présidentielle 2017 en France (205)
    176

    Le premier débat de la primaire de la droite et du centre avait lieu jeudi soir en direct sur TF1/Le Figaro/RTL.

    7 candidats, deux favoris, 17 minutes chacun, trois journalistes, 2h d'émission. Voilà pour les chiffres.

    Pouvait-il y avoir un vainqueur lors de ce débat qui n'en était pas réellement un, mais plutôt une séance de questions/réponse?

    Alain Juppé
    © AFP 2019 Jean-Sebastien Evrard
    Nous avons vu divers candidats ne parler que pendant une minute ou deux sur chaque sujet présenté par un journaliste. Peu de débat de fond, mais plutôt le déballage de leur catalogue de propositions, ce qui rendait le tout un peu fade à mon goût.

    On s'attend toujours dans un débat à des envolées lyriques, à des dérapages, même à des engueulades sur de vrais clivages. Et là non, rien, comme si tous étaient inhibés par l'enjeu ou comme si aucun n'avait réussi à se démarquer. En fait, c'est peut-être ça le problème de ces candidats, c'est qu'ils ne montrent pas vraiment de divergences sur le fond de leurs programmes, assez sécuritaires (comme la proposition de Nicolas Sarkozy d'interner les fichés S les plus dangereux ou comme l'idée fantaisiste de Nathalie Kosckiusko-Morizet d'interdire le salafisme) et très libéral sur le plan économique avec notamment la fin du régime des 35h.

    Et donc pour ce premier débat, selon plusieurs sondages (la Sofres pour LCI, Le Figaro et Public Sénat et celui de l'Institut Elabe pour BFMTV), 35 et 36 % soit plus d'un tiers des sondés désignent Alain Juppé comme le gagnant, celui qui a été le plus convaincant.

    S'il est de toute manière assez rare, qu'un débat politique ait un impact décisif sur le résultat des urnes, j'ai trouvé Alain Juppé fidèle à lui-même, assez sobre, sans éclat de voix mais sans dominer non plus la partie. Tous ont été à peu près dans la gestion, se montrant relativement prudents avec pour seul souci de ne pas perdre.

    Hier soir, nous avons tout de même assisté à un moment solennel: les voir tous réunis, débattre ensemble, on pouvait y trouver un ancien Président de la République, deux anciens Premiers ministres, et trois anciens ministres. Le problème, c'est justement qu'on les connait tous. Je ne suis pas opposé aux professionnels de la politique, mais les entendre parler de renouveau à l'image de Bruno Lemaire, de modernité pour NKM, d'alternance pour Sarkozy, ça me fait doucement sourire.

    Ah tiens, j'en oubliais un et c'est pourtant lui qui m'a fait une forte impression. Le bizuth, le jeune nouveau, l'inconnu du grand public, Jean-Frédéric Poisson, celui qui est passé entre les mailles du filet des parrainages et des strictes conditions pour candidater à cette primaire. Il est le président du parti démocrate-chrétien.

    Lui qui a un physique de rugbyman doté d'un doctorat en philosophie m'a paru le plus honnête, le plus cohérent et le plus clair dans ses propos. Lui seul a été dirigeant d'une entreprise et lui seul s'est dit opposé au libéralisme. Il a rappelé hier soir que les « salariés travaillent en moyenne 39 heures par semaine » et dit se méfier « beaucoup de ces attaques frontales contre les organisations syndicales ».

    C'est ainsi le seul durant ces deux heures de questions/ réponse à s'être réellement démarqué. Il a d'ailleurs gagné selon le sondage de la Sofres, 29 points d'opinons favorables se situant désormais à 43% c'est-à-dire devant Sarkozy et Jean-François Copé. Et si c'était lui l'outsider de la primaire?

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Présidentielle 2017 en France (205)

    Lire aussi:

    Primaire de la droite: son président Thierry Solère nous dit tout
    Présidentielle en France: Hollande échec et mat dans tous les cas
    France: l'élection présidentielle se tiendra les 23 avril et 7 mai 2017
    Tags:
    Le Figaro, débats, débats télévisés, droite, Présidentielle française 2017, BFMTV, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik