Points de vue
URL courte
Par
4132
S'abonner

La très attendue collection de Serguei Chtchoukine est visible pour la première fois à la Fondation Louis Vuitton à Paris. L’exposition « Icônes de l’art moderne » rassemble 127 œuvres, sur les 278 accumulées par le collectionneur, industriel moscovite féru d’art moderne français du début du XXe siècle.

C'est l'un des événements des plus importants de cette année France-Russie. La collection de Serguei Chtchoukine est « exemplaire de l'art le plus avant-gardiste de son temps ». Alors que l'art moderne n'était qu'à l'aube de son rayonnement, Chtchoukine savait voir juste: sa collection rassemble des chefs-d'œuvre de Monet, Cézanne, Gauguin, Rousseau, Derain, Matisse, ou encore Picasso. Un « trésor national pour la Russie », selon Jean-Paul Claverie, conseiller du président pour la fondation LVMH: « C'est comme si la France prêtait, pour une seule exposition, la Joconde, la Vénus de Milo, et Le Radeau de La Méduse ».

Réunir ces œuvres a été un travail de longue haleine entre différents acteurs, à commencer par le petit fils du collectionneur, André-Marc Delocque-Fourcaud. Ce dernier se met en tête de réunir l'immense et prestigieuse collection de son grand-père, dispersée en 1948 entre le Musée des Beaux-Arts Pouchkine et le musée de l'Ermitage. Né en 1854 à Moscou et décédé en 1936 à Paris, Serguei Chtchoukine commence à acheter des œuvres impressionnistes et postimpressionnistes après un voyage dans la capitale française. Il entretient une relation particulière avec Matisse, qui crée pour lui le tableau « La Danse ». Un homme d'affaires talentueux, avec l'œil du collectionneur. « Un bon un exemple pour les business en France, en Russie et dans le monde », selon Mikhail Piotrovski, directeur du musée de l'Ermitage, pour qui cette exposition signifie que « l'art et la culture sont au-dessus de la politique et l'économie ».

Serguei Chtchoukine ouvre son exceptionnelle collection au public dès 1908, permettant aux Moscovites de découvrir les œuvres les plus avant-gardistes de peintres français. Après la Révolution, les tableaux sont saisis et un premier Musée de l'Art moderne occidental est créé. Aujourd'hui réunie, cette exposition est « historique et d'intérêt mondial », pour Anne Baldassari, commissaire de l'exposition: « les Russes ont inventé ce concept de musée de nouvelle peinture occidentale dès 1919 […] bien avant que ce concept ne soit développé à New York, aux États-Unis. Il est le fruit d'une philanthropie à la moscovite, de ces grands industriels vieux-croyants ».

Dans le cadre de l'année France-Russie, la Fondation Louis Vuitton propose autour de l'exposition une programmation musicale et des spectacles de danse, « mettant la Russie à l'honneur ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Poutine: le centre orthodoxe, témoin des liens solides entre la Russie et la France
Exposition : Les troupes russes en France et dans les Balkans (1916-1918)
"Kollektsia!" : le Centre Pompidou à l’heure russe
L’art contemporain chinois s’invite chez Louis Vuitton
Tags:
art, exposition, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook